EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Exposition Une grappe de talents  
actuel n°99, vendredi 17 juin 2011
| More

Réunissant des femmes du douar Alma, dans la région d’Agadir, « Il était une fois… Talaït » a été un franc succès. Au grand bonheur des artistes et de leurs mentors.


***

Une galerie bien connue de Casablanca, des talents naissants qui participent pour la première fois à une exposition collective, un vernissage où se retrouvent amateurs d’art, journalistes, artistes et curieux : rien qui sorte de l’ordinaire.

Et pourtant, avec un léger twist, ces mêmes ingrédients ont donné le vernissage tout à fait étonnant de l’exposition « Il était une fois… Talaït », organisé gracieusement par la galerie Nadar, le 8 juin.

Ce soir-là, la galerie croule littéralement sous les toiles et les dessins. Il y en a sur les murs, bien entendu, mais également par terre, en pile sur des tables, et encore quelques dizaines dans le bureau.

A l’évidence,  les Ĺ“uvres ont Ă©tĂ© influencĂ©es par trois styles distincts. On relève cependant un fil conducteur : rares sont les toiles totalement exemptes de calligraphie. Cette technique est chère aux artistes qui exposent.

Alphabétisation

Car elles sont 14 femmes, qui vivent toutes dans le douar Alma, niché à flanc de montagne, près d’Agadir. Elles ont entre 24 et 55 ans, certaines sont célibataires, d’autres mariées ou mêmes veuves. Mais surtout, il y a encore peu de temps, elles étaient analphabètes. La calligraphie témoigne donc pour elles de l’importance de leur apprentissage de la lecture.

Alphabétisées par la fondation Zakoura Education, elles ont ensuite bénéficié grâce à l’association Kane Ya Makane – et à son projet « Talents de femmes » –, d’ateliers d’arts plastiques avec Ahmed El Hayani, Aziz Nadi et Tibari Kantour. D’ailleurs, c’est à l’occasion de l’atelier de Tibari Kantour, en octobre dernier, que nous avons découvert les artistes d’Alma (voir actuel n°69-70).

Trac et fierté

Quelques minutes avant l’arrivée des invités, six d’entre elles attendent avec impatience, et un certain trac, l’inauguration du vernissage. Il y a Malika Dadsi qui, après leur avoir dispensé des cours d’alphabétisation, est désormais la présidente de la coopérative qu’elles ont créée, Talaït (la grappe).

Fadma Aglif, la trésorière de Talaït et l’une des artistes les plus douées du douar, filme la scène, comme à son habitude, pour être sûre de ne rien oublier. Sont venues aussi Halima Achbou, la secrétaire générale, la timide Fatima Akaray, ainsi que Rokiya Abouzid et Aïcha Momo, les doyennes.

Elles sont conscientes de représenter les autres femmes, qui n’ont pas pu venir parce que leur père, ou mari, s’y est opposé, ou parce qu’elles n’avaient personne pour s’occuper de leurs enfants, ou encore parce qu’elles travaillent... Pour la première fois, elles voient leurs œuvres encadrées, et elles « les trouvent belles ». Elles sont particulièrement excitées, le trac le disputant à la fierté. Gloussements de plaisir et rougissements.

Engouement pur et simple

La galerie se remplit en quelques instants. Une affluence comme on en voit rarement lors d’expositions d’artistes inconnus. Mais le plus surprenant reste les réactions des invités du vernissage. Car beaucoup sont venus pour soutenir la belle initiative de Kane Ya Makane et de sa présidente, Mounia Benchekroun, et pour encourager les femmes de « la grappe ».

Cependant, mercredi soir, leurs élans philanthropiques laissent rapidement place à un engouement pur et simple pour des tableaux qui s’avèrent être bien plus que de « jolis dessins », des toiles « naïves », ou encore de simples « copies » des œuvres de leurs mentors.

Amicales « querelles »

Hassan, un amateur d’art habitué des vernissages de la galerie Nadar, résume ainsi la situation : « C’est génial ! Au début, j’ai eu un rapport difficile avec les œuvres car elles sont toutes très personnelles, sans véritable règle d’ensemble.

Et évidemment, l’histoire de ces toiles est touchante, enthousiasmante. Mais il y a surtout les émotions qui transparaissent dans les tableaux et le plaisir manifeste que les artistes ont pris à calligraphier les toiles après avoir passé des mois à apprendre à écrire » !

En effet, en naviguant à travers la foule des invités, de plus en plus nombreux, on entend fuser les commentaires et exclamations : « C’est étonnant ! Quelle profondeur ! Aucun tableau ne ressemble vraiment à un autre ! »

Hassan pointe ensuite du doigt une toile de Fadma Aglif, qu’il compte bien acheter. Il a intérêt à vite se décider. Les œuvres partent « comme des petits pains ». Et si le travail de Fadma Aglif semble le plus populaire, chaque artiste à ses propres fans.

Quelques toiles font même l’objet d’amicales « querelles » entre amateurs. Une invitée se plaint en souriant mi-figue, mi-raisin : « Mes quatre toiles préférées étaient déjà réservées, pourtant, je suis arrivée tôt ! » Galamment, l’heureux acheteur qui l’avait devancée finit par lui en concéder une.

Pour deux invités en particulier, le vernissage revêt un intérêt différent. Ce sont Tibari Kantour et Ahmed El Hayani. « C’est bien, elles ont travaillé la technique. Il faut qu’elles continuent », commente Tibari, toujours critique envers ses étudiantes ! Pressé de choisir une œuvre, il hésite.

« Je préfère peut-être celles avec de la calligraphie », dit-il avant de se diriger vers les toiles indéniablement inspirées de sa technique, intégrant des monotypes teints et des collages. « Sur celles-ci, elles ont travaillé avec des couleur chaudes, et ce type de couleur m’attire », précise-t-il. En regardant une toile « incendiaire » de Fadma Aglif, il sourit : « J’aime la chaleur qui s’en dégage. »

Chaque style a sa « star »

Pour Ahmed El Hayani, même dilemme : « C’est trop dur de choisir, j’ai plusieurs toiles préférées, chaque style à sa “star”. Le plus important, c’est que les femmes sont désormais capables de savoir où elles en sont, et ce qu’elles veulent exprimer. »

Les femmes d’Alma savent mixer les techniques. On peut retrouver, sur un même tableau, de la calligraphie, la fluidité du pinceau de Hayani qui s’oppose à des éléments plus rigides « à la Aziz Nadi », le tout avec une touche personnelle : symboles amazighs, personnages et animaux naïfs…

Une porte sur l’avenir

Les artistes, au fur et à mesure que la soirée avance, reçoivent des compliments, et imaginent déjà la réaction du douar – plutôt sceptique jusque-là – à la vue des photos de l’exposition. Elles perdent leur timidité initiale, mais la retrouvent quand on leur demande d’expliquer leur travail.

Seules Fadma, Malika et Halima osent raconter ce qu’elles ont voulu montrer dans leurs toiles. Hayani doit aller à la rescousse de Fatima Akaray, muette devant son tableau, pourtant très riche, qui représente une grande porte surmontée de sept clés. « La porte ouvre sur l’avenir, et il ne faut pas moins de sept clés pour l’ouvrir.

La partie inférieure de la toile, avec des motifs serrés de tapis, figure “l’intérieur”, l’univers fermé (et rigide) de la maison pour une femme. Au contraire, sur la moitié supérieure du tableau, au-delà de la porte et des clés, règnent des mouvements fluides. Ce mouvement s’oppose à la stabilité de la maison.

En plus, il y a un véritable sens de la perspective, et on retrouve l’influence de la nature : ces grands mouvements fluides semblent s’inspirer de l’environnement montagneux dans lequel elles vivent. »

Tout un symbolisme et un univers que les femmes on su traduire dans leurs œuvres, et la clé du succès d’une exposition qui a « totalisé 200 000  dirhams dont 60% reviennent à la coopérative », annonce avec un sourire ravi Mounia Benchekroun de Kan Ya Makane. De quoi rentrer au douar en véritables plasticiennes, qui peuvent commencer à vivre de leur art…

Amanda Chapon

L’expo continue

Vous avez manqué l’exposition ? Il n’est pas trop tard. Vous pourrez voir les œuvres des nouvelles artistes lors du festival de Timitar, ou bien au siège de l’association Kane Ya Makane, tous les mardis et jeudis à partir du 30 juin, de 10 heures à midi… Leur prix ? De 1 000 à 4 000 dirhams selon le type (toile ou dessin), le format et l’encadrement du tableau. Attention, leur cote ne devrait pas tarder à grimper…

Kane Ya Makane, 26, rue Omar Slaoui,

quartier du Parc, Casablanca TĂ©l. 05 22 20 83 36

 

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter