EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel N°72, vendredi 10 décembre 2010
| More

C’est sa programmation artistique qui fonde le prestige du FIFM. Pour son dixième anniversaire, et plus que jamais, la qualité est au rendez-vous.


***

Pour l’ouverture du festival, Henry’s crime réalisé par Malcolm Venville est un film original qui commence comme un thriller et finit en comédie romantique. Keanu Reeves, qui sera présent lors de la projection, incarne dans le rôle d’Henry un homme tranquille qui somnole dans une vie sans surprise. Quand il se retrouve par hasard sur les lieux d’un vol à main armée, il est embarqué par la police qui le prend pour l’un des voleurs et se retrouve derrière les barreaux. Heureusement, son compagnon de cellule est Max (James Caan), un criminel de carrière qui enseigne à Henry une chose ou deux sur l’art du crime. Henry et Max finissent même par décider de dévaliser une banque à leur sortie de prison. Et la meilleure façon d’accéder au coffre est de creuser un tunnel à partir d’un ancien théâtre. Mais le théâtre est occupé par une petite troupe qui répète une pièce de Tchekhov. Henry doit alors trouver le moyen de faire partie du casting en courtisant July…

 

A voir ou Ă  revoir

Ce sera aussi l’occasion de voir ou de revoir Subway, le film de Besson. Ou encore de découvrir le film de Nicole Garcia, Un balcon sur la mer, avec Jean Dujardin. Tourné à Casablanca, il s’agit d’un « thriller des sentiments ; un film sur la mémoire, les blessures de l’enfance », explique la réalisatrice. « Cette histoire aurait pu se passer ailleurs qu’en Algérie, poursuit-elle dans une interview, mais, je suis née à Oran et c’était intéressant d’y situer l’action du film. Et puis, c’était l’occasion de parler de cette partie de l’Histoire. C’était un fil conducteur intéressant, car le personnage a été arraché enfant à cette terre qui prête aux traumatismes, au chaos... » L’hommage rendu à Kiyoshi Kurosawa est un événement à ne pas rater. C’est Cure, réalisé en 1997, qui lance le cinéaste. Sa réputation gagne l’Occident avec des projections remarquées dans plusieurs festivals, puis avec la sortie française du film en novembre 1999. Charisma et Kaïro, qui suivront peu après, seront des succès. En 2003, son Jellyfish est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes et en 2006, Jim Sonzero réalise Pulse, un remake de Kaïro. Enfin l’hommage au cinéma français permettra de voir défiler plus de 40 vedettes sur le tapis rouge du Palais des congrès, avec à leur tête Costa-Gavras, Catherine Deneuve et Sophie Marceau, et de revoir quelques œuvres majeures du septième art.

Bahaa Trabelsi

 

Talal Selhami,  rĂ©alisateur   « La nomination,  un prix en soi »

Mirages est le seul film marocain présent à la compétition officielle du FIFM. Entretien avec le cinéaste à qui on doit cette production fantastique.

Votre film est bien le seul long métrage à être en compétition cette année dans le cadre du FIFM. Quelle en est l’histoire ?

Cinq personnes aux profils très différents se retrouvent en compétition pour décrocher un emploi prestigieux à la Matsuika, une multinationale s’installant au Maroc. Après un entretien avec le PDG, les candidats se voient proposer une ultime épreuve pour déterminer le gagnant dans un lieu tenu secret. Ils acceptent et embarquent à bord d’un minibus dépourvu de vitres.
Après des heures de route, le véhicule a un accident et les candidats se retrouvent prisonniers de la carcasse de métal. Ils réussissent à en sortir en unissant leurs forces mais découvrent qu’ils sont en plein milieu du désert et que le chauffeur a disparu. Ne sachant si l’accident est réel ou si l’épreuve commence, les candidats vont errer dans le désert à la recherche d’indices et seront confrontés à des mirages les renvoyant à leurs peurs les plus profondes…

 

Ça ressemble un peu à Lost

C’est la première fois qu’on me le dit, mais pourquoi pas. En tout cas, c’est un mélange entre aventure fantastique et thriller.

 

Il paraît qu’il était destiné à être un téléfilm au départ ?

En effet, au début il devait s’inscrire dans une lignée de plusieurs projets de téléfilms, mais avec Nabil Ayouch (ndlr : Ali n’ Productions), on s’est engagé sur un long-métrage avec tout ce qu'il comporte comme investissements et critères.

 

Il s’agit bien d’une coproduction ?

Oui en effet, c’est une production de Ali n’ Productions et la SNRT, en coproduction avec Wallpaper Productions. Ils nous ont donné les moyens de réussir un bon produit, car moi en tant que réalisateur je ne peux absolument pas avancer sans l’appui de mes producteurs.

 

Comment avez-vous accueilli la nomination du film pour la compétition officielle du FIFM ?

C’est une formidable surprise, du pain bénit ! Le meilleur moyen pour nous de lancer le film au Maroc. Quand je l’ai su, le film était encore en postproduction. On a dû travailler dur pour envoyer une copie pour le festival, et puis assister à la concrétisation de presque deux ans de travail. Pour nous, cette nomination est une distinction en soi. Si ensuite un des acteurs remporte un prix, ça ne sera que du bonheur.

 

Qu’est-ce qu’il y a après Mirages ?

Je travaille sur le projet d’un nouveau long-métrage, Oasis, un film d’action qui se passe dans le désert. Dans ma vision des choses, il est vital de réconcilier le Marocain avec un cinéma populaire de divertissement mais de bonne qualité. Aujourd’hui, je pense qu’il y a beaucoup de cinéastes qui voient les choses de la même manière que moi comme Yassine Fenan par exemple. Avec Oasis, le but est de proposer un cinéma social, populaire et intelligent.

 

Quand ce public pourra-t-il justement découvrir votre film dans les salles ?

On travaille sur la distribution pour faire en sorte qu’il puisse être dans les salles avant l’été prochain. Mais en attendant, on va voir comment ça va se passer à Marrakech. On espère qu’il sera porté par d’autres festivals également.

Propos recueillis par Meriama Moutik

Citation

L’hommage au cinéma français permettra de voir défiler plus de 40 vedettes sur le tapis rouge.


Citation

« Si un des acteurs remporte un prix, ça ne sera que du bonheur ! »

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter