EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
actuel n°159, jeudi 13 septembre 2012
| More

Swel et Imad Noury s’apprêtent à nous présenter une comédie riche en rebondissements. En signant le troisième volet de Fiha lmelha ou soukkar…, les frères reprennent, à leur sauce, un scénario écrit par leur père. Rendez-vous le 19 septembre pour découvrir la comédie de l’année !

  

La saga Elle est diabétique, hypertendue et elle refuse de crever continue avec un troisième volet signé Swel et Imad Noury. La comédie préférée des Marocains ne s’arrête pas à la double vie que Najib est contraint de mener, ni à la dictature de sa belle-mère. Dès le 19 septembre, nous aurons l’occasion de suivre les aventures de Hajja Fakhita, alias Amina Rachid, plus pimpante et pétulante que jamais. La sexagénaire hystérique, livrée à son sort après le départ de sa fille et de son gendre pour l’Italie, se paie des vacances dans un club 5 étoiles avec, en prime, une amourette avec un dealer de drogue. En arrivant, elle se retrouve nez à nez avec son ennemie numéro un, Leila, campée par Asmaa Khamlichi, elle aussi venue noyer son chagrin dans une piscine olympique, après que Najib l’a larguée comme une vieille chaussette, lui préférant sa femme. De surcroît, l’ex-maîtresse de son gendre a désormais les yeux rivés sur le « prince charmant » de Hajja Fakhita. Et pas que les yeux ! Mais c’est compter sans les plans échafaudés par Fakhita et son chauffeur contre la roturière. Si les personnages n’ont pratiquement pas changé depuis les deux premières parties, celui du chauffeur, habituellement incarné par Benbrahim, est joué par El Bastaoui (en raison des problèmes de santé de Benbrahim), tout aussi juste dans ce rôle.

 

Une rentrée chargée en fous rires

En somme, la sauce Noury Brothers a pris, même si à la base, Swel et Imad avaient complètement rompu avec le cinéma de leur père. Fiha lmelha ou soukkar ou ma bghatch tmout 3, filmé comme une bande dessinée, annonce une rentrée cinématographique chargée en fous rires. Et si Hakim Noury a confié la réalisation de la dernière partie de sa trilogie à ses deux fils, il n’en reste pas moins l’un des protagonistes. Nous découvrirons ainsi un Hakim Noury très comique dans le rôle de Kamal himself, le séducteur intéressé que se disputent Hajja Fakhita et Leila. « La présence de mon père dans le casting était une évidence puisqu’il est acteur dans tous nos films », explique Swel. Et Imad d’ajouter, d'un air amusé : « On adore le diriger et je pense que lui aussi adore être mis en scène par nous ! » Hakim Noury est, en effet, à l’origine de l’idée de cette troisième partie. « Nous avions envie de mettre notre savoir-faire au service d’une histoire déjà existante, connue du public. C’est la première fois que l’on réalise un film que je n’ai pas écrit », confie Swel.

 

Une comédie pour remplacer une autre

Après The man who sold the world pour lequel le scénariste a dû s’appliquer à adapter le roman de Dostoïevski, il lui était certainement plus aisé de revoir un scénario déjà écrit par son père. Mais pas que cela ! « La tâche a été tout aussi intéressante car j’ai dû confronter un type d’humour que mon père maîtrise – celui de la comédie populaire –, à mon propre humour, plus noir et plus grinçant », rétorque Swel. Un défi qui consiste à « reprendre » le cinéma de leur père, et non une solution de facilité pour surfer sur le succès des deux premières parties. La troisième partie de Fiha lmelha ou soukkar… n’est pas du tout une relecture du style Hakim Noury. C’est une version différente de ce qui a été fait auparavant. « Nous avons un style visuel assez marqué et nous y tenons aussi bien dans nos films que dans nos clips ou nos publicités… », assène Imad.

L’expérience The man who sold the world a été particulièrement lourde à digérer, autant pour le public – qui a adoré, parfois honni, souvent pas compris le film – que pour ses réalisateurs qui y ont laissé une partie d’eux-mêmes. Bien avant sa projection lors de la neuvième édition du Festival international du film de Marrakech, nos « frères Cohen » nationaux avaient déjà dans l’idée de réaliser une comédie, histoire d’évacuer le trop-plein d’émotion laissé par leur second long-métrage et de se ressourcer avec une bonne dose de légèreté. Le passage éclair dans les salles de cinéma de ce film dont le titre est un clin d’œil à Curt Cobain, l’un de leurs chanteurs préférés, n’avait pas découragé les frères décidés à affirmer leur originalité et leur style dans leur pays d’origine. Ils avaient alors présenté un scénario qui, hélas, a été rejeté par la Commission du fonds d’aide. « Je pense que le projet était peut-être un peu trop transgressif pour certains. Une comédie sur le terrorisme n’est pas pour plaire à tout le monde », confie Swel, avec résignation. Scénariste prolifique, il avoue que son bureau est rempli de projets qu’il aspire à concrétiser un jour si les conditions sont réunies.

 

Cinéma marocain, un souffle de jeunesse

En attendant, cet élan particulier du jeune cinéma marocain auquel nous assistons ces dernières années ne cessera pas de sitôt de bousculer les codes scénaristiques du septième art, milieu dans lequel ils sont tombés dès leur enfance. Cinéma jeunesse, cinéma underground, cinéma d’auteur... La critique n’y est pas allée de main morte pour parler de Heaven’s Door, leur premier long-métrage dont le titre est aussi une allusion à leur amour pour la musique, et de The man who sold the world, mais elle leur rend, à l’unanimité, un hommage pour leur sens aigu de l’esthétique. « Il nous est impossible de nous défaire de la forme pour raconter le fond », martèle Swel. « Je ne crois pas qu’on appartienne à un cinéma ou à un autre. On fait notre cinéma tel qu’on le sent à chaque étape de notre vie. Il est peut-être jeune parce que nous sommes jeunes, mais on voit davantage le cinéma comme une passion que comme un mouvement. Nous venons de réaliser un film commercial. Si le prochain est de la science-fiction ou un film d’action, comment donc devrait-on qualifier notre cinéma ? Je pense que lorsque nous aurons une lourde filmographie derrière nous, nous pourrons alors tenter de mettre notre cinéma dans une case », exprime Imad. Succédant aux frères Dardenne et Cohen, nos « frères Lumière » ne baissent pas les bras devant les embûches auxquelles se heurtent tous leurs confrères. « Même Chris Nolan doit avoir des frustrations dans ce sens, raille Imad. Blague à part, on souffre énormément pour finir nos films. Et même pour les commencer. Plein de fois, on se jette dans la gueule du loup sans savoir si on va pouvoir assumer l’intégralité des coûts… » Fort heureusement, les frères Noury travaillent en famille. Leur papa joue pour eux et leur maman les produit. Ce qui leur laisse une grande liberté de création et de manœuvre en général. « La preuve, à ce jour, seuls Swel et moi avons vu le film ! », affirme Imad. Leurs projets ? Avant de se pencher sur deux idées de longs-métrages, Swel prendra le temps de préparer une expo photo à Barcelone.

Asmaa Chaidi Bahraoui

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter