EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
actuel n°93, vendredi 6 mai 2011
| More

FiliĂšre bio, produits du terroir, rapprochement avec l’AlgĂ©rie, prĂ©sence française
 Le 6e SIAM a permis aux visiteurs de faire un vĂ©ritable tour d’horizon du secteur agricole.


***

DĂ©laissĂ©e depuis de longues annĂ©es, l’agriculture algĂ©rienne fait depuis peu l’objet de toute l’attention de l’Etat. Et, pour la premiĂšre fois, les AlgĂ©riens Ă©taient prĂ©sents au Salon international de l’agriculture (SIAM) qui s’est tenu du 27 avril au 2 mai.

 

Un vaste stand aux couleurs du voisin oriental hĂ©bergeait une dĂ©lĂ©gation d’entreprises et d’institutions venues prĂ©senter le savoir-faire algĂ©rien et les ambitions de l’agriculture nationale.

Le ministre algĂ©rien de l’Agriculture Rachid BenaĂŻssa a tenu Ă  le prĂ©ciser en rappelant que son pays s’était lui aussi dotĂ© d’un plan aux objectifs identiques Ă  ceux du plan Maroc Vert !

Signe de ce rĂ©chauffement des relations par l’économie, les deux ministres algĂ©rien et marocain se sont entendus sur un mĂ©morandum signĂ© la veille de l’ouverture du salon visant Ă  renforcer la sĂ©curitĂ© alimentaire des deux pays.

La similitude de vues s’illustre aussi sur le terrain. A l’image de ce qui se fait en Europe ou au Maroc, les AlgĂ©riens veulent faire reconnaĂźtre et mieux vendre leur production agricole.

Pour cela, ils ont crĂ©Ă© une structure dĂ©diĂ©e, la SociĂ©tĂ© de valorisation des produits du terroir, qui a participĂ© Ă  la mise en place de l’IG (indication gĂ©ographique) « datte de Tolga ».

Boulenouar Sekouane, son PDG, indique travailler en ce moment sur d’autres labellisations telles que « la figue de Beni Maouch », « l’olive sigoise de Mascara » ou encore « les ovins d’Ouled Djellal ».

En termes de quantitĂ©s, l’AlgĂ©rie a montrĂ© aussi ses ambitions avec l’huile d’olive. Le pays rĂ©coltera 600 000 tonnes d’olives en 2010-2011 et compte atteindre 800 000 tonnes en 2014. Pour faire face Ă  l’afflux de matiĂšre premiĂšre, l’AlgĂ©rie entend se doter de 300 huileries supplĂ©mentaires d’ici trois ans.

Khodja et Compagnie, l’un des principaux producteurs nationaux (75 millions de DA de CA en 2010), compte bien se dĂ©velopper en AlgĂ©rie « en profitant du dĂ©veloppement de la consommation qui doit passer d’un litre par an et par personne aujourd’hui Ă  5 litres dans les 5 prochaines annĂ©es », explique Bachir Khodja, le gĂ©rant. Mais celui-ci veut aussi dĂ©velopper ses exportations (20% du volume aujourd’hui) en visant la communautĂ© algĂ©rienne Ă  l’étranger.

Nourrir 9 milliards d’habitants

AprĂšs l’Allemagne en 2010, c’était au tour de la France. Pour l’occasion, toute une dĂ©lĂ©gation d’acteurs du terrain impliquĂ©s dans les relations franco-marocaines avait fait le dĂ©placement dont Xavier Beulin, prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).

Ce dernier, qui s’est exprimĂ© en prĂ©sence de Aziz Akhannouch, a soulignĂ© le caractĂšre urgent des solutions Ă  trouver pour nourrir les neuf milliards d’habitants que la terre comptera bientĂŽt, qualifiant de « critique le dĂ©sĂ©quilibre actuel entre la disponibilitĂ© des cĂ©rĂ©ales, l’accĂšs Ă  l’eau et le nombre de consommateurs ».

Soulignant que l’agriculteur ne peut lutter seul contre le marchĂ©, il a plaidĂ© pour plus de rĂ©gulation sur le marchĂ© mondial des matiĂšres premiĂšres agricoles afin de mettre Ă  l’abri les consommateurs et les producteurs des variations brutales des cours.

A ce propos, il s’est rĂ©joui que le sujet soit inscrit au menu des discussions du prochain G20 dont la France est prĂ©sidente. Concernant l’accord agricole Maroc-UE, il a assurĂ© que la FNSEA le soutient et va plaider pour son aboutissement en expliquant son intĂ©rĂȘt aux producteurs de la rive nord de la MĂ©diterranĂ©e.

Selon lui, l’idĂ©e Ă  terme est de parvenir Ă  une zone euro-maghrĂ©bine cohĂ©rente en matiĂšre agricole afin d’éviter la monopolisation de la production agricole par un groupe restreint de pays Ă©loignĂ©s des bassins de consommation.

Enfin, Xavier Beulin a insistĂ© sur « l’intĂ©rĂȘt du plan Maroc Vert oĂč l’on retrouve les Ă©lĂ©ments d’une ambition saine, utile et Ă©quilibrĂ©e », assurant qu’au-delĂ  de l’alimentation, « les grands pays agricoles sont aussi ceux qui comptent sur la scĂšne internationale ».

Une cinquantaine de PME avaient fait le dĂ©placement sous le pavillon français – fournisseurs de matĂ©riel, horticulteurs, Ă©leveurs, fabricants d’intrants
 – mais aussi l’entreprise SofiprotĂ©ol, leader de la filiĂšre française des olĂ©agineux (5,5 milliards d’euros de CA en 2009).

Une prĂ©sence qui Ă©tait loin d’ĂȘtre fortuite puisque le groupe possĂšde Lesieur. Ce dernier compte accĂ©lĂ©rer son internationalisation afin de se renforcer au Maghreb oĂč il dĂ©tient une participation minoritaire dans Cristal Tunisie.

Au Maroc, il ne cache plus son intĂ©rĂȘt pour prendre le contrĂŽle de Lesieur Cristal dont la SNI possĂšde les trois quarts du capital. Philippe Tillous-Borde, le DG de SofiprotĂ©ol, a soulignĂ© Ă  ce sujet que son offre « s’inscrit dans la vision du plan Maroc Vert avec le dĂ©veloppement d’une filiĂšre de production d’olĂ©agineux dans le pays. »

Labels et certifications

Forte affluence Ă  la confĂ©rence sur la filiĂšre bio tenue lors de la « journĂ©e française » jeudi 28 avril : on s’y pressait, quitte Ă  rester debout ! Visiblement, le bio suscite l’intĂ©rĂȘt du grand public mais aussi des professionnels.

Des producteurs s’y mettent de façon autonome, d’autres de maniĂšre organisĂ©e en visant une certification. Chez Ecocert Maroc (80% de parts de marchĂ© de la certification bio au Maroc), on souligne que 150 producteurs ont dĂ©jĂ  obtenu le label, dont prĂšs de la moitiĂ© sont des producteurs d’huile d’olive, d’argan ou de safran.

Signe du dynamisme de la filiĂšre : « Ecocert Maroc augmente son chiffre d’affaires de 20% chaque annĂ©e depuis 3 ans », souligne Mounya El Aouni, la directrice gĂ©nĂ©rale. Du cĂŽtĂ© institutionnel, une association s’est constituĂ©e en 2010, l’Amabio (Association marocaine des agriculteurs biologiques) afin de servir entre autres d’interface entre professionnels et pouvoirs publics.

Au ministĂšre de l’Agriculture, on planche actuellement sur une loi qui permettra de rĂ©glementer le terme « bio » au Maroc. CĂŽtĂ© dĂ©bouchĂ©s, l’essentiel de la production part Ă  l’export mais un embryon de distribution organisĂ©e voit le jour.

La Vie Claire, une chaĂźne de commerces de produits biologiques (209 magasins en France) vient d’ouvrir un point de vente Ă  Casablanca. Zineb Laghzaoui, qui dĂ©tient la master franchise pour le Maroc, compte ouvrir deux magasins supplĂ©mentaires d’ici 2012 et recherche des producteurs biologiques en mesure de garnir ses Ă©tals.

Des petits producteurs prĂ©fĂšrent, quant Ă  eux, Ă©couler leur production en nouant des partenariats directement avec les consommateurs, portant sur un panier hebdomadaire de fruits et lĂ©gumes tout au long de l’annĂ©e.

Ils s’inspirent du modĂšle français des Amap dont l’un des objectifs est d’assurer un revenu stable Ă  de petits agriculteurs. Les projets d’agriculture bio seraient au nombre de 120, en cours de dĂ©veloppement dans le pays, selon Lahcen Kenny, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Amabio.

Signe de l’engouement, des « grands » du secteur commencent Ă  s’y mettre, Ă  l’image des Domaines depuis deux ans et demi, avec des tomates rondes, des melons charentais, des courgettes et des poivrons certifiĂ©s Ecocert.

Prochaine Ă©tape : la production d’olives, d’agrumes et de fruits. Les interrogations subsistent toutefois quant Ă  l’émergence rapide d’un marchĂ© intĂ©rieur pour des productions bio accessibles
 Ă  toutes les bourses !

Cyril Bonnel

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter