EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Cirque  Les saltimbanques ensoleillĂ©s
actuel n°134, vendredi 23 mars 2012
| More

Le Cirque du Soleil débarque pour la première fois à Casablanca du 6 au 15 avril. Une venue historique pour une troupe dont la réputation n’est plus à faire. Nous sommes partis en éclaireurs à Rome, histoire de voir à quelle sauce vous serez émerveillés.


 

Saltimbanco, le show incontournable, traditionnel du Cirque du Soleil, fêtera ses vingt ans à Casablanca du 6 au 15 avril. L’idée du spectacle, pouvait-on lire sur les affiches, était de retranscrire un monde urbain dans lequel des personnages étranges sautent, courent, rient. De rappeler que la ville, ce ne sont pas que des visages sans expression qui partagent à contrecœur une banquette dans un autobus. Ou du moins que ça ne devrait pas être seulement ça. De manière générale, le message n’a pas grande importance. Le spectacle a le mérite de nous faire ouvrir des yeux de gamins en deux temps, trois mouvements.

La représentation commence avec une petite introduction qui déride rapidement le public. Tout le monde éteint volontiers son téléphone portable sur le conseil aigu de la jeune femme en robe rose. Tout va bien, on peut commencer.

Le groupe se met en branle et les éclairages s’agitent. Une guitare électrique commence à se lamenter, soutenue par un orgue et une voix de femme à la limite du lyrique. Un groupe de virtuoses oscillant entre rock et funk, déguisés en clowns, de la basse à la batterie. Une véritable cour des miracles se déploie sur la scène dans un tourbillon de couleurs. C’est un peu déstabilisant. Au début du moins. Des créatures multicolores rampent, puis se jettent sur des mâts et y grimpent à l’aide de leurs seules mains. Tout est synchronisé, tout arrive d’un coup dans les yeux et dans les oreilles. On n’entend pas de « ooooh » ni de « aaaaah » du côté du public, mais c’est tout comme.

 

Un clown à l’ancienne

L’ambiance, bourrée de rebonds et de couleurs, conserve malgré tout un potentiel inquiétant, obscur. Il y a quelque chose derrière le voile multicolore. C’est surtout la musique, grandiloquente, qui laisse deviner que d’un moment à l’autre l’ambiance peut basculer du jour à la nuit. Le clown illustre bien le caractère doux-amer du spectacle.

Pas de doute, c’est un clown, un vrai de vrai. Un clown à l’ancienne, avec un bermuda rouge et un sourire béat. Il se déplace sur scène en faisant des bruits rigolos avec sa bouche. Une gamine, sur la gauche, commence à éclater de rire et contamine rapidement le reste du public. Eddy le clown s’invente des jouets avec une facilité déroutante. Une corde à sauter apparaît, une corde à sauter qui continue de tourner quand il la lâche. On rit de bon cœur. Mais vers la fin de son numéro, il se laisse bêtement enfermer dans les toilettes et manque de se noyer. On continue à rire mais c’est moins drôle. L’ambiance se fait plus pesante, les gamins moins rigolards.

 

On en prend plein la vue

Saltimbanco se plaĂ®t aussi Ă  montrer des personnages hauts en couleur, comme par exemple le Boleador. Les bolas, ce sont ces boules reliĂ©es Ă  des chaĂ®nes qui tournoient  dans l’air pour former des spirales. On l’appelle le boleador parce qu’il dompte ses bolas comme un taureau, et qu’il en profite pour leur faire frapper le sol dans un rythme de flamenco. Mais ce n’est pas son seul talent. Il est aussi très douĂ© pour jouer du tambour.  Pour finir quatre personnages en blanc s’accrochent Ă  des trapèzes, se laissent tomber, remontent Ă  l’aide d’élastiques, Ă©changent leurs places, se jettent en avant, en arrière. On frissonne. On ne comprend pas très bien ce qui se passe. ça fait plus d’une heure et demie qu’on en prend plein la vue, qu’on se demande comment tout ça, techniquement, peut ĂŞtre possible et lĂ , Ă  la fin, on n’a mĂŞme plus la force de s’étonner. On se contente de s’émerveiller tranquillement. Tout au long de la reprĂ©sentation, le public italien aura applaudi environ toutes les trente secondes. Dans un spectacle comme celui-lĂ , l’enthousiasme n’a de cesse de culminer. C’en deviendrait presque fatigant. Bien sĂ»r il resterait beaucoup de performances Ă  dĂ©crire, mais il serait criminel de vous en Ă´ter la surprise…

Nicolas Salvi

Lever de Soleil

C’est le genre de choses qui commence par un simple rêve, et qui marche à force d’énergie et d’imagination. Quand on pense au Cirque du Soleil, à l’ampleur actuelle du phénomène, on imagine facilement qu’il tourne depuis de nombreuses décennies, que tout a commencé avec une troupe de troubadours qui, déjà au XVIe siècle, divertissaient les plus grands monarques du monde.

Eh bien non. Le Cirque du Soleil a commencé bêtement en 1984 à Montréal, au Québec. Au départ, c’est un jeune Québécois qui vole vers l’Europe pour devenir musicien ambulant. Guy Laliberté, le bien nommé, enjambe donc l’Atlantique à 18 ans. Là-bas, il prend goût aux arts de rue et au feu. De retour au pays, il rencontre d’autres artistes ambulants. Ils décident ensemble de prendre le taureau par les cornes et de faire du cirque leur gagne-pain. Epreuve ardue pour Laliberté et ses nouveaux compagnons de route, Gilles Sainte-Croix et Daniel Gauthier. Pour monter le projet de troupe itinérante de leurs rêves, les trois compères imaginent une opération de communication détonante. Gilles Sainte-Croix marchera les 90 kilomètres qui le séparent de la ville de Québec sur des échasses pour réclamer des subventions du gouvernement et ça paie !

La suite, vous la connaissez. Le Cirque du Soleil tourne d’abord au Québec, au Canada, puis dans le monde, se développe et rencontre un succès croissant. Les fondateurs Guy Laliberté et Daniel Gauthier se retrouvent à la tête d’une énorme machine qui semble encore aujourd’hui bien rodée. Le Cirque du Soleil rassemble désormais une vingtaine de spectacles, tous tendus vers une vision spécifique du cirque, sans animaux, avec une importance spéciale accordée aux acrobaties, au théâtre et à la musique.

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter