EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
actuel n°143, vendredi 25 mai 2012
| More

La crise est lĂ , les banquiers la ressentent comme les PME. Au bord de l’asphyxie, la machine Ă©conomique est en attente d’un Ă©lectrochoc.


L’on s’y attendait depuis des mois, maintenant c’est une rĂ©alitĂ©. L’économie marocaine est gagnĂ©e par la rĂ©cession qui frappe ses pays partenaires de la zone euro. Certains opĂ©rateurs n’hĂ©sitent pas Ă  parler de paralysie de la machine Ă©conomique. Peu de projets d’investissement dans le pipe, de moins en moins de dossiers de crĂ©dits traitĂ©s par les banques, aggravation des incidents de paiement, explosion des rĂšglements cash. Les difficultĂ©s, voire l’asphyxie que vivent depuis plusieurs mois les secteurs exportateurs et le tourisme, sont en train de se gĂ©nĂ©raliser au reste du tissu industriel. Au point qu’aujourd’hui, les opĂ©rateurs peinent Ă  garder la tĂȘte hors de l’eau. Les dĂ©lais de rĂšglement s’allongent, les tensions de trĂ©sorerie montent en flĂšche, tout comme les impayĂ©s.

L’adoption tardive de la loi de Finances 2012 a prĂ©cipitĂ© la paralysie d’une Ă©conomie dĂ©jĂ  fragile. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, faute de budget, l’Etat et les entreprises publiques ont accumulĂ© les factures, prenant en otage les entreprises prestataires, des petites et moyennes entreprises pour la plupart.

Effet collatĂ©ral : les banques font preuve d’une plus grande prudence et ferment le robinet du crĂ©dit. Une prudence alimentĂ©e par l’aggravation du risque et l’envolĂ©e du taux des crĂ©ances en souffrance. « GĂ©nĂ©ralement, les banques jouent un rĂŽle contra-cyclique, elles accĂ©lĂšrent la crise en cas de rĂ©cession, et dopent la croissance en cas de reprise », explique un analyste financier. Il n’est donc pas Ă©tonnant que les banques locales fassent preuve, depuis plusieurs mois, d’une extrĂȘme prudence et dĂ©veloppent une aversion au risque. Ce nouveau tour de vis s’explique aussi par le fait que les banques ont dĂ» faire face, depuis novembre 2011, Ă  des retraits massifs de liquiditĂ©s, suite Ă  la suppression des bons de caisse anonymes. Cette mesure avait fait l’objet d’une circulaire de Bank Al-Maghrib (BAM) pour tenter de limiter le blanchiment de l’argent sale.

Selon les statistiques de la Banque centrale, l’encours des comptes Ă  terme et bons de caisse est passĂ© de 154 milliards Ă  146 milliards de dirhams en l’espace d’une annĂ©e. En 2009, ce poste avait crevĂ© le plafond Ă  160 milliards de dirhams. La levĂ©e de l’anonymat sur les bons de caisse y serait pour beaucoup. A cela s’ajoute l’instauration, en avril 2011, du chĂšque barrĂ© et non endossable pour les clients patentĂ©s. Une dĂ©cision qui, certes, n’a pas force de loi puisqu’elle Ă©mane du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), mais qui est censĂ©e instaurer plus de transparence dans le rĂšglement des transactions, en limitant les paiements en espĂšces. Dans les faits, sa mise en Ɠuvre s’avĂšre ĂȘtre plus compliquĂ©e que prĂ©vu, d’autant que le taux de bancarisation de la population reste trĂšs faible, bien en deçà des 45% annoncĂ©s par BAM.

 

Préservation des marges bancaires

Tous ces facteurs expliquent que ni la baisse du taux directeur de 25 points de base Ă  3% dĂ©cidĂ©e par BAM en mars dernier ni le rallongement de la durĂ©e des prĂȘts octroyĂ©s par la Banque centrale aux banques n’ont suffi Ă  relancer la machine du crĂ©dit. « En rĂ©alitĂ©, le resserrement du crĂ©dit par les banques n’est pas liĂ© Ă  un problĂšme de liquiditĂ©, mais Ă  une aversion au risque face Ă  la fragilitĂ© des entreprises et Ă  la morositĂ© de la conjoncture », explique un analyste financier. Qu’à cela ne tienne, en dĂ©cidant de rĂ©duire le taux directeur, Bank Al-Maghrib juge important de prĂ©server les marges bancaires. Ce cadeau est concĂ©dĂ© aux banques pour les aider Ă  contrecarrer la situation tendue sur le marchĂ© monĂ©taire, les inciter Ă  rĂ©duire leur coĂ»t de refinancement et surtout Ă  en faire profiter leur clientĂšle. Mais Ă  ce jour, ce processus vertueux tarde Ă  s’enclencher. La production de crĂ©dit Ă©volue timidement, les taux d’intĂ©rĂȘt affichent une rĂ©sistance Ă  la baisse. Quant au marchĂ© interbancaire, il persiste dans une situation de sous-liquiditĂ© qui devient structurelle. Celle-ci s’est mĂȘme aggravĂ©e depuis le dĂ©but de l’annĂ©e. En cinq mois, le dĂ©ficit de liquiditĂ©s a atteint le niveau jamais Ă©galĂ© de 60 milliards de dirhams.

Alors, au-delĂ  des actions disparates pour tenter de moderniser l’économie, le ministĂšre des Finances, BAM, le GPBM et la ConfĂ©dĂ©ration gĂ©nĂ©rale des entreprises marocaines gagneraient Ă  coordonner leurs stratĂ©gies pour accĂ©lĂ©rer le rythme des rĂ©formes et Ă©viter les effets pervers, comme l’hĂ©morragie des capitaux hors du circuit bancaire observĂ©e ces derniers mois.

Mouna Kably

Nouvel emprunt international avant fin 2012

 

En plus de l’extrĂȘme prudence des banques face Ă  la montĂ©e du risque et des crĂ©ances en souffrance, la situation de sous-liquiditĂ© est aussi liĂ©e au creusement du dĂ©ficit commercial, au recul des transferts MRE et Ă  la chute des recettes touristiques. D’oĂč la dĂ©tĂ©rioration des avoirs extĂ©rieurs nets de BAM. Cette sous-liquiditĂ© persistante incite les banques Ă  recourir massivement aux avances hebdomadaires, et plus accessoirement aux pensions Ă  trois mois. Les avances Ă  sept jours ont totalisĂ© en moyenne 40 milliards de dirhams en avril 2012, contre une moyenne de 31 milliards de dirhams entre janvier et mars. Quant aux avances Ă  trois mois, elles ont atteint 15 milliards de dirhams.

« Attention, il ne faut pas faire d’amalgame entre ce qui se passe en Europe et au Maroc », tempĂšre un observateur. La crise de liquiditĂ©s dans la zone UE est liĂ©e Ă  la perte de confiance des banques entre elles. « C’est le seul phĂ©nomĂšne qui peut briser tout Ă©change sur le marchĂ© interbancaire. Au Maroc, ce n’est pas le cas », soutient-il.

Contrairement Ă  ses pays partenaires, le Maroc est, lui, en situation de « sous-liquiditĂ©s ». Mais le phĂ©nomĂšne date de 2007 et devient structurel. La dĂ©tĂ©rioration de la compĂ©titivitĂ© de l’offre exportable y est pour beaucoup. Pour attĂ©nuer cette tension sur les liquiditĂ©s, BAM a dĂ» procĂ©der progressivement Ă  un revirement stratĂ©gique. « Alors que son rĂŽle premier est de veiller Ă  la stabilitĂ© des prix, aujourd’hui, elle soutient en prioritĂ© le systĂšme bancaire », est-il relevĂ©. Tant que l’inflation demeure modeste et que le systĂšme de compensation des produits de base permet de neutraliser la flambĂ©e des cours mondiaux, ce changement de cap de BAM n’aura pas d’impact nĂ©faste sur l’économie rĂ©elle. A noter qu’il existe un autre moyen de desserrer l’étau : sortir sur le marchĂ© international. Salaheddine Mezouar avait initiĂ© une levĂ©e de fonds de 1 milliard d’euros (11 milliards de dirhams) en 2010. Une bouffĂ©e d’oxygĂšne qui a permis de booster, temporairement, les avoirs en devises. En 2011, aucun emprunt international n’a pu ĂȘtre lancĂ© du fait de la crise de la dette souveraine dans la zone UE. Mais en 2012, les autoritĂ©s monĂ©taires n’écartent pas l’éventualitĂ© d’une nouvelle sortie. Le Maroc aurait mĂȘme entamĂ© des nĂ©gociations avec des intervenants Ă©trangers pour lever des fonds Ă  des conditions intĂ©ressantes avant fin 2012.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter