EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
actuel n°54, samedi 3 juillet 2010
| More

En réalisant des toiles qui s’inspirent de l’univers numérique, le grand photographe évite de tomber dans le cliché. Parcours d’un artiste complet.

***

Quand je suis devenu prof d’arts plastiques, j’ai pris conscience que je ne savais pas dessiner. » Hicham Benohoud avait pourtant tout appris au lycée technique de Marrakech : le modelage, le fusain, les perspectives. Mais pas les techniques de reproduction de la réalité qu’il considère comme les plus importantes : le dessin, la peinture à l’huile… Il est vrai que dans les années 80 à Marrakech, on ne trouvait que des crayons basiques HB. Alors, Hicham Benohoud, jeune professeur, prend le train en direction de Casablanca pour acheter de vrais crayons de pro à trois dirhams pièce. Son objectif, c’est alors de dessiner avec la précision d’une photo. « J’ai commencé par faire des séries, les yeux puis les oreilles, le nez, de face, de profil. Puis j’ai attaqué le portrait. » Une fois le dessin acquis, il passe à la peinture à l’huile. « J’ai repris le train pour Casablanca, on n’en trouvait pas non plus à Marrakech. » Il apprend grâce à un livre à mélanger les couleurs, comment rendre un dégradé, peindre les ombres en bleu et pas en noir... Il s’initie à la peinture académique. La vraie, la classique, celle qui s’expose du Louvre à Florence. Deux petits portraits de cette période sont exposés à l’Atelier 21. Ils prouvent la très grande maîtrise du peintre autodidacte. La technique du clair-obscur fait penser aux tableaux de Georges de La Tour.

Un peintre ambitieux

Hicham sait peindre comme un photographe du XXe ou un maître du XVIe. Ce sont de Vinci, David et Rembrandt qui l’inspirent. « Ce qui m’intéressait, c’était le côté technique de la peinture. Je voulais peindre comme les classiques. » Une question le taraude alors : « Pourquoi les peintres arabes n’ont jamais peint de manière classique ? Il n’y a pas que Cherkaoui, Belkahia, Kacimi... même les figuratifs comme El Glaoui peignent de manière stylisée. » Les artistes d’ici se sont inscrits dans l’universalité de l’art moderne à travers des signes et des symboles qui rappelaient leurs origines marocaines. Benohoud, lui, tourne le dos à ce refus de l’académisme en reproduisant la tradition classique européenne.

Et puis du jour au lendemain, il abandonne la toile. « Une fois la technique apprise, j’avais besoin de m’exprimer le plus librement possible. » Et pendant quinze ans, Hicham Benohoud devient photographe. C’est même l’un des photographes marocains les plus reconnus. Il expose en Europe et en Amérique. Après avoir intégré la discipline artistique de l’Occident, il s’approprie une liberté d’expression encore impensable en terre musulmane. Il photographie des corps et des têtes, il les découpe, il les triture. Il transforme son crâne chauve en logo. C’est son signe qu’il expose et customise. Mais toujours en photo.

Jusqu’à cette année. Jusqu’à sa première exposition à Casablanca, à l’Atelier 21. C’est l’espace de cette galerie qui lui a donné envie de reprendre ses pinceaux. Il comprend trois lieux distincts pour lesquels il conçoit trois séries : des photographies grand format de son buste et de sa tête transformés en poupées de cellophane ou en boule de billard, des répétitions de mini-photographies comme des planches de timbres-poste et de très grandes toiles exposant à nouveau son crâne. Le résultat est moins dérangeant que sur les photos, mais pas moins étonnant. L’oeuvre la plus singulière de cette série est une toile pixélisée, véritable clin d’oeil à son oeuvre de photographe. Son visage est découpé en centaines de carrés et l’effet est saisissant surtout quand on s’avance lentement vers l’oeuvre habilement placée face à l’entrée. Quand la peinture à l’huile brouille une photographie numérique, c’est un art séculaire qui se confronte à un visuel hyper moderne. Un pinceau vaut bien Photoshop.

Benohoud peut revenir au pays. Après quinze ans d’exil, l’artiste s’installe à Casablanca. La boucle est bouclée.

Eric Le Braz

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter