EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°64, samedi 9 octobre 2010
| More

Remettre ce courant artistique au goût du jour, dans un pays qui ne l’a pour ainsi dire jamais adopté, est un véritable défi en soi. Un défi signé galerie Shart…

***

Couleurs vives, images dupliquées et mise à l’index d’une consommation abusive et bornée. Les standards du pop art sont demeurés intacts et continuent aujourd’hui de véhiculer des messages allant à l’encontre des tendances actuelles. Fait remarquable, le mouvement n’a jamais su s’octroyer les faveurs d’artistes marocains, du moins jusqu’à « Pop is it », une exposition croisée marquant la rencontre de cinq plasticiens. Ils viennent d’ici, de France, des Etats-Unis et nous parlent d’altermondialisme, de républiques bananières et de clandestinité. Des concepts qui n’ont a priori plus grand-chose à voir avec les boîtes de soupe customisées d’Andy Warhol ou les comics héros de Roy Lichtenstein, mais qui gardent tout de même en eux quelques références aux grands pionniers du courant. L’usage de couleurs primaires par exemple et la dénonciation de nos comportements acheteurs, preneurs et imitateurs.

Ces derniers ont changé d’aspect avec le temps, mais restent motivés par le même instinct d’accumulation. « J’ai eu envie de faire cette exposition, après avoir rencontré des artistes qui s’intéressaient au pop art et qui étaient eux-mêmes (d’un point de vue générationnel) des enfants de cette époque. Aujourd’hui, ces peintres ne dénoncent plus la consommation de masse mais carrément la surconsommation. Le travail est plus minimal dans son traitement, mais le message, lui, est beaucoup plus revendicateur », explique Hassan Sefrioui, propriétaire de la Galerie Shart. Un message revendicateur et empreint du quotidien de ses auteurs.

Retranscrire les réalités dans ses œuvres

L’artiste Mounia Abdelali a voulu retranscrire dans ses œuvres les réalités de son Agadir natal, le mimétisme observable chez ses concitoyens et leur envie de consommer les mirages d’ailleurs. « J’ai créé plusieurs petits personnages. Celui qui me touche le plus, c’est le pêcheur gadiri. Vu que la mer ne lui permet plus de vivre correctement, il s’est fait tout beau pour aller chercher du travail. A l’Occident il n’a emprunté que de tristes habitudes (la cigarette notamment), et dans sa main il tient un pot sur lequel est inscrit : la mer à boire. Une expression arabe traduisant la détresse et le désespoir. Sans ressources, cet homme ne vaut plus rien et il est en quelque sorte condamné à porter un bonnet d’âne. » Tous ces éléments, Mounia Abdelali les transcrit sur ses œuvres dans leur intégralité. Le bonnet d’âne en question, l’envie de voguer vers des cieux plus cléments, l’expulsion des sans-papiers… Elle ne néglige aucun détail, quitte à faire de ses travaux des rébus complexes, n’ayant presque plus rien en commun avec le côté accessible et global du pop art.

Beaucoup plus fidèles au genre, Rita Alaoui, Pimax et Paul Graves ont travaillé sur la duplication des formes et des couleurs ou, pour le dernier, sur la place de l’argent dans la société. Cupcakes à la chaîne, bananes colorées à la Warhol et dollars affublés de mâchoires menaçantes ont pu donner à l’exposition un côté humoristique et acidulé. Le tour du propriétaire s’achève avec trois tableaux de Salim Mouline, qui s’écarte lui carrément de la voie pour marquer son attachement à l’abstrait et au naïf. Un peu comme la majorité de ses homologues…

Un manque d’engouement

S’il arrive de tomber sur des œuvres créées à l’aide de matériaux de récupération ou d’être frappé par le côté pop art des étalages des souks et des grandes surfaces, cette tendance des années cinquante n’a, encore une fois, jamais véritablement intéressé localement.

« Il faut toujours garder Ă  l’esprit la grande complicitĂ© qui existe entre l’artiste marocain et son public. Si on ne s’est pas lancĂ© dans le pop art, c’est parce que le public n’a jamais manifestĂ© le moindre intĂ©rĂŞt pour ce courant », affirme Melihi. Un manque d’engouement qui s’explique d’abord par le caractère très  amĂ©ricain (et donc très Ă©loignĂ©) de ce mouvement lorsqu’il vint Ă  apparaĂ®tre, puis plus tard par un changement d’orientation massif des artistes Ă  travers le monde. Le pop art n’a pas eu le temps de se poser au Maroc et mĂŞme si cela avait Ă©tĂ© le cas, son contenu n’aurait tout simplement pas collĂ© avec les rĂ©alitĂ©s de l’époque. Alors qu’aujourd’hui les choses ont changĂ© et que la consommation de masse n’est plus uniquement le fait des Etats-Unis, c’est au tour des collectionneurs de configurer les modes du moment.

« Les peintres font principalement dans le moderne et le mi-figuratif, parce que c’est ce qui se vend le mieux. Les gens qui en ont les moyens achètent des toiles ou des installations, non pas par amour ou par connaissance, mais pour réaliser de bons retours sur investissement. Aucun plasticien ne se risquerait à aller dans le sens contraire de la vague et à présenter quelque chose de différent », précise Abderrahman Rouhoul, directeur de l’école des Beaux-Arts de Casablanca et peintre de formation. Minoritaire et pas forcément lucratif, le pop art à la marocaine est comme on le disait… un véritable défi !

Sabel Da Costa

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter