EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
actuel n°153, jeudi 2 août 2012
| More

L’hôpital d’Ahmed Bouanani sort le 4 octobre en France et au Maroc. Deux éditeurs s’associent pour faire ressusciter un texte majeur de la littérature marocaine.

 

Rares sont ceux qui ont lu L’hĂ´pital de Bouanani, pourtant un chef-d’œuvre de la littĂ©rature marocaine, une Ĺ“uvre forte et toujours retentissante. Le rĂ©cit, Ă©ditĂ© en 1990 chez Al Kalam, est en rupture de stock depuis de nombreuses annĂ©es. La bonne nouvelle, c’est qu’il est toujours  possible de se rattraper grâce aux Ă©diteurs français Verdier, et casablancais Dar El Kitab. Un hommage est enfin rendu Ă  l’immense talent de l’artiste, hĂ©las, une annĂ©e après sa mort ! Eh oui, les bonnes nouvelles se dissocient rarement des mauvaises ; et telle fut la vie du monstre sacrĂ© du cinĂ©ma marocain, une succession de drames et de rĂ©ussites.

Connu en tant que cinéaste, Ahmed Bouanani, né en 1938, a marqué plusieurs décennies par une œuvre foisonnante dont la résonance se fait encore entendre aujourd’hui. Ce touche-à-tout s’est essayé avec brio tout autant au cinéma qu’à la littérature. Poète de l’image mais aussi par les mots, Bouanani a disparu dans le silence le 6 février 2011. Il est mort dans une grande solitude, à Aït-Oumghar, dans la localité de Demnat.

Parmi ses ouvrages, L’hôpital. Lorsque je l’ai lu pour la première fois, je l’ai trouvé d’un réalisme déconcertant. En le relisant aujourd’hui, je trouve une fable inépuisable, des images qui s’étirent à l’infini, cet autre film que l’auteur n’aura pas réalisé.

Le roman raconte la force et la fragilité à la fois, dans une langue épurée où la poésie se cache et se dévoile dans les replis des phrases. Un livre qui soigne ou qui emprisonne. En tout cas qui ne laisse pas indifférent.

Amira-GĂ©hanne Khalfallah

 

 

Entretien avec David Ruffel qui dirige la collection  « ChaoĂŻd » chez Verdier.

«Une part importante de la littĂ©rature marocaine est en train de disparaĂ®tre» 

 

actuel. Qui est à l’origine de cette initiative ?

David Ruffel . A l’origine de cette réédition, il y a Omar Berrada pour les éditions Dar El Kitab, et moi pour les éditions Verdier où je dirige la collection « Chaoïd ». Deux éditeurs se sont associés pour faire ressusciter un même texte : un éditeur français pour assurer une bonne réception de ce texte en France et dans le monde francophone, un éditeur marocain pour une meilleure réception au Maroc et au Maghreb.

 

Pourquoi avoir choisi ce livre parmi tant d’autres ?

C’est un texte universel, un grand texte de littérature, aujourd’hui quasiment oublié et introuvable. C’est le travail d’un éditeur de littérature contemporaine que de faire renaître pour un large public des textes essentiels oubliés, qui sont des jalons importants dans l’histoire de la modernité mais aussi d’un pays. Une part importante de l’histoire de la littérature marocaine moderne (textes, fonds, etc.) est en train d’être oubliée ou de disparaître, faute de soins. Rééditer L’hôpital, c’est participer avec d’autres à rendre vivant et disponible cet héritage, capital pour le présent. Car cette fable violente et poétique, cette allégorie de l’enfermement, qui a comme source réelle un institut pour tuberculeux à Rabat, renvoie évidemment à la société marocaine des années 1980, et au-delà, à tous les systèmes politiques d’oppression.

Nous souhaitons enfin contribuer Ă  faire redĂ©couvrir aujourd’hui Ahmed Bouanani, artiste et intellectuel marocain essentiel au Maroc et ailleurs. En septembre, une rĂ©trospective de ses films est prĂ©vue Ă  Paris au Jeu de Paume, et Ă  la cinĂ©mathèque de Tanger en octobre. En 2011, c’est la Tate Modern Ă  Londres qui lui  a rendu hommage.

 

Quelle résonance peut avoir ce livre aujourd’hui ?

Dans le contexte politique marocain et arabe actuel, ce texte est d’une grande actualité et devrait trouver une résonance particulière pour les lecteurs marocains, français et francophones. Il y a aussi la volonté de faire lire en France un récit qui ne correspond pas à ce qu’on lit actuellement de la littérature marocaine : un texte proche de certains grands écrits de la modernité, comme ceux de Walser, Kafka… et dont la langue d’écriture, le français, porte en profondeur la langue et la culture populaire marocaines.

 

Propos recueillis par Slimane Ammor et Amira-GĂ©hanne Khalfallah

Un avant-goût de L’hôpital, Al Kalam, 1990.

 

Extrait

« L’atmosphère de ces lieux facilite la croissance d’étranges champignons dans l’imagination. Je suis à toute heure pris entre le vertige et le délire. Je sens chaque jour ma mémoire se cicatriser sur sa purulence, réduit à un être squelettique à faire rigoler les corbeaux et les vautours que je devine tournoyer autour de moi dans des cauchemars. Il va falloir m’habituer à cohabiter avec mes compagnons d’infortune dans ce monde pas plus étrange qu’un autre, où seul, quelquefois, le silence ressuscite, bien malgré moi, des saisons douloureuses. Mes compagnons ? Pour la plupart, ils n’ont plus de bonne raison pour repartir d’ici, égarés dans l’épaisseur de leurs rêves. Quant à moi, il me semble que je suis venu pour la journée, il y a quinze jours ou un siècle, et que j’ai oublié de repartir. Vers où ? Dans un autre temps, au-delà des murailles de l’hôpital, là où j’avais un nom, une occupation, une raison d’être. Aujourd’hui, mon nom est un numéro, j’occupe le lit n° 17 dans le Pavillon C, je suis un pyjama bleu fripé parmi d’autres pyjamas bleus fripés, membre d’une frairie mélancolique et joyeuse, qui ne se pose plus de questions depuis longtemps. Je ne me confesse pas. Je ne cherche pas à soulager ma conscience comme on soulage ses intestins ou sa vessie… »

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter