EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
MĂ©garama  Grandeur et dĂ©cadence
actuel n°125, vendredi 20 janvier 2012
| More

Le Mégarama de Casablanca, premier multiplexe au Maroc, est arrivé en déroulant son tapis rouge et ses têtes d’affiche. Cette année, le mastodonte fête ses dix ans, ses 10 millions de spectateurs et pourtant…

 

En 2002, on allait au Mégarama comme à une fête, en manteau de fourrure et habit de lumière. Aujourd’hui, jeans et baskets y ont élu domicile. Le chiffre d’affaires du multiplexe reflète cette fréquentation éclectique.

 Fort de ses 930 000 spectateurs en 2011, le gĂ©ant du cinĂ©ma a clĂ´turĂ© l’annĂ©e avec quelque 40 millions de dirhams de recettes. A la direction du MĂ©garama, l’optimisme est de mise et l’activitĂ© devrait Ă©voluer encore de 15% cette annĂ©e ! Le multiplexe de Casablanca – contrairement Ă  celui de Marrakech – bĂ©nĂ©ficie d’une situation exceptionnelle, Ă  l’entrĂ©e de la corniche.

 Accessibles et abordables pour les cinĂ©philes casablancais, les films d’action et les comĂ©dies les plus cĂ©lèbres y sont projetĂ©s. Voici la belle histoire d’une dĂ©cennie du gĂ©ant du cinĂ©ma au Maroc. Mais en dix ans, le MĂ©garama a aussi changĂ© de visage, a parfois déçu et surtout vieilli. Aujourd’hui, le multiplexe peine Ă  se renouveler et Ă  offrir des prestations de qualitĂ© Ă  ses visiteurs. La vieille dame semble avoir des soucis de santĂ© et aurait besoin d’un bon lifting !

 

Odeurs nauséabondes

Avant d’être le lieu de rencontre et d’ouverture sur le monde, le cinéma, c’est d’abord une belle image et un bon son. Mais de ce point de vue, le Mégarama semble avoir du mal à respecter son cahier des charges.

 L’entretien des salles n’est plus au rendez-vous ces derniers temps. Cela va de l’hygiène gĂ©nĂ©rale Ă  l’état des sièges sales ou dĂ©chirĂ©s, en passant par les odeurs incommodantes et parfois nausĂ©abondes de la moquette (qui n’a pas Ă©tĂ© changĂ©e depuis l’ouverture !) et Ă  un son inintelligible dans certaines salles…

 MĂŞme si le directeur reconnaĂ®t les dĂ©faillances de ses services d’hygiène, il promet nĂ©anmoins d’y remĂ©dier et de faire appel Ă  une sociĂ©tĂ© spĂ©cialisĂ©e. «Nous rĂ©injectons 20% Ă  25% du chiffre d’affaires dans l’entretien des salles, le matĂ©riel et les compĂ©tences aussi », justifie David Frauciel.

 Dans son bureau, un nouveau modèle de fauteuil au tissu Ă©carlate assez Ă©pais, ou encore des prototypes d’accoudoirs Ă  l’ossature renforcĂ©e, sont en train de prendre forme…  Le lifting est en route, la rĂ©flexion Ă  peine entamĂ©e. « Cela se fera au fur et Ă  mesure, tout au long de l’annĂ©e 2012 », indique sans prĂ©cision le directeur. Mais ce n’est pas la seule nouveautĂ© que promet l’exploitant.

 Si le MĂ©garama est devenu un lieu de rencontre, toutes couches sociales confondues, cela va bientĂ´t changer. Le gĂ©ant du cinĂ©ma va se repositionner et ne sera plus aussi accessible. Les prix vont augmenter de façon assez significative. Pourquoi s’en priver ?

 Au Maroc, les prix des billets de cinĂ©ma sont libres et les exploitants ont le droit d’établir la marge bĂ©nĂ©ficiaire qu’ils souhaitent. Seule obligation : informer le CCM. « Nous n’avons pas augmentĂ© nos prix depuis deux ans et les films coĂ»tent de plus en plus cher », justifie le premier responsable de l’enseigne au Maroc.

 En effet, le prix de l’entrĂ©e est passĂ© de 30 DH en 2002 Ă  50 DH en 2011. Quant au coĂ»t d’un film, « il est en moyenne de 10 000 euros et peut atteindre jusqu’à 30 000 euros », prĂ©cise l’exploitant.

 

Trop démocratisé

Hormis l’absence d’une instance de régulation du secteur, qui est d’ailleurs à déplorer, ces augmentations de tarifs n’ont pas pour but de générer plus d’argent mais de « recentrer la population et de revendre le côté élitiste du Mégarama », poursuit-il.

 Le mot est lâchĂ©, le MĂ©garama s’est trop dĂ©mocratisĂ© semble-t-il ! Qu’à cela ne tienne. Une augmentation ne coĂ»te rien et la direction semble avoir dĂ©jĂ  trouvĂ© un compromis. « Casablanca est une ville très Ă©tendue. Nous allons construire un nouveau complexe, d’ici 2015, plus Ă©conomique, accessible Ă  des bourses plus modestes, avec moins de services… Nous passerons les mĂŞmes films, mais Ă  moindre coĂ»t. »

 Autre grande nouveautĂ© cette annĂ©e et nettement moins affligeante que la prĂ©cĂ©dente, la gĂ©nĂ©ralisation du numĂ©rique dans toutes les salles. Le MĂ©garama veut afficher sa diffĂ©rence en s’équipant, d’ici juin 2012, de cette nouvelle technologie. CoĂ»t de l’opĂ©ration : un million de dirhams par salle.

 Entre Marrakech et Casablanca, 23 salles vont ĂŞtre Ă©quipĂ©es. Le multiplexe, qui voit grand, a aussi un appĂ©tit de gĂ©ant. De nouveaux MĂ©garama seront construits Ă  Tanger, Rabat, Agadir, et Fès – après la rĂ©cente acquisition de la salle l’Empire de Fès –… Toutefois, si l’enseigne s’agrandit sans rĂ©gler quelques petits bobos, elle risque de payer cher ses nĂ©gligences.

 Pour le personnel du MĂ©garama, c’est un vĂ©ritable drame social qui se joue tous les soirs dans l’obscuritĂ© des salles. Le 15 dĂ©cembre dernier, le personnel du multiplexe – ouvreuses et agents d’accueil – excĂ©dĂ©s par le comportement irrespectueux de leur hiĂ©rarchie, s’arrĂŞtent de travailler une heure et demie, brassards rouges au bras, pour attirer l’attention de la direction sur leurs conditions de travail.

 Â«â€‰Le plus gros de nos revendications concerne le fonctionnement interne du MĂ©garama : nous faisons notre travail et nous mĂ©ritons le respect de nos supĂ©rieurs », s’indigne un employĂ©. Mais le respect n’est pas la seule requĂŞte du personnel, les salaires sont aussi au centre des revendications : entre ceux dont la rĂ©munĂ©ration n’a pas bougĂ© depuis plusieurs annĂ©es, et ceux qui ne comprennent pas oĂą vont leurs primes, le cahier des revendications est plein Ă  ras bord.

 Une ouvreuse, qui a souhaitĂ© garder l’anonymat, se confie : « Nous avons des contrats avec un salaire fixe (Ndlr : souvent le SMIG ou un peu plus) et la direction paie nos cotisations Ă  la CNSS, mais en rĂ©alitĂ©, nous sommes payĂ©es au pourboire.

 Bien sĂ»r, nous recevons nos salaires Ă  la fin de chaque mois, mĂŞme si l’argent collectĂ© grâce aux pourboires ne suffit pas Ă  rĂ©munĂ©rer toutes les ouvreuses. On nous explique alors que la direction nous prĂŞte de quoi complĂ©ter nos salaires et que ces montants seront rĂ©cupĂ©rĂ©s les mois suivants. » Les ouvreuses se perdent dans les calculs et les pourcentages, et elles ne sont pas les seules.

 En essayant d’expliquer ce système de rĂ©munĂ©ration, David Frauciel s’emmĂŞle clairement les pinceaux. Pour lui, mĂŞme si le pourboire n’est pas mentionnĂ© dans les contrats de travail du personnel, il est « tout bĂ©nĂ©fice » pour les ouvreuses.

 Â«â€‰La moyenne de l’annĂ©e est très souvent positive, ce complĂ©ment de salaire peut donc ĂŞtre considĂ©rĂ© comme une prime, tente-il de justifier. Et d’ailleurs, aux caisses, il est affichĂ© noir sur blanc que les ouvreuses sont rĂ©munĂ©rĂ©es aux pourboires. » VoilĂ  ce qui pourrait expliquer l’attitude parfois insistante des ouvreuses pour obtenir leur pourboire !

 

Traiter les doléances

Les protestations du 15 décembre mèneront finalement employés et direction devant l’inspection du travail. Les négociations sont en cours et la direction s’engage à satisfaire le plus gros des revendications du personnel.

 Hormis les salaires, les autres dolĂ©ances ne semblent pas très difficiles Ă  satisfaire puisqu’il s’agit d’équiper les comptoirs de chaises pour que les employĂ©s puissent se reposer, de rĂ©parer les douches, ou encore de rĂ©nover les vestiaires. « Tout cela est prĂ©vu dans notre plan d’investissement, nous nous sommes engagĂ©s Ă  traiter ces dolĂ©ances dans les mois Ă  venir », poursuit Frauciel.

 A l’heure oĂą nous mettions sous presse, dix-sept salariĂ©s lĂ©sĂ©s par le passĂ© ont vu leurs salaires s’aligner sur ceux de leurs collègues. « Comme quoi, le manque de communication peut crĂ©er des incomprĂ©hensions inutiles », dĂ©clare cet employĂ© du MĂ©garama, plutĂ´t content des avancĂ©es. Tout est bien qui finit bien ? A suivre…

Amira Khalfallah et Layal Ghanem

Top

Agadir Bombay Le film marocain de Myriam Bakir est en salle depuis trois semaines et, à la surprise générale, il semble générer de grosses entrées sans s’essouffler !

  

Flop

Pirate des CaraĂŻbes 1, un des films qui a coĂ»tĂ© le plus cher (25 000 euros), a Ă©tĂ© l’un des plus gros flops du MĂ©garama ! Ces dernières semaines, c’est le film libanais  Et maintenant on va où ? qui connaĂ®t le mĂŞme sort.

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter