EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Transport Maman, j’ai pris le tramway  
actuel n°173, jeudi 20 décembre 2012
| More

Le tramway de la capitale Ă©conomique est ouvert au public depuis le 13 dĂ©cembre. Entre les critiques liminaires et les premiĂšres apprĂ©hensions, difficile de prendre position. actuel a voulu en avoir le cƓur net. Voyage Ă  travers quarante stations et plus de deux heures au cƓur du tramway de Casablanca.


Gare de AĂŻn Diab. Huit heures du matin. Un agent de Casa Tramway prend les piĂšces de monnaie de la main des passagers, manipule la machine et leur remet les tickets. Certains refusent de se faire guider et prĂ©fĂšrent utiliser les autres machines. «  J’habite en Angleterre. Je sais comment utiliser une machine  !», lance un jeune immigrĂ©, venu passer le rĂ©veillon au Maroc. « C’est pour gagner du temps  », rĂ©pond l’agent, sans donner plus d’explications. « A Rabat, ils ont pourtant tout bien expliqué », affirme une passagĂšre. Dommage pour notre rĂ©sident Ă  l’étranger. Les autres machines sont hors service
 pour le moment. Le tramway dĂ©marre. Les accĂ©lĂ©rations semblent assez rapides et les freinages plutĂŽt brusques. « Il faut rattraper le temps perdu ! », ironise un passager. A l’intĂ©rieur, les siĂšges changent de ceux de M’dina bus ! De couleur mauve, ils sont agrĂ©ables et confortables. L’ambiance sonore est loin d’ĂȘtre agressive. Douce Ă  l’oreille. « J’ai immĂ©diatement commencĂ© Ă  prendre le tramway pour me rendre Ă  mon Ă©cole. C’est pratique», partage Khalid A., jeune Ă©tudiant dans une Ă©cole de commerce.

Boulevard Ibn Tachfine

Des jeunes femmes montent. Elles travaillent dans une usine proche du terminus de Sidi Moumen. « Ca nous change des bus et des grands taxis », partagent-elles, soulagĂ©es. Trois arrĂȘts plus loin, la fameuse usine de Chimicolor. Dans le haut-parleur, le conducteur annonce la station Hay Raja. Des passagers se prĂ©parent Ă  descendre quand le tramway freine brutalement. Un camion s’est arrĂȘtĂ© sur le chemin du tram. Plus de peur que de mal.

Sur l’une des fenĂȘtres de la rame, un autocollant prĂ©cise la charge maximale autorisĂ©e : « 168 personnes debout et 51 assises ». Nous sommes encore loin du compte. « Je prends le tramway pour me rendre Ă  l’hĂŽpital. C’est moins fatigant... pour le moment  », confie Malika, la cinquantaine. Mais si ces usagers optent pour le tramway pour son cĂŽtĂ© « pratique », d’autres le prennent juste pour le plaisir. « Je veux tester et voir de quoi il a l’air de l’intĂ©rieur », affirme Abdelmoula K., gĂ©rant d’un magasin de quincaillerie.

 

Station du boulevard Ibnou Nafi

9h42. Le tramway est presque vide. Notre patiente descend. Deux agents de police montent. « C’est rassurant », partage Ahmed, gĂ©rant de cafĂ©. Pour ce trentenaire, le tramway est un moyen de transport privilĂ©giĂ© pour ceux qui travaillent pour leur propre compte. « J’ai une carte de dix voyages. Je suis mon propre patron. Que les horaires ne soient pas encore totalement maĂźtrisĂ©s ne me gĂȘne pas », explique-t-il.

Mais l’arrĂȘt est plus long que prĂ©vu. Le temps pour des techniciens de fixer un panneau rectangulaire entre les deux rames. Sans doute pour empĂȘcher les imprudents de traverser par lĂ . L’attente devient toutefois insupportable, mĂȘme pour notre gĂ©rant de cafĂ© qui finit par descendre. Huit minutes plus tard, le conducteur se dĂ©cide Ă  annoncer les travaux rĂ©alisĂ©s entre les deux rames. Au niveau du terminus, Ă  Sidi Moumen, les autoritĂ©s locales dĂ©montent un  bidonville sous le regard stupĂ©fait de ses occupants ! La scĂšne n’interpelle pourtant personne dans le cafĂ© d’en face oĂč des conducteurs de tramway sirotent leur thĂ©. En l’absence de locaux spĂ©cifiques, le cafĂ© est improvisĂ© en « QG ».

 

Un retour Ă  haut risque

DĂ©part Ă  11h45. Un grand-pĂšre demande Ă  son petit-fils de s’asseoir correctement et de se calmer « s’il veut visiter la plage de Ain Diab ». Une voix confirme la destination dans les haut-parleurs. A l’intĂ©rieur les discussions vont bon train sur les tickets du tramway. Vers l’avant de la rame, un jeune couple vĂ©rifie une derniĂšre fois le contenu de leur dossier de demande de crĂ©dit. « Nous nous rendons Ă  un organisme de crĂ©dit afin d’obtenir un prĂȘt pour acheter une voiture. Le tramway est bien pratique. Mais c’est un projet qui nous tient Ă  cƓur », partage le jeune. Le soleil est au zĂ©nith. Mais nulle part oĂč l’éviter Ă  l’intĂ©rieur des rames. Les vitres sont trĂšs larges et offrent une vue panoramique imprenable sur les rues de la ville. Mais les passagers ne veulent pas jouer les touristes. « MĂȘme Ă  dos de chameau, on aurait pu y arriver plus vite », lance l’un d’entre eux.

A la station suivante

Trois jeunes hommes montent. TrĂšs agitĂ©s, ils attirent immĂ©diatement les regards. Les policiers les repĂšrent. Des regards sont Ă©changĂ©s. Le message est passĂ©. Les trois individus se calment. A 12h09, un motocycliste emprunte la voie ferrĂ©e. En essayant de doubler les rames, il frĂŽle la glissade. C’est suffisant pour stopper le tramway. Quelques mĂštres plus loin, un deuxiĂšme arrĂȘt s’impose. Cette fois-ci, c’est un vĂ©hicule de transport du personnel dont le conducteur n’a pas libĂ©rĂ© la voie ferrĂ©e. Un agent de la circulation le siffle. Incident rĂ©solu. « Les Marocains ont le don de conduire n’importe comment », lance une jeune Ă©tudiante qui emprunte le tramway pour se rendre Ă  son Ă©cole de stylisme.

 

Station Ali Yata

Les premiers « costumes » font leur apparition. Petit Ă  petit, les djellabas et foulards cĂšdent la place aux jeans, pulls et brushing tendance. Autre statut social, autres sujets de discussion. « Je n’en pouvais plus des petits taxis et de leur orgueil dĂ©mesuré », lance un passager. Pour cette catĂ©gorie, il est plus important de savoir si les horaires programmĂ©s par la sociĂ©tĂ© gestionnaire du tramway vont permettre de repartir dĂ©jeuner chez soi, entre midi et 14 heures. Le tramway s’arrĂȘte Ă  12h24 quelques mĂštres avant la station du boulevard Bahmad. Un bus bloque son passage. « Les bus ont dĂ©sormais des adversaires de taille. ça leur apprendra Ă  conduire n’importe comment », ironise Ahmed B., caissier dans une agence bancaire du centre-ville. « Heureusement que je n’aurai plus jamais Ă  subir leurs humeurs », continue-t-il.

Station Casa voyageurs

Des Ă©tudiantes montent dans le tram. Mais l’arrĂȘt, lĂ  aussi, est plus long que prĂ©vu. Les minutes passent. On s’impatiente. Les Ă©tudiantes finissent par redescendre de la rame. « Ce n’est pas le conducteur qui va nous fournir un justificatif de retard ! », lance l’une d’entre elles. Les passagers commencent alors Ă  interpeller le conducteur. Il ne rĂ©agit pas et finit par se faire insulter. Les portes se fermeront dix minutes plus tard. « C’était une mauvaise idĂ©e de laisser ma voiture au garage aujourd’hui », lance une jeune femme. On essaye de la rassurer : « Avec le temps, la machine sera rodĂ©e. » Un passager commence Ă  s’agiter. Il dĂ©bite une dizaine de gros mots simplement pour se faire plaisir. « C’est un fou », lance une jeune cadre. AussitĂŽt, un policier le somme de se taire. Le « fou » s ‘exĂ©cute quelques minutes, puis rĂ©cidive. Le tramway s’arrĂȘte, le policier le fait descendre. «Je prendrai le suivant ! », promet-il. Comme quoi, tant que le tramway n’est pas encore suffisamment rodĂ©, il faudrait ĂȘtre
 fou pour le prendre rĂ©guliĂšrement !

Abdelhafid Marzak

Tram

L’effet clochette

 

Mardi 18 dĂ©cembre, 10h25, station RĂ©sistance. Ça fait une demi-heure qu’on attend le tram, et dix bonnes minutes qu’en sens opposĂ© une rame est bloquĂ©e. Finalement, les passagers descendent en rouspĂ©tant Ă  peine. Un prĂ©posĂ© vient nous expliquer qu’il y a une panne d’alimentation. Personne ne se plaint.

Le Casaoui indisciplinĂ© et frondeur est devenu philosophe. Et c’est vrai  que l’ONCF nous a habituĂ©s Ă  pire comme d’attendre deux heures en rase campagne sans aucune explication. En France, les rĂąleurs professionnels auraient pourtant dĂ©jĂ  agoni d’injures les agents du tramway. Mais Ă  Casa, le rail rend zen.

Tout le week-end, alors qu’il fallait attendre souvent vingt-cinq minutes entre chaque rame, on embarquait en famille sans moufter. Tout le monde semblait content de sa croisiĂšre urbaine pour visiter la ville dans un travelling au ralenti. J’ai mĂȘme vu des rajaouis et des widadis dans le mĂȘme wagon, s’ignorant superbement pour regarder le paysage. Comme si les boulevards repeints de neuf et la voirie rĂ©novĂ©e d’une ville plus clean lavaient les esprits. Comme si la clochette du conducteur apaisait les Ăąmes stressĂ©es nourries au klaxon. Comme si Casa se mettait Ă  ressembler Ă  Rabat...

Eric Le Braz

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter