EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°62, samedi 25 septembre 2010
| More

Rentrée chargée pour Yamou qui expose à Paris, Rabat et Marrakech. Le peintre, qui passe de plus en plus de temps dans son pays natal, nous reçoit dans son atelier de la banlieue parisienne où il peint depuis près de vingt ans.

***

Rue de la révolution, dans une commune de la toute proche banlieue parisienne : c’est là que Yamou a posé ses palettes il y a dix-sept ans maintenant. Pas de nom sur la porte, mais celle-ci, restée entrouverte, laisse apercevoir une petite gravure. Au premier coup d’œil, pas de doute, c’est un Yamou. L’endroit est calme, lumineux autant qu’il peut l’être en cette journée de fin d’été, et quelque peu désert. Des toiles posées au sol, emballées et déjà en attente d’être expédiées. Au mur, quelques petits formats réalisés récemment, entrelacs de végétaux aux belles couleurs douces et chaudes.

C’est que Yamou enchaîne les expositions, et presque tout est déjà parti. En juillet, la galerie Bernard Chauchet à Londres exposait son travail. En septembre, on retrouve Yamou parmi une sélection d’artistes du Moyen-Orient et d’Afrique choisis par Brahim Alaoui pour la galerie de la Libanaise Imane Farès, IF galerie, ouverte en juin rue Mazarine. A Rabat, la nouvelle galerie Arcanes consacre une exposition personnelle à Yamou – essentiellement des sculptures – depuis le 21 septembre. Il sera aussi présent dans le cadre de la Marrakech Art Fair du 8 au 11 octobre au palais Es Saadi, et au musée de Marrakech à partir du 8 octobre. « Cet endroit, c’est un peu une retraite artistique que j’ai voulue à un moment de mon itinéraire. » Yamou fait référence à une époque où il s’était installé dans un autre atelier, tout proche, baigné par un esprit de partage et de générosité très enrichissant pour l’artiste. « Les gens m’ont accueilli et c’est là que j’ai sûrement le plus appris », se souvient-il.

Mais il arrive un moment où l’implication dans des causes et l’appartenance à un groupe ne permettent plus d’avoir du temps pour créer. Or, une carrière d’artiste ne s’improvise pas. C’est du temps, de la persévérance, des années d’un travail commencé il y a bien longtemps. « Autant que je me souvienne, j’ai toujours dessiné. C’était pour moi un passe-temps fabuleux. » Enfant, il dessine des profils, mais s’interroge pendant des années sur la manière de dessiner des visages de face, en perspective. Autodidacte, Yamou ne fréquente pas de cours de dessin. Et découvre par lui-même, un jour, en voyant une publicité dans la vitrine d’une pharmacie, que la perspective est une affaire de dégradés et d’illusion d’optique pour créer une impression de relief. « Je ne suis pas du tout issu d’un milieu d’artistes, mais mes parents n’ont jamais découragé mon goût pour le dessin. Ils avaient remarqué qu’en dessinant, je restais à la maison et je ne faisais pas de bêtises. Au moins, je n’allais pas à la plage me baigner alors que je ne savais même pas nager ! »

Un « mauvais garçon »

Plus tard, le « mauvais garçon » est envoyé le temps des vacances chez un oncle menuisier : « J’apprenais un métier au cas où le dessin ne marcherait pas, c’était un sorte de garderie rassurante pour mes parents. » Les dessins du jeune Abderrahim, son père ne peut pas les voir car il est aveugle. Originaire du Sud, il s’est installé à Derb Ghallef dans les années 1940. Il vend des tickets de loterie et se lie avec ses clients, parmi lesquels des Européens. Il sympathise avec plusieurs Françaises qui décident de prendre la famille sous leur aile. Elles aident les enfants – 4 garçons – notamment pour l’apprentissage du français, ce qui rejoint la conviction du père : seules les études permettront aux enfants d’avoir un avenir meilleur. A tel point que toute la fratrie fera des études supérieures. Même Abderrahim, le dernier : « Mauvais élève, je travaillais juste ce qu’il fallait pour passer dans la classe supérieure. » Il obtient le bac. Grâce à la bourse du gouvernement marocain, il part pour Toulouse où son frère est déjà installé. Des études de biologie sont entamées avant d’être délaissées pour la sociologie. « Le cursus de sociologie me convenait parfaitement : je trouvais les clés pour comprendre la société qui m’entourait, et en plus il y avait les cours de dessin que je n’avais jamais eus », se souvient l’artiste, qui s’oriente vers la sociologie… de l’art, jusqu’à entamer à Paris une thèse sur l’art contemporain.

Les interrogations sur la vie, la germination, la reproduction – existe-t-il un grand horloger ou bien toute vie est-elle le fruit du hasard ? – questionnent déjà Yamou. D’où le choix de la biologie. La sociologie n’y répondra pas finalement davantage, mais la peinture peut-être. L’artiste décide d’y consacrer désormais tout son temps. A Paris, où il s’est installé, ses questionnements prennent la forme de toiles réalisées à partir de la terre prélevée lors de ses voyages. « C’était une peinture nostalgique du Maroc, de sa terre, de ses couleurs… », se souvient l’artiste.

De la terre Ă  la vie

De la terre à la vie, il n’y a qu’un pas. Yamou réalise à cette époque ses premières sculptures vivantes : des créations en bois au creux desquelles poussent des plantes, juxtaposant ainsi la vie et la mort. Plus tard, viendront les sculptures de bois hérissées de clous dégradés par la rouille. Son « obsession » vitale, on la retrouve sur ses toiles : « La nature est pour moi une source d’inspiration sans limite. Toutes les civilisations avant moi s’y sont intéressées, et je ne me lasse pas de l’observer. » Yamou poursuit simplement, et avec talent, l’exploration du sujet.

Arabesques, feuilles, fleurs, pétales sont répétés, stylisés et déclinés à l’infini. On pense à la peinture japonaise, à des motifs de tissus fleuris, aux enluminures des manuscrits anciens. Yamou s’aventure aussi, mais plus rarement, à évoquer des sujets humains. Là aussi, toujours l’idée du commencement : « Comment la vie vient-elle ? » Yamou a représenté Adam et Eve une première fois en sculpture : le couple est nu et allongé à même le sol. Le thème revient en peinture : Adam et Eve au jardin d’éden. Sa peinture et sa sculpture ont trouvé leur public. Yamou participe à sa première exposition en 1988 à Paris, dix ans après son arrivée en France. Puis, assez vite au Maroc où il est sollicité une première fois, quatre ans plus tard. D’abord à la galerie Nadar, puis chez Al Manar. «C’était très impressionnant pour moi car Al Manar exposait des artistes reconnus comme Fouad Bellamine, Farid Belkahia ou Mohamed Kacimi. » Son travail attire la curiosité, et les acquéreurs sont au rendez-vous. La plupart des grandes entreprises marocaines qui ont constitué des collections comptent des Yamou ; des collections privées en détiennent également. Yamou répond aussi parfois à des commandes, comme par exemple pour le Royal Mansour de Marrakech.

Mais le Maroc n’est pas qu’un lieu d’exposition pour l’artiste parisien. Yamou y est revenu pour travailler depuis trois ans. Il a construit un atelier dans le village de Tahanaoute, près de Marrakech, non loin de deux artistes : Mahi BineBine et Mohamed Mourabiti. Les trois amis et voisins ont d’ailleurs lancé un pari : réaliser une série de 18 toiles à quatre mains. Chaque artiste commence une toile, l’autre la termine, et inversement. C’est une expérience assez rare en peinture – on dit les artistes jaloux de leur talent et souvent amateurs de solitude – mais déjà réalisée par le passé par Warhol et Basquiat. Les trois artistes dévoileront leur travail au printemps prochain à la Loft Gallery de Casablanca. Le travail a commencé, et le résultat sera, à n’en pas douter, à la hauteur du talent des trois hommes qui signeront de cette façon une expérience inédite dans l’histoire de l’art au Maroc.

Cyril Bonnel, Ă  Paris

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter