EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
actuel n°59, samedi 4 septembre 2010
| More

Ecrire quand on est connu, c’est très tendance. A condition, bien sûr, d’avoir quelque chose à dire. Coup d’œil sur des vocations en devenir…

***

Il y a ceux qui sont en plein dedans, ceux qui ont déjà commencé et ceux qui brûlent d’envie de le faire. Exutoire, découverte, rappel historique et rêve de jeunesse constituent les principales motivations de ces VIP qui, au final, cherchent plus à partager leurs convictions qu’à acquérir un surplus de notoriété.

Aziz Bouderbala, ancien footballeur professionnel et animateur tĂ©lĂ© 

« J’aime les histoires d’amour »

Lorsque je suis revenu au Maroc, beaucoup m’ont encouragé à retracer mon parcours à travers une autobiographie, seulement je n’étais pas vraiment tenté par l’idée. Ce qui m’intéressait, c’était l’écriture d’un film et c’est ce que j’ai fait en collaboration avec un jeune concepteur. On vient tout juste de boucler le scénario, il ne reste plus qu’à le peaufiner et à trouver le bon réalisateur pour son adaptation. J’ai toujours été un grand fan du cinéma marocain, seulement je trouve qu’il n’offre pas suffisamment de romantisme à son public. Ecrire cette histoire (d’amour) m’a beaucoup touché et je suis pratiquement certain que les gens l’apprécieront.

Karim Tazi, PDG de Richbond et humaniste dans l’âme 

« J’ai l’angoisse de la page blanche »

Chacun de nous a Ă©tĂ© tentĂ© d’écrire un jour dans sa vie, mais entre vellĂ©itĂ© et rĂ©elle intention, il y a tout un monde. Pour ma part, j’ai pensĂ© me lancer dans un ouvrage traitant de la situation Ă©conomique et politique au Maroc depuis le nouveau règne. Si je n’ai pas encore sautĂ© le pas, c’est parce que j’ai l’angoisse de la page blanche, comme beaucoup d’autres... Il m’est dĂ©jĂ  arrivĂ© de signer des chroniques ou des tribunes pour des supports : je sais donc par expĂ©rience que l’écriture n’est pas une tâche facile. Lorsqu’on est exigeant avec soi-mĂŞme, on se retrouve forcĂ©ment « paralysé ». L’édition est en revanche un domaine vers lequel je pourrais plus facilement me diriger, car je serais certainement moins critique envers moi mĂŞme. Si j’ai du mal Ă  me reconnaĂ®tre du talent, je ne doute pas de ma capacitĂ© Ă  le dĂ©celer chez les autres.

Nabil Benabdellah, militant et homme politique 

« Ça me trotte de plus en plus dans la tête »

Dans ma jeunesse, j’avais l’habitude de tout consigner dans un journal ; j’ai arrêté après mes études et je le regrette beaucoup. Aujourd’hui, l’envie d’écrire sur mon vécu politique et sur tous les événements dont j’ai été témoin se profile de nouveau. C’est un peu comme si je ressentais le besoin d’agir sur la mémoire du parti. Avant de rédiger ce livre, je commencerai certainement par construire un fonds iconographique et audiovisuel des faits ayant le plus marqué le PPS. Ecrire pour moi est une sorte de défouloir et de retour vers soi. C’est un moment où l’on se cherche et où l’on arrive aussi à exprimer son admiration pour la beauté d’une langue. Mes premiers essais ne devraient pas trop tarder à arriver…

Najat Atabou, chanteuse et reine du chaâbi 

«Des souvenirs et des émotions à partager »

Il y a deux choses que je souhaite : écrire ma biographie et en faire un film ensuite. Cela peut paraître étrange, exprimé de la sorte, mais ce sont des projets qui me tiennent à cœur. J’ai énormément de souvenirs et d’émotions à partager avec ceux qui s’intéressent à moi. Ma vie de femme, ma vie d’artiste, ma vie de citoyenne sont autant de thèmes que j’aimerais aborder. Seulement, j’ai besoin d’une équipe qui me fasse confiance et qui veuille bien s’embarquer avec moi dans une telle aventure.

Younès Migri, chanteur, comĂ©dien et Ă©ternel jeune premier 

« Un excellent moyen d’exorciser mes démons »

J’ai commencé à écrire mes mémoires il y a quelques mois. Pour moi, il s’agit d’une véritable thérapie et d’un excellent moyen d’exorciser mes démons. J’ai eu des hauts et des bas dans ma vie et le fait de les regrouper dans un livre me permet de les revivre et de les transmettre aussi bien à mes enfants qu’à mon public. J’y ai déjà relaté mon enfance et mon adolescence. Et j’attaque à présent les « sixties » : nos rapports avec le pouvoir durant les années de plomb, notre désir de changer le monde et nos idéaux révolutionnaires. J’ai envie de repasser par toutes ces étapes de mon existence, en rire et en pleurer à nouveau !

Chafik ChraĂŻbi, gynĂ©cologue engagĂ© dans la lutte contre l’avortement clandestin 

« Raconter mon parcours vraiment atypique »

J’ai eu un parcours vraiment atypique qui mérite d’être raconté. Même si j’ai peur de divulguer certaines choses, je sais qu’à la seconde où je m’y mettrai, je déballerai tout avec une franchise sans faille. Ecrire, c’est faire profiter les autres de mes expériences et leur prouver que rien n’est joué ou perdu d’avance. J’ai été exclu de l’école en troisième année de lycée. Si ce n’était le soutien de ma mère, j’aurais fini sans le moindre diplôme. Ce sont des choses comme celles-ci que je veux confier aux gens et je me donne cinq ans (au maximum) pour le faire.

Hanane Fadili, humoriste fantastique 

« Des contes, des fables et autres paraboles »

Si un jour sur la vitrine d’une librairie, vous deviez repĂ©rer mon nom  sur un Ă©norme pavĂ©, vous y dĂ©couvrirez des contes, des fables et autres paraboles. J’ai un goĂ»t très prononcĂ© pour tout ce qui touche au fantastique et invite Ă  de beaux voyages loin du quotidien. Cela dit, Ă©crire, je le fais dĂ©jĂ  Ă  travers mon mĂ©tier vu que les monologues de mes spectacles et la plupart des sketches que j’interprète sont mes propres crĂ©ations.

Sabel Da Costa

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter