EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
actuel n°47, samedi 15 mai 2010
| More

Il faudra attendre dĂ©but 2011 pour Ă©valuer l’onde de choc provoquĂ©e par la crise europĂ©enne. Le dĂ©ficit commercial pourrait s’aggraver et les transferts MRE chuter, mais la demande locale devrait sauver la mise.


***

Depuis mars dernier, le Maroc renoue avec une reprise, certes fragile, mais qui suscite tout de mĂȘme le retour de la confiance des opĂ©rateurs. La crise de la dette publique europĂ©enne et la gĂ©nĂ©ralisation des politiques de rigueur dans les pays de la zone euro risquent toutefois de freiner cet Ă©lan.

Le Royaume n’a pourtant eu de cesse, ces derniĂšres semaines, de lancer des signaux positifs en direction des investisseurs, tant locaux qu’étrangers. Ainsi, en dĂ©crochant la note « Investment Grade » de la dette souveraine Ă  long terme auprĂšs de l’agence Standard & Poor’s, le Maroc a aussitĂŽt annoncĂ© sa sortie imminente sur le marchĂ© international des capitaux. Mais depuis le dĂ©clenchement de la crise grecque, les Ă©vĂ©nements se sont accĂ©lĂ©rĂ©s et le TrĂ©sor pourrait ĂȘtre tentĂ© de diffĂ©rer son Ă©mission obligataire. Or, cette levĂ©e de fonds est indispensable pour la poursuite de sa stratĂ©gie et l’exĂ©cution du budget 2010. En effet, ces capitaux frais contribueraient au financement du dĂ©ficit du TrĂ©sor (prĂ©vu Ă  4 % du PIB par la loi de Finances), et permettraient d’éviter l’effet d’éviction, tout en limitant le dĂ©ficit de la balance des paiements. Pour mĂ©moire, la politique de gestion active de la dette onĂ©reuse, mise en Ɠuvre depuis deux dĂ©cennies, a permis au TrĂ©sor de ramener le poids de sa dette extĂ©rieure Ă  10 % du PIB, soit 78 milliards de dirhams.

« C'est le moment d'y aller »

Une marge de manƓuvre non nĂ©gligeable, confortĂ©e par une maĂźtrise satisfaisante des fondamentaux macroĂ©conomiques. « Autant d’arguments qui permettent d’affirmer que le Maroc doit profiter de la confiance internationale dont il jouit en matiĂšre de gestion de ses finances publiques pour lancer cette Ă©mission en 2010 », prĂ©cise Oumelghit Nabhane, stratĂ©giste cross asset Ă  Attijari Capital Markets. De plus, le marchĂ© international dispose de liquiditĂ©s suffisantes, accessibles Ă  des taux bas, qui permettent un financement Ă  un coĂ»t intĂ©ressant. Si le Maroc diffĂšre sa sortie, poursuit-elle, ces liquiditĂ©s, actuellement disponibles, pourraient bĂ©nĂ©ficier Ă  d’autres pays comme l’Egypte, la Turquie ou la Roumanie. « Le Maroc doit saisir cette opportunitĂ© car il est aujourd’hui mieux notĂ© que la GrĂšce et affiche un avantage certain au niveau du spread souverain (ndlr : mesure du risque politique assumĂ© par l'investisseur) », prĂ©cise Sarah El Yaalaoui, analyste Taux Ă  Attijari Capital Markets. « Donc, tant au niveau du rating que du spread, le Maroc est dans une position privilĂ©giĂ©e. C’est le moment d’y aller ! », insistent les deux analystes.

L’émission obligataire n’est pas le seul baromĂštre de l’impact de la crise europĂ©enne. L’autre grande annonce Ă  l’adresse de la communautĂ© financiĂšre et des investisseurs a trait Ă  la crĂ©ation d’un hub financier rĂ©gional Ă  Casablanca. Le Maroc marque lĂ  sa volontĂ© de se positionner face Ă  ses pays voisins, notamment la Tunisie et l’AlgĂ©rie, pour attirer un maximum de flux qui permettront de financer les grands projets programmĂ©s dans le cadre des stratĂ©gies sectorielles. Sur ce registre, le secteur touristique figure en bonne place puisque le Maroc a un besoin pressant de combler son dĂ©ficit de capacitĂ© et d’adapter son offre dans un marchĂ© en pleine mutation.

La dĂ©cision de lancer ce vaste chantier doit ĂȘtre replacĂ©e dans un contexte oĂč les investissements et prĂȘts privĂ©s Ă©trangers drainĂ©s par le Royaume sont en chute libre. A fin mars, ces flux ont plongĂ© de 52,3 %, pour atteindre 4,3 milliards de dirhams, soit le niveau le plus bas depuis 2005. DĂ©jĂ , en mars 2008, ils s’étaient dĂ©tĂ©riorĂ©s de 40 %. « Cette tendance Ă  la baisse, qui empire, a de quoi inquiĂ©ter », relĂšve Oumelghit Nabhane. Toutefois, les prĂȘts octroyĂ©s notamment par le Japon (2 milliards de dirhams) ou la Banque mondiale (100 millions de dollars) sont de nature Ă  compenser cette chute des IDE, sans oublier l’option toujours ouverte de bĂ©nĂ©ficier, en cas de besoin, de prĂȘts auprĂšs de bailleurs de fonds internationaux comme le Club de Paris par exemple.

Perception favorable

Quoi qu’il en soit, malgrĂ© les tensions internationales, le Royaume jouit d’une perception favorable au regard des chantiers engagĂ©s depuis une dĂ©cennie et de la maĂźtrise de ses fondamentaux. Autant de facteurs qui sont de nature Ă  « rebooster » le moral des opĂ©rateurs locaux, au moment oĂč les exportations reprennent des couleurs grĂące aux performances de l’OCP, tandis que les transferts MRE gagnent 13,75 % Ă  fin mars, Ă  12 milliards de dirhams. « Mais face Ă  l’envolĂ©e du taux de chĂŽmage dans les pays d’accueil, notamment l’Espagne, la tendance des transferts en devises devrait rester baissiĂšre, d’ici la fin de l’annĂ©e », relativise Sarah El Yaalaoui. Et pour cause, les MRE, majoritairement Ă©tablis dans les pays de la zone UE, seraient les premiers Ă  pĂątir des effets de la politique d’austĂ©ritĂ©. « Avec un taux de chĂŽmage de 20 %, l’Espagne vit un vĂ©ritable marasme qui ne manquera pas de nous impacter car il reste l’un des principaux pays Ă©metteurs de devises et de touristes pour le Maroc », assure Abderrazak BenchaĂąbane, universitaire.

Le tourisme ne suscite pas toutefois d’inquiĂ©tude particuliĂšre. DĂ©jĂ , les recettes s’inscrivaient, Ă  fin mars, en hausse de 12,7 %, Ă  10,3 milliards de dirhams. Le ministĂšre du Tourisme maintient ses prĂ©visions Ă  9,4 millions d’arrivĂ©es d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e, contre 8,3 millions d’entrĂ©es en 2009. « Aucun indicateur ne nous permet d’anticiper une baisse de flux liĂ©e Ă  la crise grecque, mĂȘme si elle venait Ă  se gĂ©nĂ©raliser dans la rĂ©gion », affirme le ministĂšre. Pronostic confortĂ© par les analystes de la salle des marchĂ©s d’Attijariwafa bank. « DĂ©sormais, le Maroc figure parmi les destinations mondiales et continuera de drainer une partie des flux touristiques. » 

Mais cela suffira-t-il Ă  doper les avoirs extĂ©rieurs, en baisse de 5,8 % Ă  178,4 milliards de dirhams Ă  fin mars ? Rien n’est moins sĂ»r. « Si les avoirs extĂ©rieurs continuent Ă  rĂ©gresser, cela se traduira par une forte pression sur les liquiditĂ©s du marchĂ© interbancaire et Bank Al-Maghrib sera tenue, pour la quatriĂšme fois, de baisser le taux de la rĂ©serve obligatoire », expliquent les analystes. En l’espace de 18 mois, ce taux est passĂ© de 16 Ă  6 % et il pourrait tomber Ă  5 %, voire 4 % d’ici fin 2010.

En attendant, les yeux restent rivĂ©s sur la zone UE. Si elle rĂ©ussit Ă  surmonter cette crise de l’endettement public et renoue avec la croissance, le Maroc devra patienter prĂšs d’une annĂ©e avant de bĂ©nĂ©ficier d’un retour Ă  la normale. En revanche, si la reprise europĂ©enne tardait Ă  s’enclencher, les retombĂ©es sur l’économie marocaine seraient lourdes de consĂ©quences.

Mouna Kably & Khadija El Hassani

Le marché intérieur à la rescousse

Crise ou pas crise, les activitĂ©s tournĂ©es vers la demande intĂ©rieure devraient sauver la mise d’ici la fin de l’annĂ©e
 Ă  l’exception du secteur automobile qui tarde Ă  redĂ©marrer. Plus globalement, les activitĂ©s non agricoles devraient reprendre le dessus. En 2009, elles avaient perdu du terrain face Ă  une rĂ©colte cĂ©rĂ©aliĂšre record de 102 millions de quintaux. En 2010, celle-ci s’établirait autour de 70 millions de quintaux, « ce qui correspond Ă  la moyenne de la dĂ©cennie », ajoutent les analystes de la salle des marchĂ©s Attijari Capital Markets. Toutefois, le secteur textile ne devrait pas sortir de sa morositĂ© mĂȘme si, depuis la fin du mois de mars, les carnets de commandes se sont quelque peu garnis. « Ce secteur clĂŽture le premier trimestre avec de mauvaises performances. En proie Ă  des faiblesses structurelles, le textile requiert une profonde remise en question pour doper sa compĂ©titivitĂ© Ă  l’international. » Peu de chance pour que cette mutation s’opĂšre d’ici la fin de cette annĂ©e.


Sauvetage in  Extremis

AprĂšs 4 mois de tergiversations, l’UE a enfin fait preuve de dĂ©termination en adoptant un plan de sauvetage de 750 millions d'euros (M€), en dĂ©but de semaine. Outre les 60 M€ apportĂ©s par la Commission europĂ©enne sous forme de prĂȘts, 440 M€ sont octroyĂ©s sous forme de garanties par les pays de la zone euro, soit un total de 500 M€. De son cĂŽtĂ©, le FMI apporte une contribution additionnelle de 250 M€ sous forme de prĂȘts. MĂȘme si elle sort fragilisĂ©e par la crise de la dette grecque, l’UE a fini par adopter une mesure Ă©nergique pour stabiliser la monnaie unique et rassurer, temporairement, les marchĂ©s. 


Le déficit commercial sur la pente raide

« Si la crise actuelle venait Ă  se gĂ©nĂ©raliser dans la zone UE, le risque d’incidences sur le Maroc serait important car le Royaume entretient avec l’Espagne, par exemple, des liens commerciaux Ă©troits », relĂšve Mohamed Larbi Ben Othmane, professeur de droit Ă©conomique.

Par ailleurs, compte tenu de la structure des Ă©changes, les importations marocaines sont rĂ©glĂ©es, en grande partie, en dollars, tandis que les exportations sont, pour l’essentiel, adressĂ©es Ă  la zone euro. De ce fait, si la monnaie europĂ©enne poursuit sa baisse face au dollar, le dĂ©ficit commercial du Maroc se creusera davantage dans les prochains mois. Les ventes de phosphates sauveront-elles la mise ? Rien n’est moins sĂ»r. Le Maroc exporte, pour l’essentiel, du phosphate brut. Si le ralentissement de l’activitĂ© industrielle des pays partenaires se confirme, la demande de phosphate brut pourrait baisser, impactant fortement les recettes d’exportations.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter