EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Casa by night  avec Beigbeder
actuel n°129, vendredi 17 février 2012
| More

Pour parler littérature avec l’une des stars du Siel, autant aller dans les endroits qui inspirent les écrivains. Petite tournée des bars de Casa avec Frédéric Beigbeder.


Quand Anissa m’a parlé de votre proposition, j’ai accepté tout de suite ! » Anissa Jarrar, c’est la dircom de la Fnac dont Frédéric Beigbeder est l’invité ce week-end. Et notre proposition était honnête : faire la tournée des bars de Casa avec le dandy littéraire qui adore romancer son alcoolisme mondain. On a un créneau entre 20 h et 21 h. Ce sera juste pour un parcours fléché représentatif des débits de boisson les plus singuliers de la capitale éthylique du Maroc. Mais on fera avec. La veille, soirée de repérage intensif de Mers Sultan à la médina. On est fin prêts à jouer les guides touristiques avec Brahim et Amira. Evidemment rien ne se passera tout à fait comme prévu, mais une soirée avec Beigbeder vaut toujours le déplacement.

 

Il fait le mariole

On arrive à 18 h au Morocco Mall pour écouter l’artiste disserter sur son dernier livre (Premier bilan après l’apocalypse) et son premier film (L’amour dure trois ans) devant une salle comble à l’auditorium de la Fnac. L’intervention du barbu est légère, plaisante et drôle comme il se doit. Il fait le mariole, énonce d’énormes mensonges, « je ne sais pas ce que c’est que séduire », qui font rire toute la salle et survit aux interventions agressives d’un lecteur qui lui explique que ses attaques contre le couple minent toute construction sociale.

Après le show, l’écrivain se soumet avec sourire à l’assaut d’une centaine de fans à l’affût d’une dédicace et d’une photo souvenir. « Waouuu ! Il m’a dessiné un cœur », s’écrit une gamine hystérique. Le Beigbeder 2012 cartonne auprès des lycéennes et ça ne lui déplaît pas : « Toute mon œuvre est une ode aux jeunes filles, et c’est en train de devenir réciproque. »

 

« Je n’ai pas dessoûlé... »

Mais la rançon du succès, c’est qu’on est en retard sur le planning et les embouteillages à la sortie du Mall n’arrangent rien. En voiture, Frédéric assoiffé se rappelle ses premiers passages à Casa : « C’était un cocktail chez le consul avec Tahar Benjelloun, j’avais l’impression d’être remonté aux temps des colonies avec plein de serveurs en blanc. Au moment de la sortie de 99 francs, je n’ai pas dessoûlé pendant des mois, en passant d’un institut français à l’autre. »

Le personnage est campé. Si, comme tout Parisien qui se respecte, il passe sa vie à Marrakech, il aime Casablanca pour l’énergie que la ville dégage « Alors que mon pays décline, j’ai l’impression que la vie, ici, s’accélère. » Il aime aussi le décor et les ambiances steamline : « J’ai l’impression d’être dans une BD de Loustal où des gens en costumes de lin boivent des cocktails au milieu de palmiers devant une jolie fille en maillot de bain. » Casa lui rappelle Miami. Vice ? On passe justement devant le club Vice de l’hôtel Suisse. « Au moins, il y a un truc sincère ici. C’est honnête. » Et puis, Casa pour Beigbeder, c’est d’abord cette fiction qui a fait connaître la ville. « Casablanca fait rêver le monde entier grâce à un film. C’est un film assez étrange avec ces Français gros et gras qui s’éventent parce qu’ils meurent de chaud, où tout se passe dans ce bar chic et interlope, avec des femmes pures ou impures. Et cette histoire où le patron du bar amoureux fou d’une femme la laisse partir avec son mari. Du coup, ce film est inoubliable. Tout le monde a envie d’aller à Casablanca à cause d’un film bourré de clichés qui n’a pas été tourné ici. »

 

Ne manque que Humphrey

Nous qui hésitions à commencer notre tournée par le Rick’s Café, pour la déco, ou le Sky Bar, pour une immersion dans la « choufouni » attitude... Let’s go to the legend. Le bar de Humphrey Bogart, reconstitué dans la médina, ravit l’écrivain. « Dans la préface du portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde écrit que la nature imite l’art. Si la vie cherche à ressembler aux œuvres d’art, c’est merveilleux. C’est bien de ressembler à la fiction. C’est plutôt bien fait, ce n’est pas Disneyland. Il ne manque que Humphrey pour nous accueillir ! »

Pendant ce temps, Ingrid Bergman est projetée sur écran avec son joli chapeau des années 40 : « Elle est jolie Ingrid avec son abat-jour sur la tête. » Et Beigbeder de révéler sa passion pour l’actrice : « Je suis tellement amoureux d’Ingrid Bergman, qu’à un moment, j’ai pensé proposer le premier rôle de mon film à sa petite-fille Eletra Rosselini. Elle est mannequin, vit à New York, c’est une sublime fille... qui refuse de faire du cinéma », soupire-il en sirotant son mojito et en suppliant Brahim de ne pas le prendre en photo avec une paille dans la bouche : pas assez viril pour la postérité. Une paille, c’est mieux dans le nez ?

 

L’amour dure 3 minutes !

Il est comme ça Beigbeder, toujours à tourner en dérision le moindre instant qui passe. Dès qu’il devient sérieux, il fait le pitre. Pendant la conférence de la Fnac, il s’est interrompu plusieurs fois au milieu d’une phrase pour se demander si les œuvres d’art qui pendaient au plafond n’étaient pas les os des écrivains qui l’avaient précédé. Puis, au détour d’une question, il s’est mis à tourner sur sa chaise comme un gosse. De l’immaturité comme mode de communication. C’est étudié pour ? « J’ai peur d’ennuyer. C’est un de mes grands handicaps. J’aime sortir, j’aime la nuit car j’ai peur de m’emmerder. Et, dans mon travail, j’ai peur d’ennuyer les autres... » Amira lui fait remarquer qu’il faut pourtant s’ennuyer pour écrire... « C’est vrai, il faut savoir attendre », reconnaît-il. Mais si vous sortez tout le temps. Comment trouvez vous le temps d’écrire ? « J’écris en période de gueule de bois un peu prolongée. Après des périodes d’excès. On écrit bien quand on est un peu fatigué. La fatigue désinhibe, un certain état de lendemain de mojito favorise l’écriture », dit-il en sirotant cette fameuse boisson.

Et quand il écrit, il continue à faire le zouave. On est plié en deux en lisant un livre aussi dramatique que Windows on the world qui raconte le 11 septembre 2001 : « La vie est catastrophique. C’est une atrocité, on sait qu’on va disparaître, c’est indispensable de rire et de tourner en dérision la condition humaine. » On change de crémerie. Le portier le reconnaît et lui dit qu’il a tout faux : « L’amour ne dure pas trois ans mais trois minutes ! » Arrivés au Petit Poucet, boulevard Mohammed V, on continue à le reconnaître : pas pour ses talents d’écrivain mais pour ses passages à la télé. « C’est Canal + qui vient tourner ? », demandent les clients. On lui montre un mot de Saint-Exupéry exposé dans la salle qu’il lit à voix haute : « Merci de m’avoir frictionné, de m’avoir nourri, de m’avoir distrait. Je nous souhaite d’être bientôt parmi vous et vous serez tous sur mon vaste cœur. Saint-Ex. » Il commente : « Je pourrais dire la même chose. »

 

SĂ©quence nostalgie

Il est sympa Beigbeder. Au Sphynx, le café mythique en face du Rialto, on continue à l’apostropher et à vouloir prendre une photo avec lui. Il apprécie l’endroit : « On est hors du temps, ici. Saviez-vous que le Sphynx était un bordel fréquenté par Henry Miller dans les années 30 à Paris, boulevard Edgar Quinet ? » On ne savait pas. Mais à force de visiter des endroits qui ressemblent à la France d’avant, il entonne une séquence nostalgie : « Est-ce que c’est scandaleux de dire qu’au fond de moi j’ai la nostalgie d’une période que je n’ai pas connue ? » Ah le temps des colonies... « C’était chez nous ici, chez nous en Algérie. On a dû merder à un moment. J’étais pas là mais... Avec le pétrole algérien, on n’aurait aucun problème. On a été nuls, il suffisait d’être gentil, de ne pas violer les femmes ni massacrer les gens. » L’histoire revisitée par Beigbeder, c’est quand même un poème. Mais il redevient sérieux : « Je vis dans un pays en déclin, un empire qui se désagrège depuis ma naissance et qui est, en plus, réduit à la mendicité sur les marchés financiers, à demander les bonnes notes de Standard & Poors. Je pense à ma fille qui va payer mes dettes et qui va vivre dans un pays exangue, clochardisé. »

 

« Robinet à conneries »

Allez Freddy, prend une autre bière Casablanca et ça va passer. On voudrait bien continuer la tournée. On avait d’autres bonnes adresses à Mers Sultan dont une avec un casting fellinien. On voulait aussi lui montrer un soûlodrome géant où la faune et la flore semblent tout droit sorties d’un tableau expressionniste allemand. Mais il est tard et son amie Lara vient de nous rejoindre. Si on continue la visite avec elle dans les bars les plus interlopes, on risque de transformer Mers Sultan en Taza. D’ailleurs, ils ont prévu un autre after au Cabestan, une adresse recommandée par son pote Ali Baddou. « Vous allez tout garder ? Je n’ai pas trop ouvert mon robinet à conneries ? », s’inquiète l’écrivain avant de nous quitter. Mais non, on ne va pas tout publier. On en garde pour la prochaine fois...

Eric Le Braz

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter