EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92, vendredi 29 avril 2011
| More

De Jamaâ el Fna Ă  l’hĂ´pital, rĂ©cit d’une journĂ©e dramatique Ă  Marrakech.

Il est 18 heures aux abords de la place Jamaâ El Fna. Comme si rien ne s’était passé, on retrouve la cohue, la foule et les embouteillages coutumiers, touristes compris. En entrant plus avant dans la place, on se rend compte que quelque chose cloche.


***

Des barrières empêchent la foule d’accéder du commissariat sur la gauche jusqu’au bazar. A l’endroit où se trouvent normalement les charmeurs de serpents et les stands de grillade, un grand vide.

Les gens se pressent et regardent d’un air choqué ce qui reste du café Argana. C’est-à-dire plus grand-chose. Les deux étages supérieurs ont été soufflés par l’explosion. Dans les décombres, des hommes en blanc de la police scientifique, qui viennent d’arriver, s’activent. Autour de moi, j’entends des « ay’ay’ay’ » affligés. Les gens s’exclament, sans oser élever la voix : « C’est pas bon ! Quel malheur ! Les pauvres ceux qui sont morts. »

Osman, un vendeur de chaussures à l’entrée du souk Semmarine est encore sous le choc : « Après avoir entendu l’explosion, je suis allé voir ce qui s’était passé. L’aide commençait à s’organiser.

Des gens étaient allongés, morts, d’autres, blessés, assis par terre au milieu des débris. Il y avait du sang, des brûlés, des morceaux humains, la scène était insoutenable. Je n’ai pas pu le supporter, je ne suis pas resté. »

Mohamed, un marchand de lampes en cuivre du souk Semmarine qui arbore une barbe très musulmane, a entendu l’explosion vers onze heures et quart. « J’ai cru que c’était une bouteille de gaz. On ne sait toujours pas exactement ce qui s’est passé.

Mais les gens savent que des Marocains ne peuvent pas avoir fait ça. Ici les gens sont tolérants. S’il y a des gens qui ont fait ça, c’est contre le Royaume, pas contre les touristes.

Des gens qui ne veulent pas que la démocratisation du Maroc suive son cours, qui ont des choses à cacher ou perdre. Ou encore des étrangers, à cause du Sahara. Mais quoi qu’il arrive, c’est nous qui allons être touchés. 90% de mes clients sont des touristes. »

« Nous reviendrons »

Les touristes justement. Ils sont là. Ils sont nombreux. Maddie et Julien sont bordelais. Ils étaient à la terrasse du café de France quand ils ont entendu une très forte explosion. Ils ne se sont pas inquiétés outre mesure, des Marocains attablés à la même terrasse affirmant que cela devait être une explosion de gaz, et que c’était malheureusement assez courant.

« Vingt minutes après, on est allé voir ce qui se passait : une épaisse fumée noire sortait du bâtiment. » A ce moment-là, un mouvement de foule les a fait reculer, « les gens ayant peut-être peur d’une seconde explosion… »

Ce n’est qu’une heure plus tard, quand des amis inquiets les ont appelés de France, qu’ils ont commencé «  à avoir un peu peur… » Néanmoins, ils sont retournés sur la place dans l’après-midi, parce qu’ils voulaient finir leur shopping, et aussi, pour soutenir les gens de Marrakech : « Après tout, ils vivent du tourisme. Ce qui s’est passé, ce n’est pas une raison de rester terrés à l’hôtel. Il nous reste quelques jours à Marrakech, autant en profiter. Bien sûr que nous reviendrons. »

Des clous dans tous les corps

Il est 19 heures. Quelques journalistes attendent impatiemment dans le hall de la wilaya de la région de Marrakech. A l’étage, le ministre de l’intérieur, Taïb Cherkaoui, et son ministre délégué, Saâd Hassar, le ministre de la Justice, Mohammed Naciri, le patron de la gendarmerie, Hosni Benslimane, et celui de la police, Cherki Draiss, sont en réunion de crise.

La conférence tarde à démarrer, et quand à dix-neuf heures trente, Taïb Cherkaoui entre dans la salle de conférences, c’est pour une intervention de 5 minutes. « Marrakech a vécu un attentat terroriste monstrueux. Le Maroc va poursuivre sa lutte contre le terrorisme dans le cadre de la loi. »

Bilan officiel : 14 morts dont trois marocains et 11 étrangers ainsi que vingt-trois blessés répartis entre l’hôpital civil Ibn Tofail, l’hôpital militaire Ibn Sina et deux cliniques. Fin de la communication officielle, le ministre déclare que ce sont les seules informations dont il dispose. Il quitte la wilaya en trombe. Des sources informées détaillent les nationalités des victimes : il y aurait parmi elles huit Français, un Canadien et un Britannique.

Direction les urgences de l’hôpital Ibn Tofail. L’entrée est filtrée par deux agents de sécurité. Les familles des victimes ne sont pas sur place, mis à part deux femmes qui parlent d’une connaissance blessée à la tête. Le personnel médical est sous le choc. Toutes les victimes ont été admises au service réanimation.

Selon le Dr Saïdi, directeur de l’hôpital, il y a au total 18 blessés, dont huit Marocains, sept Français et deux victimes probablement de nationalité suisse. Sept autres victimes sont dans un état très grave. Certains blessés ont dû être amputés, dont le premier cas est décédé après son admission (à l’écriture de ces lignes jeudi soir, deux décès ont été enregistrés après leur arrivé à l’hôpital).

Ce jour-là, les médecins de l’hôpital Ibn Tofail, qui a reçu le plus de blessés, étaient en grève. Le sit-in de protestation qu’ils avaient prévu a été chamboulé par une annonce du médecin chef.

Nabil, médecin urgentiste, a vécu en direct l’arrivée des victimes. « Vers midi, le médecin chef est arrivé pour nous demander de nous préparer à recevoir des blessés très graves dus à une explosion. Une demi-heure plus tard, j’ai réceptionné un corps déchiqueté, brûlé au troisième degré avec le ventre éviscéré », raconte Nabil. Les médecins sont tout de suite étonnés par la nature de blessures qu’ils n’avaient jamais vues auparavant. Des propos que confirme le professeur Saïdi : « Il y avait peu de cas de brûlés, ce qui présageait d’emblée qu’il s’agissait d’une explosion. »

Un autre médecin urgentiste rapporte que les premières radios ont révélé des traumatismes explicites. « On voyait des clous. Il y avait le même type de corps étrangers dans le corps de toutes les victimes. On en a même extrait de certaines personnes admises ».

Il n’y a plus de doute possible : la bombe était armée de clous pour faire un maximum de dégâts. La première victime succombe à ses blessures à l’hôpital. Selon nos sources sur place, les délégués des ambassades ont été les premiers à arriver sur les lieux, suivis des autorités de la ville.

Ensuite, les familles ont commencé à affluer vers l’hôpital. « Il a fallu prendre en charge un grand nombre de personnes traumatisées, un psychiatre s’est chargé spécialement de les recevoir. Les gens étaient en état de stress post-traumatique », nous dit un autre médecin.

Il est 21 heures et la nuit est tombée sur Jamaâ El Fna. Yasmine Cherradi, une jeune Marocaine qui vit en France, est venue visiter sa tante Nora, qui est justement guide à Marrakech. Elles sont assises sur la terrasse d’un café qui surplombe toute la place. Derrière elles, de l’autre côté de la place, le café Argana.

Elles n’ont pas peur, assises en terrasse : « C’est le mektoub. On ne peut rien y faire. » En fait, la veille, Nora a accompagné des touristes australiens au Café Argana, elle y a même dîné. Du coup, elles précisent qu’elles sont là pour se détendre, et pour soutenir la place mythique. Car malgré cet acte horrible, la place doit continuer à vibrer. Nora est fataliste : déjà qu’il y avait moins de touristes à cause de la Libye, cela risque d’empirer…

En attendant la vie continue à Marrakech. Tous les cafés et restaurants restent ouverts. Des touristes marchent nonchalamment vers Guéliz et dans la médina. Comme s’ils ne voulaient pas céder à la logique de la peur. Comme s’ils narguaient ceux qui veulent nous voir nous terrer ou nous enterrer…

Amanda Chapon et Zakaria Choukrallah,  envoyĂ©s spĂ©ciaux Ă  Marrakech

Ahmed, Samia, Sophie et les autres


Ahmed : Je travaillais au café Argana, je ne gagnais pas beaucoup mais c’était un plaisir de servir du thé à la menthe !

Samia : Je contemplais cette foule, j’adorais cette place ! Je rêvais d’un avenir meilleur…

Sophie : Je réalisais un de mes rêves. Avec la crise économique, je n’arrivais pas à voyager. A Marrakech, le dépaysement me faisait rêver !

Albert et Monique : Passer notre lune de miel à Kech était une envie pressante, nous étions émerveillés devant ces fumets appétissants !

Mina : Sortir de mon bled était mission impossible, je me suis jurée que ma première destination serait Jamaâ El Fna !

Au nom de quoi ? De qui ? Vous avez volé nos vies !!!

 

Texte de Karima Rihani publiĂ© sur le groupe  « Non au Terrorisme ; Non Ă  la destabilisation du Maroc » sur Facebook.


Indignation et solidarité


Les réactions internationales sont unanimes quant à la condamnation de l’attentat de Marrakech. Il y a d’abord la France. Elysée, Matignon, parti socialiste, UMP, Parti communiste… ont tous dénoncé un acte « révoltant », « ignoble ».

Le président Sarkozy s’est entretenu jeudi au téléphone avec le roi. Son conseiller spécial, Henri Guaino, a déclaré que la France «n’avait pas de crainte particulière en ce moment sur le Maroc  ». Même son de cloche en Espagne, qui a marqué « son soutien » au Maroc. Idem à Berlin.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s’est dit « consterné », son homologue britannique « choqué et attristé ». A l’heure où nous mettions sous presse, la réaction américaine se faisait toujours attendre.

Mais au-delà de l’indignation, certains responsables, comme l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Hervé de Charrette, commencent à pointer du doigt Al-Qaïda au Maghreb islamique. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur cet acte.

T.Q.

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter