EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Leftah :  ils sont tous contre la censure
actuel n°117, vendredi 18 novembre 2011
| More

Depuis sa parution en France en septembre 2010, Ă©ditĂ© chez La DiffĂ©rence, le livre de Mohamed Leftah, Le dernier combat du Captain Ni’mat, est toujours introuvable au Maroc ! Abdellatif LaĂąbi a lancĂ© une pĂ©tition pour lever l’interdiction. La mobilisation s’organise.


AprĂšs la rĂ©vĂ©lation par actuel de l’interdiction  au Maroc du livre posthume de Mohamed Leftah, Le dernier combat du Captain Ni’mat (lire notre dossier du numĂ©ro 113 sur  www.actuel.ma), une rĂ©action en chaĂźne s’en est suivie dans la presse Ă©crite nationale, dĂ©nonçant l’injustice faite Ă  ce grand Ă©crivain.

Les mĂ©dias ont Ă©tĂ© relayĂ©s, et c’est cet autre grand auteur marocain et amoureux des mots, Abdellatif LaĂąbi, qui a repris le « combat », refusant d’ĂȘtre tĂ©moin de cette censure sans rĂ©agir, sans apporter sa contribution au changement, son analyse Ă  l’évĂ©nement.

Le dernier combat du Captain Ni’mat peut ĂȘtre qualifiĂ© de chef-d’Ɠuvre. Ce roman ne s’adresse pas aux esthĂštes seulement. Il y a dans les mots de l’écrivain poĂšte de quoi adoucir les esprits les plus rustres.

Mais c’est bien connu, les censeurs ne lisent pas ! Sinon comment expliquer qu’on veuille interdire la poĂ©sie de l’amour, la mĂ©taphore du corps ? Depuis la nuit des temps, la sociĂ©tĂ© bien pensante n’y est pas parvenue, et ce n’est probablement pas maintenant que l’on va imposer ces limites.

La mobilisation est d’ailleurs de plus en plus importante. La pĂ©tition lancĂ©e par Abdellatif LaĂąbi ne cesse de rassembler. Elle a, en effet, retenti fortement auprĂšs de citoyens marocains et d’une bonne partie de l’élite culturelle marocaine : Zakya Daoud, Tahar Ben Jelloun, Lahcen Zinoun, Fouad Bellamine, Neila Tazi, Hakima Himmich, Nour-Eddine Lakhmari, Zakia Tahiri, Driss Ksikes, Fouad Laroui, Mahi BineBine... L’appel commence Ă©galement Ă  trouver un Ă©cho Ă  l’international, de l’écrivain algĂ©rien Anouar Benmalek au grand poĂšte syrien Adonis.

Le site français MĂ©diapart vient prĂȘter main forte Ă  « Culture toute », le site de LaĂąbi, oĂč la liste des signataires est publiĂ©e et rĂ©pertoriĂ©e. Vu l’ampleur et la mobilisation, le ministĂšre de la Communication est finalement sorti de  son silence.

Un communiquĂ© de presse explique qu’aucune mesure n’a Ă©tĂ© prise Ă  l’encontre du livre et que « la rĂ©ponse Ă  la non-distribution de ce roman au Maroc est Ă  trouver auprĂšs du marché ». Comment expliquer alors que la librairie Carrefour des livres, l’une des plus importantes Ă  Casablanca, ne soit pas parvenue Ă  se procurer le livre ?

D’autres libraires ont aussi passĂ© commande et attendent toujours
 De toute Ă©vidence, la vĂ©ritĂ© n’est pas du cĂŽtĂ© du marchĂ© marocain. Il n’y a qu’à voir le nombre de signataires de la pĂ©tition (quelque 200 personnes en seulement dix jours) pour comprendre Ă  quel point les Marocains veulent lire ce livre !

Amira GĂ©hanne Khalfallah

« La censure doit ĂȘtre bannie »

« Outre l’indignation face Ă  toute atteinte Ă  la libertĂ© de pensĂ©e et de crĂ©ation, il m’a semblĂ© que le moment Ă©tait venu de poser en toute clartĂ© la question de la censure dans notre pays, pour qu’elle devienne un vrai sujet de dĂ©bat.

L’affaire ne date pas d’aujourd’hui, car, depuis l’indĂ©pendance, nous sommes confrontĂ©s Ă  une censure honteuse, qui ne dit pas son nom et se cache systĂ©matiquement derriĂšre la frilositĂ© ou l’autocensure des diffuseurs et des libraires.

Elle relĂšve donc du non-dit tout en s’exerçant de façon sournoise, presque ordinaire. L’absurde de cette situation est qu’elle devient admise comme une sorte de fatalitĂ©. C’est cette hypocrisie que je veux dĂ©noncer haut et fort car elle illustre parfaitement l’hiatus qu’il y a entre les discours officiels, et mĂȘme les principes « gravĂ©s dans le marbre » des constitutions d’hier et d’aujourd’hui et les pratiques rĂ©elles.

Pour moi, la censure doit ĂȘtre tout simplement bannie, au mĂȘme titre par exemple que la peine de mort. Dans un cas comme dans l’autre, ceux qui en prennent la responsabilitĂ© portent atteinte au principe de vie et Ă  ce qu’il y a de plus sacrĂ© en l’homme, Ă  savoir sa conscience.

Je dirai enfin que, dans le sujet qui nous prĂ©occupe, une autre dimension vient s’ajouter. C’est l’insulte faite Ă  la mĂ©moire de ce grand Ă©crivain marocain qu’est Mohamed Leftah, mĂ©moire qui aurait dĂ» ĂȘtre au contraire cĂ©lĂ©brĂ©e et honorĂ©e aprĂšs sa disparition prĂ©coce. Mais lĂ , ne rĂȘvons pas.

Je crois que le temps est encore lointain oĂč l’on reconnaĂźtra, chez nous du moins, Ă  des hommes comme lui ce que l’humanisme marocain leur doit, un humanisme qui est en train de construire ses propres valeurs contre vents et marĂ©es, en faisant la nique Ă  la bĂȘtise triomphante. »

Abdellatif LaĂąbi


Revue de presse

Cachez-moi ce livre que je ne saurais voir

« Impudique ? A aucun moment, et c’est Ă  cela qu’on reconnaĂźt la magie, le raffinement extrĂȘme de la plume de Mohamed Leftah : ce qui, Ă©crit d’une main Ă©paisse et graveleuse, peut rĂ©vulser se fait musique, poĂ©sie.

Mieux, ce qui aurait pu tourner indĂ©finiment autour du pot de l’intime, comme plein d’écrits vains, n’ayant de subversif que l’aspect, ratisse ici plus large, s’attaque Ă  l’intĂ©grisme galopant... ‘‘Une douloureuse beauté’’, dira le quotidien français L’HumanitĂ©. ‘‘Une futilité’’, rĂ©torquera, hĂ©las, Khalid Naciri. » Sana Guessous, La Vie Ă©co

Le nouveau combat du Captain Ni’mat

« En une semaine Ă  peine, ils sont plus de 100 personnes au Maroc Ă  avoir signĂ© cette pĂ©tition. ‘‘C’est un trĂšs bon dĂ©but, mais il faut savoir qu’il y a Ă©galement une liste de signataires français’’, confie Colette Lambrishs, la directrice des Éditions de La DiffĂ©rence.  » Qods ChabĂąa, Le Soir Echos

Le dernier combat du Captain Ni’mat, sulfureux et censurĂ©

« Les quelques activistes culturels du pays y voient un symbole de la dictature et une politique prĂ©mĂ©ditĂ©e d’appauvrissement culturel du peuple. Lever la censure sur l’expression littĂ©raire, dans la conjoncture actuelle, constituerait un signe fort de la volontĂ© de sauver le Maroc de sa misĂšre intellectuelle. » Fedwa Misk, Le Courrier de l’Atlas

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un thĂ©Ăątre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂȘte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siĂšcles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frĂšres Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : EspĂšces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ùre du PJD 
N°139 : Le Grand thĂ©Ăątre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ɠuvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂȘte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohĂšme 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de

N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  DeuxiĂšme regard  ou l’expĂ©rience du troisiĂšme Ɠil
N°112 : CinĂ©ma  La derniĂšre sĂ©ance
N°111 : La scĂšne artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise
 rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relĂšve est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cƓur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cƓur des chasseurs de toiles
 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc MisĂšres et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de FĂšs et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂźne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂŽtĂ© trĂšs pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂȘtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂč Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succĂšs implique l'hĂŽnnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 ScĂšnes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cƓur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂȘte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres

 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter