EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
actuel n°163, jeudi 11 octobre 2012
| More

C’est grâce à Venise Cadre que les Casablancais ont pu découvrir, pour la première fois, l’œuvre de Joseph Beuys. L’artiste mondialement connu, réfractaire, dissonant, est à Casablanca jusque début novembre.

 

L'œuvre de Beuys, enfant terrible de l’art contemporain, master des années 60, circule toujours avec autant de force dans le monde de l’art. A la galerie casablancaise, Venise Cadre, elle ressuscite à travers l’exposition « Beuys Ici ». On avance délicatement entre les multiples, les affiches, les vidéos comme dans un champ de mines parsemé de fleurs. L’artiste y dégoupille l’une ou égraine l’autre, dans un équilibre parfait. On est éblouis, interpellés. On l’est d’abord par ses idées, on l’est ensuite par son originalité, ses prédictions surprenantes.

Beuys fut un fervent défenseur de la nature. Un précurseur. Un sculpteur de la société, un fin observateur des mœurs, un anthropologue. A travers installations, vidéos, performances, sculptures, il a refaçonné le monde de l’art, nous a raconté de nouvelles histoires, a inventé des concepts. Il a voulu démocratiser l’art en participant aux grands mouvements de son époque, notamment le groupe Fluxus. Ses engagements auprès du Parti vert allemand imprègnent également ses œuvres. Le grand artiste germanique, né en 1921 et mort en 1986 (à 65 ans), a dû vendre de l’huile d’olive pour vivre, alors qu’aujourd’hui ses œuvres sont hors de prix !

 

Enfermé avec un coyote

A Venise Cadre, une des œuvres emblématiques de l’artiste est une vidéo réalisée en 1974. La performance, au titre ô combien moqueur, « I like America and America likes me », résume l’un des engagements de l’artiste mais aussi sa ténacité et son originalité non dénuée d’humour. L’artiste se rend à New York, en se faisant transporter en ambulance de son domicile de Düsseldorf à l’aéroport. Il est enveloppé de feutre isolant pour éviter tout contact physique avec l’Amérique. De l’aéroport John-Fitzgerald Kennedy, il est à nouveau transporté en ambulance directement à la galerie d’art René Block pour son inauguration. Mais ce n’est que la partie soft de l’histoire. Beuys s’enferme durant une semaine derrière un grillage avec « Little John », un coyote sauvage capturé dans le désert. Il demeure seul face à l’animal durant toute la performance, muni d’une lampe de poche. Les visiteurs de la galerie peuvent ainsi les observer à travers le grillage. Mais ce n’est pas par simple caprice que Beuys s’enferme avec le coyote. La symbolique de l’animal vénéré par les Indiens d’Amérique, et méprisé par les Blancs, en dit long sur ce qu’il pense de l'animalité de son époque et permet toutes les digressions…

 

Les idées les plus folles

Les œuvres de Beuys sont autant de questionnements sur la vie, la nature. Il a exploré les matières les plus improbables, les médiums les plus déroutants (terre, graisse, sang…), pour porter les idées les plus folles. L’art de Beuys ne s’est jamais dissocié de celui des préoccupations de sa société. Poétique, Beuys savait l’être, mais il a su également remettre en question les principes de l’art, même s’il n’y est pas toujours parvenu.

Amira-GĂ©hanne Khalfallah

 

Beuys Ici, jusqu’au 3 novembre

Venise Cadre, Casablanca

Trois questions à... Antonio d’Avossa,

commissaire de l'exposition Beuys Ici.

« Beuys ne différenciait pas la composition de son travail et son sujet »

 

actuel. Peut-on parler de différentes périodes dans l’œuvre de Beuys, ou son œuvre s'inscrit-elle dans la continuité ?

Antonio d’Avossa. L’œuvre de Jospeh Beuys a été ponctuée par les grandes étapes du XXe siècle. L’ensemble de son travail est basé sur diverses réactions aux différents systèmes auxquels il s’est heurté. Beuys ne différenciait pas la composition de son travail et son sujet, puisqu’il a tenté durant l’ensemble de sa vie d’expliquer et de démontrer que l’art est le plus grand territoire de recherche politique, sociale, économique…

 

D’où proviennent les différentes pièces présentées à Venise Cadre ? A-t-il été difficile de les rassembler ?

Comme toute exposition muséale, il est difficile de regrouper un ensemble d’œuvres. Avec Beuys, c’est encore plus complexe puisque son travail ne s’est pas forcement matérialisé par des œuvres que l’on pourrait classifier « d’œuvre standard », et donc cette exposition a principalement eu comme problématique « comment exprimer l’œuvre de Joseph Beuys ? » Les œuvres présentées à Venise Cadre proviennent de collectionneurs qui ont eu l’amabilité de prêter leurs œuvres, mais aussi du musée de Milan.

 

Beuys voulait « démocratiser l’art par une diffusion plus élargie », est-il parvenu à le faire ?

Non, Beuys n’y est pas arrivé. C’est l'internet qui y est parvenu !

Propos recueillis par Amira-GĂ©hanne Khalfallah

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter