EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
DSK  Le marocain
actuel n°128, vendredi 10 février 2012
| More

Le Gadiri le plus cĂ©lèbre de la planète a attirĂ© les foules venues Ă©couter ses leçons sur la crise Ă©conomique. Mais il y avait bien d’autres leçons  Ă  tirer de sa prestation...

Gérard Depardieu vient d’annoncer qu’il allait bientôt interpréter son personnage à l’écran (avec Isabelle Adjani dans le rôle d’Anne Sinclair). Son procès au civil dans l’affaire du Sofitel est prévu fin février à New York. Il pourrait être entendu par les juges dans les prochains jours sur l’Affaire du Carlton... mais c’est dans un autre hôtel qu’il vient de faire parler de lui.

 Alors qu’aux yeux du monde sa chute semble interminable, DSK a choisi de rebondir au Hyatt de Casablanca. Le 1er fĂ©vrier, devant le Tout-Maroc Ă©conomique et politique, il est cĂ©lĂ©brĂ© comme une star et accueilli comme un chef d’Etat.

 Dès son arrivĂ©e, il est saluĂ© par le prĂ©sident du Parlement, Karim Ghellab, et le ministre des Finances, Nizar Baraka, avec qui il plaisante en racontant ses histoires de plomberie dĂ©fectueuse Ă  Marrakech. On n’imagine guère l’ex-prĂ©sident du FMI blaguer avec le ministre des Finances français ou saluer le prĂ©sident du Congrès amĂ©ricain.

 S’il pointait le nez Ă  ce type de colloque en Europe ou aux Etats-Unis –mais qui oserait l’inviter? –, on l’ignorerait ostensiblement et des fĂ©ministes activistes s’empresseraient de l’enfariner. Mais Ă  Casablanca, pas une femme ne lui a jetĂ© son stiletto Ă  la figure, et Fathia Bennis, la prĂ©sidente du Women’s Tribune, Ă©tait mĂŞme dans la salle.

 Â«J’avais une copine fĂ©ministe Ă  cĂ´tĂ© de moi, raconte le jeune tĂ©nor du barreau de Casablanca, Youssef Chehbi, venu assister au show Strauss-Kahn. Quand DSK a fini de parler, elle m’a dit : « On se fout de ce qu’il a fait au Sofitel. Un mec comme ça peut faire ce qu’il veut. Â»

 Ce «mec» a parlĂ© plus d’une demi-heure en improvisant pour distiller Ă  l’assistance subjuguĂ©e des leçons sur la crise. Le discours Ă©tait de haute volĂ©e, sans ĂŞtre totalement original, mais les leçons Ă©conomiques de sa prestation n’étaient pas forcĂ©ment les plus pertinentes. En se livrant Ă  cet exercice, l’homme, qui fut Ă  son corps dĂ©fendant le people de l’annĂ©e 2011, nous a surtout Ă©clairĂ©s sur lui-mĂŞme.... et sur nous.

 Pourtant, après avoir passĂ© la journĂ©e Ă  consulter son iPad tout en Ă©coutant les intervenants se succĂ©der Ă  la tribune, DSK avait l’air abattu et un peu Ă  l’ouest. Mais il faut se mĂ©fier des apparences. En fin de journĂ©e, face Ă  la salle, il avait recouvrĂ© son panache. Comme si le tsunami qui l’avait emportĂ© en mai dernier n’avait jamais eu lieu. C’est ce que l’on appelle la rĂ©silience,  «la capacitĂ© de pouvoir se reconstruire après avoir vĂ©cu un traumatisme», explique la psychologue Saida Laraki.

 

Ce qui ne vous tue pas...

Le patron du FMI donne le change, ce qui ne surprend guère le sexologue et psychothérapeute Aboubakr Harakat : «Ce qui ne vous tue pas vous renforce. Il illustre cette maxime. De toute façon, il a toujours clamé son innocence. Pourquoi devrait-il endosser un habit de misérable? Il n’a jamais été misérable ce garçon.»

 Mais la rĂ©silience de DSK est-elle rĂ©elle ou feinte? «C’est un ĂŞtre fort, intelligent, qui gère bien ses Ă©motions, souligne Nadia Kadiri, professeur de psychiatrie et praticienne au CHU Ibn Rochd de Casablanca. On ne sait pas s’il y a rĂ©silience. Seul l’avenir nous le dira...» Mais le prĂ©sent nous Ă©claire dĂ©jĂ  beaucoup.

 Pendant son discours, DSK s’est livrĂ© Ă  un vĂ©ritable festival d’allusions personnelles, sous couvert de dĂ©monstrations Ă©conomiques. Il Ă©voque Jean-Pierre Chevènement qui «disait Ă  propos de Maastricht, que si on mettait le doigt dedans, il fallait aller au bout». Avant de conclure, sous les applaudissements, avec une phrase d’anthologie : «La leçon de cette crise, c’est qu’on ne peut pas ĂŞtre Ă  moitiĂ© mariĂ©s.»

 Dans la salle, Youssef Chehbi est scotché : «En l’écoutant, tout le monde l’imaginait au Sofitel en sortie de bain. Mais lui faisait une excellente analyse, s’amusait avec des jeux de mots et faisait un travail sur lui-mĂŞme pour dĂ©passer l’image que les gens avaient de lui.» Après avoir Ă©voquĂ© les concours LĂ©pine, il ira jusqu’à dire Ă  une jeune fille venue lui apporter un verre d’eau : «Vous prenez des risques!»

 Anouar Zine, chef d’entreprise, militant Ă  l’Union constitutionnelle, n’en revient toujours pas : « La scène Ă©tait exceptionnelle. Il a pris de la hauteur par rapport Ă  ce qu’il a vĂ©cu. Comme il est le premier Ă  en rire, il dĂ©samorce...»

 DSK pratique l’autodĂ©rision subtile. Mais qu’en disent les psys? «Ktert lhem ket dahhaq (l’excès de soucis fait rire), comme dit le dicton marocain! s’amuse Nadia Kadiri. Quand une situation est extrĂŞmement lourde, elle devient plus tolĂ©rable si on la traite avec humour.» Et Aboubakr Harakat de renchĂ©rir : «C’est une sorte de catharsis. Il nous dit : “Vous ne pouvez pas m’atteindre par ça. Cherchez autre chose.” A partir de lĂ , l’histoire se banalise. Et on peut tout recommencer. »

 

DSK, Benkirane : mĂŞme combat

Et il ne recommence pas n’importe où. «Il est ici chez lui», souligne Driss Laraki, un chef d’entreprise militant au PJD, qui est venu l’aborder pour le lui dire. «Il est bien dommage pour le Maroc que vous ne vous soyez pas présenté en France.» A quoi DSK a répondu par une de ses formules à double sens dont il a le secret: «J’ai dû me retirer.»

 DSK se sent bien au Maroc et n’a pas de problème avec un gouvernement islamiste : «Son discours sur la rĂ©duction des inĂ©galitĂ©s pour soutenir la croissance est le mĂŞme que celui de Benkirane, souligne Driss Laraki. DSK m’a d’ailleurs dit que le programme du PJD Ă©tait celui de tout gouvernement qui se respecte, qu’il n’avait rien d’islamiste.»

 Il cherche un job ou quoi? En tout cas, il cherche Ă  revenir dans le Royaume. Il a commencĂ© son intervention par «toutes les occasions pour venir au Maroc sont bonnes», et l’a conclue en demandant Ă  Nadia Salah de l’inviter l’annĂ©e prochaine. Depuis sa libĂ©ration, c’est (au moins) son troisième sĂ©jour dans le Royaume.

 Ici, on l’accueille Ă  bras ouverts. «On a toujours reçu correctement, mĂŞme des dictateurs. Alors pourquoi pas lui? Au moins il n’a pas de sang sur les mains, remarque Anouar Zine. D’un point de vue occidental, cela peut paraĂ®tre choquant. Mais il a fait une erreur que les Marocains comprennent, et nous, on fait la distinction entre le bonhomme et ses conneries.»

 Strauss-Kahn le Gadiri peut ainsi redevenir prophète dans son pays d’enfance. «Le Maroc est son paradis perdu, estime la psychologue Saida Laraki. On reste toujours attachĂ© Ă  sa terre. Cette terre l’a crucifiĂ© et lui a aussi tout donnĂ©.» Et elle continue Ă  ĂŞtre gĂ©nĂ©reuse. «Quand bien mĂŞme les autres le rejettent, les Marocains l’accueillent car il fait partie de ce pays», rĂ©sume Aboubakr Harakat.

 Un accueil si chaleureux que, lors de son passage au Hyatt, les femmes se bousculaient pour poser Ă  cĂ´tĂ© du mâle dominant. «C’est un comportement un peu animal, analyse Nadia Kadiri. Les femelles sont attirĂ©es par le danger et par la bĂŞte. Et il y a aussi un cĂ´tĂ© narcissique Ă  poser Ă  cĂ´tĂ© de cet homme qui fait peur et qui a failli ĂŞtre prĂ©sident.»

 

 L’attrait est si fort qu’il touche mĂŞme les voilĂ©es. C’est grave docteur? «Avec le voile, on a une certaine immunité», relève Saida Laraki. Si on reste couverte, on peut donc s’afficher avec le scandale sexuel du siècle.

 Mais DSK, qui s’est prĂŞtĂ© de bonne grâce Ă  ces sĂ©ances photos, ne semblait pas particulièrement intĂ©ressĂ© par ses fans voilĂ©es. Le vice a ses limites. Et Strauss-Kahn est peut-ĂŞtre sur la voie de la rĂ©demption.

 Pourtant, une rumeur a circulĂ© dans tout Casa. On l’aurait vu dans un restaurant de la Corniche en galante compagnie le soir mĂŞme... En fait, il a passĂ© la soirĂ©e chez les Dilami avant de rentrer sagement au Hyatt. On ne prĂŞte qu’aux riches !

 

Eric Le Braz

Trois questions Ă ... Michel Taubmann

Auteur du Roman vrai de Dominique Strauss-Kahn, aux Ă©ditions du Moment.

 

«DSK, c’est la gauche couscous!»

actuel: Le Maroc est-il pour DSK  un paradis perdu?

Michel Taubmann : Oui, le Maroc a toujours été important pour lui : il a souvent dit « je suis un Gadiri ». Il n’a jamais cessé de retourner au Maroc. Lorsqu’il rencontre sa première épouse à 20 ans, il l’emmène au Maroc. C’est son pays et aussi sa culture.

 

Et pourtant, il est aussi proche d’Israël...

Oui, lui et Anne Sinclair sont réputés comme étant des sionistes, mais ils ont une sensibilité au monde arabe. Il a appris l’arabe. On a souvent affirmé qu’il était un symbole de la gauche caviar. Mais il était l’élu de Sarcelles, en banlieue parisienne, où il y a 30% d’Arabes et 30% de juifs. Il se sentait bien là-bas. DSK, ce n’est pas que la gauche caviar, c’est aussi la gauche couscous.

 

Le Maroc est-il devenu un refuge pour lui ?

Je ne veux pas extrapoler, mais en France, il n’est plus acclamé. Il est détruit pour la vie politique française. Il aurait intérêt à refaire sa vie au Maroc ! (rires) Il a déjà reconstitué à Marrakech la vie qu’il avait à Agadir, les longues soirées avec les amis... Juste avant son arrestation, il était retourné à Agadir pour se ressourcer avec Anne Sinclair avant d’annoncer sa candidature.

 

Propos recueillis par E.L.B.


Le «DSKisme », ça se soigne?

DSK est-il un grand malade, un simple séducteur ou un vrai prédateur ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que les avis sont partagés. Les spécialistes ne sont pas forcément d’accord entre eux et les visions changent terriblement suivant que l’on se situe rive nord ou rive sud de la Méditerranée.

Alors que les Français, après la sidération et le doute, condamnent aujourd’hui celui qu’ils ont autrefois porté aux nues, les Marocains semblent beaucoup plus indulgents et voient en lui davantage une victime qu’un bourreau. « Les Marocains admirent l’homme viril qui rebondit politiquement. Les Marocaines respectent la femme qui pardonne et sauve son couple », résume Anouar Zine. Bref, DSK est tout sauf le pervers décrit par les médias occidentaux.

D’abord, un pervers a un comportement déviant par rapport aux normes sexuelles. DSK n’est ni pédophile ni fétichiste... Il est simplement très porté sur la chose. «D’après ce que l’on sait, il y a eu des actes qui font penser à un comportement sexuel compulsif. Mais l’hypersexualité est involontaire, c’est une addiction et la personne est en souffrance car elle ne peut pas canaliser son comportement », analyse la psychologue Saida Laraki.

De son côté, le sexologue Aboubakr Harakat estime que « DSK est un Casanova. A chaque fois qu’il en a la possibilité, il essaye d’assouvir sa boulimie ». Ce qui n’en fait pas forcément un violeur (la justice n’a rien prouvé souligne tous les psys) ni un addict.

« Il ne participait pas à plus de quatre ou cinq parties fines par an, affirme son biographe Michel Taubmann. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler un addict sexuel. On ne peut pas diriger le FMI en se masturbant cent fois par jour ! » Certes.

 Mais, mĂŞme si DSK est un prĂ©dateur qui sĂ©duit ses proies au lieu de les attaquer, ses penchants l’ont quand mĂŞme rĂ©duit Ă  pas grand-chose alors qu’il Ă©tait presque tout. Aboubakr Harakat ajoute: «Sans Nafissatou, il serait devenu prĂ©sident. Ce gars avait-il besoin de consulter ? Probablement. Mais tant que ça marchait, il pouvait prendre des risques calculĂ©s.»

Et maintenant ? « Il ferait bien de commencer un travail sur lui-mĂŞme. » Et Saida Laraki d’enchaĂ®ner : « Il doit maintenant aller Ă  la recherche du petit garçon de 11 ans qu’il a laissĂ© dans le dĂ©sarroi Ă  Agadir. » En France, des mĂ©dias ont affirmĂ© cet automne qu’il avait commencĂ© Ă  soigner sa « maladie ». « Ils racontent n’importe quoi, affirme Michel Taubmann. Il n’a jamais parlĂ© de maladie Ă  son propos.  

Bref, s’il n’est pas malade, tout le monde semble d’accord pour dire qu’il a intérêt à consulter. Tous les divans du monde rêveraient d’un tel patient.

E.L.B


Le survivant d’Agadir

Dominique Strauss-Kahn Ă©tait au seuil de l’adolescence lors du tremblement de terre d’Agadir. Quand on a survĂ©cu Ă  un tel choc, on peut survivre Ă  tout... 

DSK est un homme de la démesure dont la vie a commencé par un séisme. Avant le tsunami qui l’a emporté en 2011, Dominique Strauss-Kahn avait déjà connu un véritable tremblement de terre. Le 29 février 1960 à 23h40, alors qu’il n’a pas encore onze ans, il se réveille en sursaut dans le bruit et le chaos. Le tremblement de terre qui vient de frapper Agadir a épargné la maison des Strauss-Kahn, mais a rasé la vieille ville et coûté la vie à 15 000 personnes.

C’est « l’instant où ma vie a basculé », écrira plus tard DSK. C’est aussi la nuit où il devient adulte. « Pour qu’il n’ait pas peur et soit occupé, sa mère lui a demandé de s’occuper des deux petits. Elle le traitait déjà comme un adulte, raconte son biographe Michel Taubmann. C’est le lendemain, alors qu’il traverse la ville en voiture avec son père, qu’il réalise l’ampleur de la catastrophe, découvre les maisons détruites et apprend que des copains sont morts. »

 

Entre Eros et Thanatos

Le choc n’est pas seulement affectif. L’argent de la famille, déposé dans un coffre-fort, disparaît dans le séisme. Les clients marocains de son père disparaissent aussi. La famille ruinée doit quitter Agadir pour Casablanca avant de retourner en France. Pendant de longues années, le jeune Dominique fera des cauchemars récurrents : une manifestation typique du syndrome du stress post-traumatique (SSPT).

D’après une étude réalisée par le professeur Nadia Kadiri à Ibn Rochd, près de 40% des survivants souffraient encore de ce traumatisme quarante-cinq ans plus tard. Un SSPT qui n’est pas pris en charge dure toute la vie... Même si, selon Nadia Kadiri, aucune étude n’a indiqué une prévalence de comportements sexuels inadaptés chez les survivants de catastrophe, il est indéniable que ce séisme originel a profondément marqué la personnalité du jeune Strauss-Kahn.

« Il faut explorer sa petite enfance pour comprendre le personnage, estime la psychologue Saida Laraki, spĂ©cialiste des troubles de l’enfant. En quelques secondes, sa vie s’est effondrĂ©e. Mais c’est Ă  partir de lĂ  qu’il a puisĂ© sa force pour se reconstruire. 

Ce traumatisme a pu l’aider à rebondir facilement car il s’est appuyé sur un socle : la sécurité et l’affection procurés par la cellule familiale. » Cinquante ans plus tard, c’est encore le soutien de ses proches qui lui permettra d’affronter un nouveau séisme...

Mais si le tremblement de terre d’Agadir a forgé une certaine force de caractère chez cet enfant confronté au drame au seuil de la puberté, il a aussi pu activer d’autres comportements. DSK est un homme qui prend des risques... comme s’il se sentait invincible. « Il est toujours dans l’ambivalence entre l’appel de la vie et l’appel de la mort. C’est un survivant tiraillé entre Eros et Thanatos. » Un véritable héros de tragédie grecque qui s’est brûlé les ailes en s’approchant trop près du soleil...

E.L.B

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter