EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
actuel n°136, vendredi 6 avril 2012
| More

Il a introduit un raï d’une trempe particulière au moment où les « cheikh » régnaient en maîtres. Son irrévérence a séduit d’emblée. Au Maroc pour la promotion de son dernier album Dima Raï , Cheb Kader nous raconte ses débuts, ses succès, ses ennuis…

 

Sur une terrasse casablancaise, Kader, visiblement déshydraté par la chaleur humide du bled, commande une bouteille d’eau. La « bibliothèque » de Paul nous permet de nous mettre à l’abri des regards curieux. Car il est facile de reconnaître l’enfant terrible du raï. A presque quarante-six ans, Kouider Morabit alias Kader n’a pas pris une ride. Même bouille d’ado qu’on lui connaissait il y a vingt ans de cela ; et même humilité de ce passionné de la scène qui a créé ce qu’on appelle aujourd’hui « la fusion », au moment où Mami et autres proclamés « princes du raï » répétaient encore leurs gammes. « Très peu de gens le savent mais je suis marocain », avance l’artiste.

 

Men Wahran l’Mulhouse

NĂ© Ă  Oran en 1966, Kader grandit au milieu d’une famille originaire de Berkane et de SaĂŻdia, qui ne tardera pas Ă  revenir au Maroc lorsque les conflits politiques se dĂ©clenchent entre les deux pays voisins. « Tous les Marocains d’AlgĂ©rie ont Ă©tĂ© expulsĂ©s. Nous avons Ă©tĂ© accueillis, ma mère, mon frère et moi, par notre famille au Maroc avant de rejoindre mon père Ă  Mulhouse », explique l’artiste, non sans aigreur. Grâce Ă  un père flĂ»tiste Ă  ses heures perdues,  Kader dĂ©couvre la musique.

 

« Mosaïque », émission-télé diffusée sur FR3 (France 3 d’aujourd’hui) les dimanches à 8h, élargit les horizons musicaux de l’enfant de neuf ans vers d’autres styles tels que Nass El Ghiwane, des musiques maghrébines traditionnelles… A douze ans, en assistant au spectacle organisé par l’Association des Marocains de Mulhouse à l’occasion de la fête du Trône, on lui demande de chanter. Il interprète Palestine  du mythique groupe marocain Lemchaheb. C’est le déclic. Kader s’essaie aux instruments musicaux et enchaîne les baptêmes et les fêtes de famille. Plus tard, c’est l’âge des discothèques, de la découverte du rock, du funk et du reggae. « D’où les nombreuses influences que l’on retrouve dans mes sonorités », explique-t-il.

 

Naissance d’un raï new age

« Je fais partie d’une vague d’artistes qui a bouleversĂ© les codes d’une musique dont l’univers Ă©tait jusqu’alors guindé », assène le chanteur. Aux raĂŻmen en costard, papillon et cheveux gominĂ©s, le public  prĂ©fère les « cheb », des jeunes qui reprennent le rĂ©pertoire de Mohamed Wahbi, Blaoui Elhouari ou encore Cheikha Rimitti avec fraĂ®cheur et entrain. Un raĂŻ beur est nĂ©. « Très peu de gens y croyaient au dĂ©part. Y compris les artistes eux-mĂŞmes. Il fallait dire que venant d’un Marocain, qui de surcroĂ®t a commencĂ© sa carrière en France et non pas Ă  Oran, ma dĂ©marche n’a pas Ă©tĂ© comprise d’emblĂ©e. » Kader a de grandes ambitions : adapter un style pour le faire connaĂ®tre. Il s’en donne les moyens.

 

Une longue formation au conservatoire lui permet de faire des arrangements musicaux, de raccourcir les chansons de dix minutes et de fluidifier les refrains. Aux journalistes qui lui reprochent de ne pas faire du vrai raï, il répond : « Ce qui n’est pas du raï aujourd’hui le deviendra demain. » La carrière de Kader décolle et le succès est assuré bien au-delà des frontières de l’Hexagone. Au Japon, aux Etats-Unis, en Scandinavie, le public qui ne connaît de la musique arabe que celle de la diva égyptienne Oum Kalthoum, découvre des sonorités festives, entraînantes et faciles à retenir même si la langue n’est pas forcément compréhensible.

 

Précurseur mais ni prince ni roi

Installé à Paris depuis un bout de temps, Kader sort son premier album en 1986, grâce à des fonds récoltés çà et là à coups de petits boulots. Dix années de recherche et d’apprentissage lui ont donc été nécessaires mais cela valait la peine d’y croire. Aussitôt sorti, il est distribué dans les grands magasins. Premières apparitions à la télé et premières invitations par des animateurs vedettes tels que Frédéric Mittérrand, Thierry Ardisson ou encore Christophe Dechavanne qui s’intéressent à ce raï.

 

Les sept millions de Français originaires du Maghreb se sont retrouvés dans cette culture car c’est tout ce qu’ils attendaient. En 1988, Kader sort un second album qui contient l’incomparable Sel Dem Deri et l’incontournable Sidi El Houari. « La première chanson de raï à avoir eu droit à un clip est bien Sel Dem Deri », rappelle fièrement Kader. Et d’ajouter : « Toutes les chansons de mes albums, je les ai écrites et composées. » Mais si Khaled ou Mami ont rapidement été affublés de « roi » et de « prince » du raï, Kader, lui n’a jamais pu jouir d’un tel surnom. Et pour cause, au lieu de remasteriser les chansons du folklore oranais, il a préféré créer les siennes.

 

Troisième album et puis s’en va…

En 1991, il sort Lawwama, chanson phare de son troisième album. Le succès est certain mais l’artiste préfère se retirer de ce milieu qui l’a tant déçu. « Les intérêts sans limites des maisons de disques, les gens qui reprennent les chansons des autres sans jamais les remercier… cette ambiance m’a rebuté. J’ai décidé de faire un break par rapport à la scène mais j’ai continué à jouer chez moi », argumente le trublion du raï qui vit du commerce onze années durant. Manensak voit enfin le jour en 2002. Pourtant, rien ne le prédestinait à sortir Kader de sa « retraite ». « J’avais enregistré cet album à la maison et je l’avais confié à Stéphane Blaess, un grand arrangeur qui voulait l’écouter. Il l’a proposé à Universal sans me prévenir », raconte Kader. L’artiste accepte de signer avec cette maison réputée mais à une condition : enregistrer avec l’Orchestre philharmonique de Sofia. « C’est un rêve de gamin que j’ai concrétisé. Proposer un raï classieux, grandiose, démontrer qu’il peut être universel », confie l’éternel enfant qui s’est contenté de produire peu de chansons mais en a fait des œuvres intemporelles.

 

Le retour de l’enfant prodige

Rebelote avec une tournée internationale suite à Manensak, mais l’engouement est moindre. Guerre du Golfe, chute des ventes de disques, quasiment plus d’émissions de variétés sur les chaînes françaises et l’avènement d’Internet… le passionné décide de réagir. D’où l’élaboration de ce dernier album, sorti en janvier en France et déjà en vente au Maroc. Vieilles et nouvelles chansons s’y disputent la vedette. Les éternelles Sidi El Houari et Sel Dem Deri sont reprises pour le bonheur de tous les nostalgiques de ce raï des 80’s aux rythmes jazzy et divinement marqué par la virtuosité de l’artiste tant en guitare qu’en violon.

 

Ajoutez à cela Ya Zina de Raïna Raï, groupe qu’affectionne particulièrement Kader pour son originalité et l’influence qu’il a eue sur notre Nayda. « Darga, c’est un peu les enfants de Raïna Raï ! », note l’artiste qui compte monter une formation musicale au bled parce qu’il y a trouvé d’excellents musiciens. Dima Raï (seul album de Kader à porter un nom) détone !

Et pourquoi le Maroc pour la promo de son dernier opus ? « Parce que c’est mon pays et j’y suis très attaché plus qu’à n’importe quelle autre contrée. D’ailleurs, vous allez beaucoup me voir dorénavant… ».

Asmaâ Chaïdi Bahraoui
| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter