EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
actuel n°121, vendredi 16 décembre 2011
| More

Il y a eu, pendant le Festival international du film de Marrakech, des histoires drôles ou tristes à voir. Il y a eu aussi des histoires moins drôles que nous avons vécues et que nous vous proposons dans ce spécial festival. La coquetterie des organisateurs n’avait d’égal que les caprices des stars, et le tapis rouge s’est avéré être une drogue dure !


U n festival, c’est d’abord une ambiance. Et selon le degré de notoriété des participants, – star internationale, vedette nationale, débutant, figurant, journaliste étranger ou marocain –, l’ambiance était excellente, bonne, moins bonne ou carrément exécrable ! Entre les afters au très sélect So et la soirée de clôture surpeuplée au Pacha, les videurs se faisaient une joie de refouler les journalistes qui n’avaient pas de pass et autres « indésirables » qui essayaient de se faufiler.

Dans cette organisation assez chaotique, nous avons tout de même réussi à nous infiltrer. Et pour rester dans le mood, commençons par la fin : le palmarès. Le suspense autour du film gagnant n’a pas marqué la dernière journée du festival.

Dans les couloirs du Palais des congrès, on se souciait davantage de la soirĂ©e de clĂ´ture que des pronostics du palmarès. C’est donc (avec ou sans surprise) le long-mĂ©trage danois Out of bounds de Frederikke Aspock qui a obtenu le Grand prix. 

Le Prix de l’interprétation masculine a été décerné à Daniel Henshall pour son rôle dans le film australien Snowtown, alors que celui de la meilleure actrice est revenu à Joslyn Jensen pour son rôle dans le long-métrage américain Without.

Le Prix du jury, présidé par Emir Kusturica, a été décerné au long-métrage australien Snowtown de Justin Kurzel. A ne pas confondre avec le Prix du jury du meilleur réalisateur, lequel a été attribué aux frères italiens Gianluca et Massimiliano De Serio pour leur film Seven Acts of Mercy.

Côté ambiance, Emir Kusturica a essayé de détendre l’atmosphère en tentant quelques jeux de mots, en vain. Les ovations étaient nourries, mais simulées. Mécaniques même. L’on voulait juste être de la partie ce soir-là.

La convivialité, la chaleur et l’émotion étaient absentes. Côté courts, L’arroseur de Mohamed Aouad a obtenu le Prix de la compétition Cinécoles de cette 11e édition. Emu, le jeune lauréat n’a pas trouvé de mots pour exprimer sa joie. Ce fut probablement le moment le plus sincère de la soirée !

 

Moins de paillettes

Dans leurs petits mots de circonstance, les lauréats ont tous parlé de leur amour pour Marrakech, certains ont remercié le roi et les organisateurs mais personne n’a mis l’accent sur la manifestation.

En dĂ©pit d’un grand effort dans la sĂ©lection des films, le FIFM semble poursuivre encore sa quĂŞte identitaire. Après avoir vainement tentĂ© de rivaliser avec les grands, le festival de Marrakech a, depuis 2006, commencĂ© Ă  se tourner davantage vers un cinĂ©ma d’auteur avec moins de paillettes. Etant de plus en plus ouvert sur les premiers films, le festival devrait servir de rampe de lancement pour les jeunes cinĂ©astes. Or, souvent, les films primĂ©s Ă  Marrakech ne vont pas très loin. 

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la conjoncture arabe actuelle fait que le FIFM a de moins en moins de concurrents, (annulation du festival d’Alexandrie). Mais il ne faut pas oublier le mastodonte du festival d’Abu Dhabi qui, à titre d’exemple, va permettre à Hicham Lasri de réaliser son nouveau film grâce à la bourse Sanad d’un montant de 20 000 dollars.

A Abu Dhabi, les artistes et les réalisateurs ne font pas que passer. Beaucoup de rencontres (one to one) sont organisées officiellement entre réalisateurs, producteurs et différents intervenants dans la chaîne de création cinématographique.

 

Le FIFM a tout intérêt à se repositionner après onze années d’existence, et à s’investir davantage dans la création cinématographique afin d’étendre son influence au-delà de l’événement.

Ali Hassan Eddehbi et Amira Khalfallah

Reportage photo Brahim Taougar/actuel

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter