EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
actuel n°139, vendredi 27 avril 2012
| More

Entre Zaha Hadid et Franck Gehry, lauréats du prix Pritzker, c’est notre Rachid El Andaloussi national et son associé Christian de Portzamparc qui ont été choisis par le jury pour la réalisation du Grand théâtre de Casablanca. Mais depuis, rien ! Utopie ou rêve en construction ? Le point avec le maître d’ouvrage.

 

Lorsqu’on nous a annoncé le projet il y a trois ans, d’abord, on n’y a pas cru. Le plus grand théâtre d’Afrique et du monde arabe allait élire domicile chez nous, à Casablanca. Il faut dire que depuis quelques années, on nous avait plus habitués à détruire qu’à bâtir. Cette « étrangeté » baptisée Dar El Beida ne s’agrandissait plus qu’au gré de constructions sans âme de plus en plus excentrées pour ne pas dire reculées, balayant sur leur passage les immeubles-vestiges. Les nouveaux quartiers, qu’ils soient huppés ou démunis, ont fini par reléguer le centre-ville de la métropole au rang de « saoulodrome » pour tous les damnés de la cité. Pour s’y rendre, il faut être motivé par l’historique glorieux d’un vieux ténor du barreau ou d’un grand praticien de la médecine, établis dans le centre depuis l’âge d’or d’Anfa. Mais les visuels de la maquette étalés dans les médias aidant, nous y avons cru et nous nous en sommes même vantés. Or depuis, plus aucune nouvelle du fameux théâtre qui devait régner au beau milieu de la cité. « [...] Le volet financier est bouclé , et la réalisation commencera fin 2012 ou, au plus tard, début 2013 pour se prolonger quatre années durant », explique Rachid El Andaloussi, architecte renommé et amoureux fou de Casablanca au point de fonder une association à « sa mémoire ».

 

Casarts, tout un programme

Le plus grand théâtre d’Afrique et du monde arabe nous promet un agencement des plus allĂ©chant. Il s’agira d’un complexe culturel théâtre-opĂ©ra conçu de manière Ă  abriter toutes sortes d’évĂ©nements. ConfĂ©rences, congrès… s’y tiendront aisĂ©ment puisqu’il prĂ©voit une salle pouvant accueillir 1 800 personnes. Puis, Ă  cĂ´tĂ©, un théâtre modulable allant de 600 Ă  900 places. Aussi, une petite place dĂ©diĂ©e aux enfants et une autre destinĂ©e aux rĂ©pĂ©titions serviront d’appoint pour les espaces plus importants.  Le plan intègre Ă©galement une citĂ© pour accueillir les artistes et leurs vestiaires, des bâtiments administratifs, des salles d’évĂ©nements, une cafĂ©tĂ©ria, une bibliothèque, une boutique, une billetterie… le tout dans un espace s’assimilant Ă  une mĂ©dina casablancaise, ombragĂ©e et sereine.

Les visuels de la maquette montrent une porte impressionnante prenant toute la hauteur de la bâtisse. « Le Pavillon Principal », tel qu’il a été baptisé, de 17 x15 mètres, s’ouvrira pour devenir une scène extérieure donnant sur la mythique place Mohammed V. « Nous n’empièterons pas sur la place des pigeons. Bien au contraire, le théâtre ne fera que lui rendre sa superbe puisqu’il sera construit bien au fond derrière cette fontaine, et il faudra y accéder via celle-ci », martèle Rachid El Andaloussi. Le terrain qui sera le théâtre de cette réalisation est sis au boulevard Abderrahmane Sahraoui. Il s’agit d’une villa d’un hectare et demi, anciennement habitée par un ex-gouverneur de Casablanca. La place, connue pour sa fonction administrative, se verra attribuer une autre vocation. « Nous aimerions rendre à cette place son rôle auprès des Casablancais, celui de carrefour social, mais nous aspirons également à en faire une place culturelle », explique l’architecte.

 

L’Agora ressuscité

CasArts sera blanc. Le théâtre devra s’intĂ©grer harmonieusement au reste de la citĂ©, un peu comme une installation. « Nous sommes un pays de tradition de la place. [...] C’est pourquoi nous avons souhaitĂ© que Casablanca ait Ă©galement sa place avec tout ce qui s’ensuit comme dynamique, rassemblement… bref, on aimerait en faire l’agora dans son sens urbain », ajoute l’architecte Rachid El Andaloussi. Ainsi, la place des pigeons dĂ©laissĂ©e le soir, se dotera d’une vie nocturne grâce au théâtre.  Pour pousser l’esprit « mĂ©dina moderne » Ă  son paroxysme, Rachid El Andaloussi entend rĂ©habiliter l’idĂ©e du Mechouar, cette allĂ©e spĂ©cifique aux villes impĂ©riales qui mène vers la mĂ©dina.

Un théâtre bien casablancais

CasArts fera bel et bien partie de l’identité casablancaise avec ce caractère et cette écriture contemporains qui la distinguent et qui font d’elle une ville à l’avant-garde, une cité moderne. « De par sa situation géographique, le Maroc est un Occident pour les autres pays du Maghreb et les pays arabes. Les Ksour dont l’architecture berbère est ancestrale, mais pourtant d’une extrême modernité, en sont la preuve. Leurs toits ont inspiré Le Corbusier », nous apprend El Andaloussi. D’ailleurs, il n’est pas question de dessiner en regardant en arrière. Pas question, donc, de construire de manière folklorique ! Mais comment y échapper ? « En inscrivant l’architecture dans la même littérature mais pas dans la même histoire, parce que la pensée peut l’accepter », répond El Andaloussi.

 

Un projet de ville

Mieux encore, « cette bâtisse viendra justement résoudre un problème urbain. Elle amortira la hauteur du bâtiment Lyautey tout en s’inscrivant dans son alignement ». Plus qu’un projet de théâtre, cette construction a d’ores et déjà la prétention de rehausser tous les niveaux du quartier par son existence et par les traitements qu’elle réserve à son environnement. « J’espère qu’elle recréera l’esprit et cette culture qui a disparu en perdant le théâtre municipal dont l’antichambre était le Café de la Comédie. [...] », conclut le fondateur de Casamémoire qui lance un appel à tous les « Casaouis » pour aimer et préserver l’espace public de cette ville si généreuse, mais qui ne reçoit pas assez en retour.

Asmaâ Chaïdi Bahraoui

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter