EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Les Ă©toiles filantes du FIFM 
actuel n°171, jeudi 6 décembre 2012
| More

Malgré le froid, le vent et la pluie, la soirée d’ouverture du Festival international du film de Marrakech a attiré les foules. Cette 12e édition a rendu un vibrant hommage à cent ans de cinéma indien. Une édition marquée par la magie de Bollywood mais endeuillée par la mort de Tayeb El Alej.

 

Le Festival international du film de Marrakech vient à peine de commencer. Mais lorsque vous lirez ces lignes, il aura déjà pris fin. Alors que peut-on raconter de ce début de festivités ? Dire peut-être que les conditions climatiques étaient des plus défavorables. Il pleuvait des cordes lors de cette soirée inaugurale mais, malgré le froid et une humidité insoutenables, le public a été fidèle au rendez-vous comme tous les ans. Pour l’amour du FIFM, des jeunes, des vieux, des enfants ont passé des heures sous la pluie dans l’espoir d’entrevoir une célébrité ou d'obtenir un autographe. Chacun attendait patiemment son étoile, sa star… le temps d’un tapis rouge.

 

DĂ©claration d'amour

Si les goûts et les couleurs ne se discutent pas, les divergences d’opinion s’arrêtent là où commence le cinéma indien. A Marrakech, Bollywood est sacré ! Shahrukh Khan était la star incontestée de cette folle semaine. Adulé, il n’a pas lésiné non plus à aller à la rencontre de ses fans sous la pluie, à prendre le temps de serrer une main, de signer un autographe, d'offrir un sourire. L’acteur, par son charisme et son talent, séduit sans distinction, grands, petits, hommes, femmes mais aussi … journalistes ! Une déclaration d’amour publique lui a été faite par une consœur lors de la conférence de presse qu’il a donnée dès son arrivée sur le sol marocain. Shahrukh Khan n’est pas venu seul. Amitabh Bachchan était l'autre célébrité indienne que les journalistes s’arrachaient. Même s’il a pris de l’âge, et malgré une perruque sur la tête, il continue de charmer et d’attirer les foules. C’est Catherine Deneuve qui lui a remis un trophée après avoir lu – sans aucune conviction – un discours qu’on lui avait préparé pour l’occasion !

Du cinéma réaliste, contemplatif, aux compositions les plus contemporaines et déroutantes (comme In Another Country de Hong Sang-soo avec l’excellente Isabelle Huppert), la programmation de cette 12e édition du FIFM est assez éclectique (malgré quelques mauvaises surprises comme le film canadien Camion, en compétition officielle).

Les chevaux de Dieu de Nabil Ayouch, en revanche, s’est distinguĂ© par sa thĂ©matique et par sa facture. Dans ce film inspirĂ© du roman Les Ă©toiles de Sidi Moumen de Mahi BineBine (Le Fennec 2010), le rĂ©alisateur s’est penchĂ© sur la vie des kamikazes qui ont commis les attentats de mai 2003 Ă  Casablanca. Dans la salle des ministres, oĂą le long-mĂ©trage a Ă©tĂ© projetĂ© en prĂ©sence de l’équipe de tournage, n’étaient pas rares ceux qui ont versĂ© une larme. Le rĂ©alisateur et ses comĂ©diens, enfants et adultes issus des bidonvilles ont Ă©tĂ© longtemps applaudis. Une vĂ©ritable success story pour cette Ă©quipe qui revient de Cannes après  avoir obtenu le prix François Chalais. Au Palace Es Saadi, lieu de rĂ©sidence de l’équipe du tournage, on a vu les enfants jouer, se jeter Ă  l’eau. Une parenthèse dans leur vie avant de retourner dans leur quotidien, au cĹ“ur d'un bidonville… Ce film qui a Ă©mu la rĂ©daction d’actuel est notre coup de cĹ“ur de la semaine (lire aussi page 46). Aussi avons-nous eu l’occasion de rencontrer Nabil Ayouch qui nous a relatĂ© les conditions de tournage et l’histoire de ce film Ă©mouvant.

Entretien avec Nabil Ayouch, réalisateur.

« Avec de vrais comédiens, je n’aurais jamais eu ce rendu »

 

actuel : Vous avez tourné dans un bidonville. Comment avez-vous été accueilli ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

Nabil Ayouch : Ce n’est pas la première fois que je fais ça. Mon film Ali Zaoua a été tourné en partie à Sidi Moumen. Je suis retourné là-bas par la suite et j’y ai travaillé pendant deux ans en collaboration avec des associations qui œuvrent pour la réinsertion des jeunes… C’était en 2008. Et j’avais aussi commencé l’écriture d’un scénario sur Sidi Moumen. Je l’ai arrêté pour me consacrer à l’adaptation du roman.

 

C’est tout de même différent du contexte de Ali Zaoua. Les chevaux de Dieu est une mise à nu des habitants de ce quartier. C’est leur misère qui est projetée au premier plan. Quelles étaient les réactions, les appréhensions ?

J’ai commencé par la lecture du scénario dans le cadre de l’association. J’avais envie de leur raconter l’histoire que je voulais élaborer. Egalement, je leur ai expliqué mon point de vue, c’est-à-dire mon adaptation. Ça me semblait important de ne pas les trahir.

 

Racontez-nous la rencontre avec Les étoiles de Sidi Moumen de Mahi BineBine ?

L’idée de départ était basée sur les attentats du 16-Mai. Mais pas seulement, comme vous avez pu vous en rendre compte. Ce qui m’intéressait, c'était de savoir comment des gamins pouvaient se transformer en bombes humaines.

 

Certains disent que vous rendez ces terroristes presque humains. Qu’avez-vous envie de leur répondre ?

Ce ne sont pas des robots, ce sont des gamins qui habitent à quelques kilomètres à peine de Casablanca. Pour moi, la violence a un nom, un visage, une histoire. C’est plus facile de dire que ce sont des extrémistes sans essayer de comprendre. Bien sûr ce sont des extrémistes, mais ils ont aussi des parents, une famille. En racontant leur histoire, on n’essaie pas de minimiser ni d’excuser mais, en revanche, ça permet de les comprendre et forcément ça les rend humains. Est-ce qu'ils sont plus sympathiques pour autant ? Je ne le crois pas. Mais bien sûr, ce sont des humains.

 

Vous avez tourné à Sidi Moumen ?

Sidi Moumen a trop changé, il y a des immeubles qui poussent par-ci, par-là… Nous avons tourné dans un bidonville à côté. Les habitants étaient partants parce que pour eux aussi, c’était important. Ils me disaient, de toute façon nous sommes stigmatisés depuis le jour de notre naissance. Les gens pensent qu’on est tous barbus ici. Je dirais que 95% de la population était pour ce film, les contre étaient vraiment minoritaires. Mais globalement la majorité l’a bien accueilli.

 

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec des comédiens non professionnels ?

Certains viennent de Sidi Moumen, pas tous. Mais certainement des bidonvilles. Aucun d’eux n’est professionnel. C’est un choix de réalisme. J’aurais pu prendre de vrais comédiens mais je n’aurais jamais eu ce rendu.

 

Racontent-ils leur vécu ?

Oui, carrément. Le scénario était très écrit, nous sommes arrivés avec des rôles bien définis, une histoire bien construite. Ensuite, eux-mêmes sont arrivés avec leurs propres mots, leur vécu.

 

Vous avez pris un gros risque. Etait-ce aisé de les diriger ?

L'approche est totalement différente. Ce n’est pas forcément plus difficile de fonctionner avec des non-professionnels, c’est différent. Moi, j’adore travailler comme ça. Mais avec les enfants, c’était très dur. Ça a représenté beaucoup de travail.

 

Quel regard portent-ils sur ces attentats ?

Ils portent le même regard que l’ensemble des Marocains, ils ont été effarés par ces violences. D’autant que cela venait de leur quartier. D’où leur envie et leur rage de faire ce film.

 

Jamal Belmahi a écrit le scénario. Quelqu'un d'autre y a-t-il participé ?

Mahi BineBine a eu l’intelligence de ne pas s'immiscer dans l’écriture du scénario. C’est Jamal Belmahi qui a adapté le roman. J’ai suivi de très près l’écriture.

Propos recueillis par Amira-GĂ©hanne Khalfallah
| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter