EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂȘte
actuel n°32, samedi 30 janvier 2010
| More

Quinze longs mĂ©trages et autant de courts en compĂ©tition cette annĂ©e. Le cinĂ©ma marocain prend de l’ampleur et gagne en diversitĂ©. Morceaux choisis.

Il pleut sur la ville, la nuit est tombĂ©e, mais dans la petite rue du cinĂ©ma Roxy, un spot inonde de lumiĂšre des groupies tangĂ©rois et les invitĂ©s pressĂ©s. C’est l’ouverture du 11Ăšme Festival national du ïŹlm. Tapis rouge, lustres et escalier Ă  double rĂ©volution : le Centre cinĂ©matographique marocain connaĂźt ses classiques et rien ne peut rĂ©ellement commencer sans la sacrosainte sĂ©ance photo.

RaïŹk Boubker, roi de la comĂ©die, rit Ă  gorge dĂ©ployĂ©e tandis que le tĂ©nĂ©breux jeune comĂ©dien, Rabie Kati, fait rougir les objectifs et que Lahcen Zinoune, rĂ©alisateur en 2007 de La beautĂ© Ă©parpillĂ©e, donne sa premiĂšre interview. Dans l’unique et historique salle de projection, plus une place et plus un bruit quand dĂ©bute l’hommage aux « regrettĂ©s » du cinĂ©ma marocain. Les photos de Abdelkader LotïŹ , Driss Karim, Omar Chenbout et Moulay Ahmed Idrissi apparaissent sur l’écran et ce soir, on verra rejouer Mohamed Said AïŹïŹ dans Elle est diabĂ©tique et hypertendue et elle refuse de crever de Hakim Noury. « Pardonnez mon Ă©motion, mais j’aimais le talent, la beautĂ© et la culture de cet acteur que beaucoup de jeunes comĂ©diens n’ont pas aujourd’hui. C’était un grand angoissĂ©, un perfectionniste », raconte le rĂ©alisateur.

Le ïŹlm dĂ©bute, le Festival est lancĂ©. La soirĂ©e se prolonge au Rif avec Rachid El Ouali, acteur dans le long mĂ©trage en compĂ©tition, Les gars du Bled, ou encore Hassan Benjelloun, lui aussi attendu avec Les oubliĂ©s de l’ histoire. Mais Ă  Tanger, pas de limousine en warning ni de champagne en fontaine, le cinĂ©ma marocain aime la proximitĂ© sociale. A deux pas du Roxy, il sufïŹt de boire un cafĂ© chez Madame Porte pour rencontrer les rĂ©alisateurs et revenir avec Aziz Salmy sur ses Amours voilĂ©es (2008).

L’histoire d’une jeune femme voilĂ©e de vingt-huit ans, qui dĂ©couvre l’amour et transgresse tous ses principes, a fait scandale mais, un an plus tard, le rĂ©alisateur y trouve son compte. « J’ai des sujets Ă  dĂ©fendre et je suis lĂ  pour bouleverser les habitudes. Le public a Ă©tĂ© choquĂ© parce qu’il a justement tout compris, c’est de l’ hypocrisie sociale. Attendez de voir le prochain ! » Rachid El Ouali conïŹrme : « Nous ïŹlmons les problĂšmes sociaux, mĂȘme si une frange du public n’aime pas voir Ă  l’écran ce qu’elle vit dans la rue. J’aimerais avoir l’audace de faire un ïŹ lm sur l’ homosexualitĂ©, sur ces enfants rejetĂ©s dĂšs leur plus jeune Ăąge parce qu’on les croit malades. »

« Tu Ă©tais magniïŹque »

Ces dix derniĂšres annĂ©es, le cinĂ©ma marocain a Ă©voluĂ© avec les mƓurs et le changement politique ; c’est un honneur pour le critique Mohamed Bakrim de penser que « le cinĂ©ma s’ancre dans l’actualitĂ©, provoque le dĂ©bat et sert de vitrine au Maroc moderne ». Il est vrai que le comitĂ© d’organisation a frappĂ© fort cette annĂ©e en ouvrant avec Terminus des Anges. L’ignorance, la stigmatisation et le sida broient dans une mĂȘme torpeur trois vies, racontĂ©es en histoires courtes par trois rĂ©alisateurs. Narjiss Nejjar, Mohamed Mouftakir et Hicham Lasri ont chacun leur style et le ïŹlm en a dĂ©routĂ© plus d’un.

Mais le tournage mĂȘme de ce ïŹlm est intĂ©ressant : les acteurs ont acceptĂ© de commencer sans salaire. L’envie a primĂ©. Quand les lumiĂšres se sont allumĂ©es, la talentueuse Nadia Megri, Ă©mue, s’est simplement approchĂ©e de Sanaa Akroud, sa camarade de jeu : « Tu Ă©tais magniïŹque. » Sanaa Akroud joue Ă©galement avec Rabie Kati pour IsmaĂ«l Saidi dans Ahmed Gassiaux, l’histoire d’un jeune homme qui grandit sans son pĂšre et dĂ©veloppe un sentiment nationaliste jusqu’à participer Ă  l’avĂšnement de l’indĂ©pendance.

Dans ChĂątiment de Hicham Aayane Alhayat, deux femmes qui ont perdu parents, enfants ou mari tentent de retrouver les coupables. Tout aussi Ă©garĂ©es, les Ăąmes tangĂ©roises dans Fissures, le dernier ïŹ lm de Hicham Ayouch, et celle du personnage jouĂ© par Said Bey dans The man who sold the world des frĂšres Noury. Si l’on se contente de lire les synopsis, les ïŹlms choisis pour la compĂ©tition ofïŹcielle ne semblent pas hilarants. « C’est vrai que les Marocains ont un petit goĂ»t pour les tragĂ©dies familiales Ă  l’égyptienne et que la sĂ©rie mexicaine Ayna Abi fait un carton, commente une cinĂ©phile de 28 ans. Mais on ne pourrait pas se passer de comĂ©dies ! »

Bienvenue alors dans le destin fabuleux de Rouiss, Ex chamkar, comĂ©die en compĂ©tition de Mahmoud Frites. On y retrouve Said Bey, Bouchra Ahraich, Majdouline Drissi et RaïŹk Boubker dans le rĂŽle d’un SDF qui tombe amoureux de Malak, une jeune ïŹlle issue des beaux quartiers.

Casanegra aux Oscars

« C’est toute la diversitĂ© de notre cinĂ©ma, revendique Rachid El Ouali. MĂȘme si l’on s’inquiĂšte des fermetures de salles, le public est toujours lĂ  » et les choses pourraient mĂȘme Ă©voluer. En ouverture du festival, le maire de Tanger a promis de rĂ©nover les salles de cinĂ©ma de la ville du dĂ©troit. Applaudissements de la salle. 700 000 tickets ont Ă©tĂ© vendus en 2009, un bon chiffre pour le Maroc.

Rien de comparable Ă©videmment avec les dix millions d’entrĂ©es, dĂšs janvier, du super high-tech Avatar de James Cameron mais les statistiques le prouvent : au moins deux ïŹlms marocains sont arrivĂ©s l’an passĂ© en tĂȘte d’afïŹche devant des productions hollywoodiennes et bollywoodiennes, chose rare.

Les AmĂ©ricains ont eux-mĂȘmes bien regardĂ© de ce cĂŽtĂ©-ci de l’Atlantique puisque Casanegra a Ă©tĂ© choisi Ă  l’unanimitĂ© parmi dix ïŹlms en compĂ©tition pour reprĂ©senter le Maroc aux Oscars 2010. Les europĂ©ens viennent aussi faire leur marchĂ©. Salvatore Leocata est italien et travaille pour le Festival belge du ïŹ lm de Bruxelles. Avec lui, quatre reprĂ©sentants du Festival français du ïŹ lm arabe : « Nous venons dĂ©couvrir et choisir les long mĂ©trages que nous programmerons chez nous en octobre. Notre festival sera cette annĂ©e entiĂšrement consacrĂ© au Maroc. » A la table voisine, Hassan Benjelloun discute avec Lahcen Zinoune. Un petit thĂ© et puis s’en vont, le prochain ïŹ lm va bientĂŽt commencer.

Maud Ninauve (Tanger)

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un thĂ©Ăątre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂȘte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siĂšcles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frĂšres Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : EspĂšces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ùre du PJD 
N°139 : Le Grand thĂ©Ăątre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ɠuvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂȘte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohĂšme 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de

N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  DeuxiĂšme regard  ou l’expĂ©rience du troisiĂšme Ɠil
N°112 : CinĂ©ma  La derniĂšre sĂ©ance
N°111 : La scĂšne artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise
 rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relĂšve est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cƓur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cƓur des chasseurs de toiles
 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc MisĂšres et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de FĂšs et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂźne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂŽtĂ© trĂšs pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂȘtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂč Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succĂšs implique l'hĂŽnnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 ScĂšnes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cƓur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂȘte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres

 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter