EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
actuel n°52, samedi 19 juin 2010
| More

Il aura fallu de nombreux sit-in et manifestations, et une tentative d’immolation, pour que le gouvernement cède devant les diplômés chômeurs et décide d’en intégrer 1 259 dans la fonction publique. L’accord met fin à un bras de fer de plusieurs mois. Mais jusqu’à quand ?


***

Fin d’un épisode. L’éternel bras de fer entre le gouvernement et les groupes de diplômés chômeurs, agrémenté de manifestations hebdomadaires, vient de trouver un premier aboutissement. Après de longues semaines de tergiversations, l’exécutif vient de répondre favorablement à la demande de 10 des 12 groupes, en leur attribuant ces postes tant attendus dans la fonction publique, sans concours et avec pour seul critère leur « ancienneté » dans la lutte pour le travail.

« En tout, ce sont 1 259 postes sur les 24 000 à créer dans le secteur public au titre de la loi des Finances 2010, qui seront alloués aux diplômés chômeurs », précise à actuel Abdeslam El Bekkari, conseiller istiqlalien du Premier ministre Abbas El Fassi, en charge du dossier. Ceux-ci seront répartis sur 8 départements (voir infographie). « L’Éducation nationale (pour des postes d’enseignants) et l’Enseignement supérieur (pour des fonctions d’administratifs) se taillent la part du lion des emplois prévus dans le cadre de cette opération », ajoute le négociateur du gouvernement. Le détail de l’annonce officielle ne devait intervenir que le jeudi 17 juin, après le dépouillement des CV des concernés par les départements où ils seront placés. « L’essen¬tiel aujourd’hui est de savoir si ces recrutements répondent à un besoin réel de l’État. D’autant que le maintien des dépenses par l’État, telles que figurant dans la loi des Finances, n’a d’égal que la baisse constatée des recettes et la difficulté enregistrée en matière de levée de fonds », s’interroge le politologue Youssef Blal.

En attendant, le mot d’ordre – tant à la primature qu’au sein même des ministères concernés – a été le secret. Sujet sensible, les diplômés chômeurs posent également la question des responsabilités. Essayer de joindre les intervenants institutionnels dans la gestion de cette crise, c’est se confronter à l’omerta ! Chaque département ministériel se fait fort de renvoyer la « tutelle » à son voisin. « Depuis son arrivée, et parce que traînant la casserole de l’affaire Annajat (la tristement célèbre affaire des emplois fictifs dont ont été victimes quelque 30 000 Marocains du temps où El Fassi était ministre de l’Emploi), le Premier ministre s’est attelé à dissocier le dossier de la Primature et à le céder à d’autres ministères. Ce qui explique la multiplicité des intervenants et les dysfonctionnements qui vont avec », nous précise cette source bien informée sous couvert d’anonymat.

Une fuite en avant dont le chef de l’exécutif est sorti pour le moins essoufflé. Les multiples manifestations – et bastonnades qui les ont accompagnées – des diplômés chômeurs, avec une tentative d’immolation sur la place publique pour point culminant, ont fait leur effet. La primature a beau s’en défendre, expliquant que le plan de recrutement était déjà dans son agenda au moment où les groupes contestataires se radicalisaient, c’est bien ce scandale et le durcissement inquiétant de certains manifestants qui ont précipité le cours des événements (Lire encadré page 20). La rue a donc retrouvé son calme. Mais pour combien de temps ? Aux mécontents de cette année (2 sur 12 groupes de protestataires ont été écartés de l’accord conclu en fin de semaine dernière) s’ajouteront, à n’en pas douter, d’autres groupes de diplômés, comptant les prochains lauréats de 2010-2011.

Cette question pose plus d’une limite aux solutions temporaires, gérées par à-coups, proposées par le gouvernement. Il y a d’abord la logique voulant que l’État cède systématiquement devant les revendications des chômeurs, plus spécialement la condition que les emplois à pourvoir soient dans le public. Certains voudraient y voir un droit. C’est le cas de Fathallah Arsalane, porte-parole du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihssane, l’un des principaux soutiens aux diplômés au chômage. « Nous sommes en train de parler de la crème de cette société et qui a fait ses études dans un système marocain. C’est ce dernier qu’il faut interroger. Pourquoi a-t-on créé des filières universitaires si celles-ci n’offraient pas de perspectives d’embauche ? Réduire le chômage à des considérations de marché est une façon pour le gouvernement de se sous¬traire à ses responsabilités et à ses erreurs », dit-il. Un point de vue qui est loin d’être partagé. Même une ONG aussi intransigeante que l’AMDH le reconnaît. « Si nous comprenons parfaitement le droit qu’ont ces groupes à s’exprimer et à se rassembler, si on les soutient quand ils sont battus ou mis en prison, on ne peut soutenir l’idée que le secteur public soit une condition sine qua non à toute solution », nous déclare la secrétaire générale de l’ONG, Khadija Ryadi.

Youssef Blal va plus loin : « La fonction publique n’a pas vocation à recruter tous les diplômés d’universités. Mais en acceptant à chaque fois, le gouvernement risque de consacrer une culture de rente qui nous a coûté cher, au lieu de promouvoir la culture de l’initiative ! » À ce cercle vicieux, les seuls remèdes disponibles ne seraient-ils que la démagogie et le populisme ? Un populisme qui se double aujourd’hui de soupçons de clientélisme. Des diplômés chômeurs sont ainsi récemment montés au créneau pour dénoncer l’existence de groupes « fantômes » dont les membres appartiennent à des Jeunesses de partis et qui, sans être présents dans la rue, profitent au même titre que les autres des offres d’emplois faites par l’exécutif. Jouant désormais le rôle de médiateur entre diplômés et ministères, avec de nombreux allers-retours entre les deux, le député PJD Abdelaziz Af¬tati parle d’un problème d’approche. « Non seulement celle-ci est malsaine parce qu’elle oblige les cadres au chômage à s’exposer à tous les dangers avant de se voir proposer des postes, mais elle souffre également de failles dans lesquelles des individus et des groupes non légitimes peuvent se greffer », commente-t-il. Dans une requête présentée au chef du gouvernement, le PJD propose d’absorber, une bonne fois pour toutes, les diplômés au chômage et de remettre les compteurs à zéro, seule option pour adopter une vision globale et plus juste pour l’accès à la fonction publique. Celle-ci consisterait d’abord à imposer des concours à tous les prétendants, avec des règles claires et transparentes.

« Ce qu’il faut, c’est des politiques globales qui comportent des solutions et des rĂ©formes profitables Ă  tous. Par cette logique catĂ©gorielle, du rendre service, il est normal que le gouvernement soit accusĂ© de clientĂ©lisme », explique encore Blal. Autre conseiller du Premier ministre en charge du dossier,  Tayeb Mesbahi reconnaĂ®t que la vision d’ensemble n’est pas au rendez-vous. « Et la responsabilitĂ© est partagĂ©e par tous les intervenants et non pas seulement l’exĂ©cutif. Au mĂŞme titre que les deux gouvernements qui nous ont prĂ©cĂ©dĂ©s, nous sommes toujours en train de rĂ©sorber plus de quatre dĂ©cennies de dysfonctionnements et dont l’une des consĂ©quences est le chĂ´mage des diplĂ´mĂ©s. Nombre de stratĂ©gies sont ainsi Ă  revoir, de celles de l’enseignement et de la formation au plan de dĂ©veloppement des secteurs Ă©conomiques. Sans oublier la nĂ©cessitĂ© de s’élever au-dessus des interprĂ©tations politiques faites aujourd’hui par les uns et les autres d’une problĂ©matique Ă©minemment sociale », dit-il. Pour lui, « le diable est dans les dĂ©tails ». Et les dĂ©tails, ce sont ces partis et groupes qui surfent sur la vague du dĂ©sarroi des diplĂ´mĂ©s chĂ´meurs pour rĂ©duire Ă  nĂ©ant les tentatives de solution. « Ce qui est regrettable, c’est que, par souci Ă©lectoral ou d’image, des partis et des groupes politiques s’embarquent Ă©galement dans ces aspects creux du dĂ©bat », dĂ©plore plus clairement encore le politologue Aziz Blal. C’est dire si les vĂ©ritables enjeux sont ailleurs.

Tarik Qattab

Organisation et logistique Une machine bien huilée

L’organisation et les techniques de manifestation des diplômés chômeurs ont énormément évolué depuis les années 1990, date où ces derniers se sont tous réunis sous une même bannière, celle de l’Association nationale des diplômés chômeurs (ANDC). Aujourd’hui, ils préfèrent une organisation plus souple, par « groupes » de 300 membres au maximum, selon le type de diplôme ou l’année de son obtention par exemple.

Bien qu’illĂ©gaux (ils n’ont pas leur rĂ©cĂ©pissĂ© lĂ©gal), ils sont tolĂ©rĂ©s par les autoritĂ©s. Par la force de l’expĂ©rience, ils sont devenus très structurĂ©s. Ils disposent de sites Web, d’un règlement interne, d’un bureau avec secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, trĂ©sorier… Ils ont Ă©galement mis au point un système de notation qui permet de sanctionner l’absentĂ©isme et vivent de cotisations mensuelles allant de 20 Ă  40 dirhams par membre. « Quand un camarade est blessĂ©, nous nous cotisons pour le soigner. Tout est pris en charge par le groupe, de la confection des banderoles au mot d’ordre avant le dĂ©part de la manifestation », explique SaĂŻd, du groupe « Attadamoune ». Sur le terrain, des comitĂ©s spĂ©cialisĂ©s veillent au grain : ceux en charge des slogans et des banderoles, l’équipe « mĂ©dicale » flanquĂ©e d’un gilet Ă©ponyme, le comitĂ© de contrĂ´le qui veille Ă  ce que la manifestation se dĂ©roule mĂŞme s’il y a intervention de la police. Bref, ces groupes se sont si bien organisĂ©s qu’ils sont « jalousĂ©s » par les ONG des droits de l’Homme qui ne sont pas encore arrivĂ©es Ă  un tel niveau, confie, non sans fiertĂ©, un militant pour le droit au travail. Z. C.


Hakim Benchemach,

président du groupe PAM au Parlement

« L'équipe El Fassi refuse toujours d’ouvrir un débat public »

Dernier parti politique à dénoncer la gestion opaque du dossier des diplômés chômeurs par le gouvernement, le PAM pointe du doigt le peu de réalisations enregistrées en matière de création d’emploi. Hakim Benchemach s’explique.

***

Vous avez récemment demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire sur la gestion par le gouvernement du dossier des diplômés chômeurs. Que reprochez-vous à cette gestion ?

Il y a d’abord l’absence totale de transparence dans la gestion de ce dossier. Ni les députés ni l’opinion publique n’ont eu le privilège d’avoir des explications du gouvernement quant à son approche et la manière avec laquelle il compte clore ce dossier. Tout comme on ne connait toujours pas les raisons ayant abouti à l’attribution et la répartition des postes, objet du récent accord. Même la nature des engagements pris par le gouvernement, en la personne du chef de l’exécutif, nous est inconnue.

Dans la question orale que vous avez posée, vous avez relevé des soupçons de clientélisme dans certains cas. Expliquez-vous.

Les éléments dont nous disposons révèlent que des groupes inconnus au bataillon ont émergé récemment et comptent des cadres au chômage que personne n’est capable d’identifier. D’autant que certains groupes que nous avons rencontrés nous ont fait part de rumeurs voulant que des considérations partisanes et clientélistes aient été de mise dans la sélection de certains CV. Nous sommes donc en droit de nous interroger sur les critères d’identification et d’affectation de ces cadres et le degré de légitimité, en termes de compétence mais aussi d’éligibilité, des personnes choisies.

Quel bilan faites-vous de la politique du gouvernement en matière d’emploi ?

Il est inconcevable que le gouvernement, deux ans et demi après son entrée en fonction, n’ait toujours pas été capable de nous rendre un bilan en la matière, en sachant que dans sa déclaration gouvernementale, Abbas El Fassi s’était engagé à créer 250 000 emplois sur 5 ans et à réduire ainsi le taux de chômage à 7 %. Ce qui me chagrine sur le registre des diplômés chômeurs, c’est que l’équipe El Fassi refuse toujours d’ouvrir un débat public sur le refus de ceux-ci de travailler ailleurs que dans la fonction publique. Ce mutisme ne fait que consacrer une mentalité archaïque et contreproductive à un moment où le pays a besoin, tous secteurs confondus, de bras et de têtes pour relever les nombreux défis de développement qu’il s’est fixé.

Propos recueillis par T. Q.

--------------------------

Une provocation payante

Comment en est-on arrivĂ© Ă  la tentative d’immolation ? Selon les Ă©tudiants chĂ´meurs, de tels agissements sont uniquement l’oeuvre d’individus. « Le mot d’ordre de menacer de se brĂ»ler a effectivement Ă©tĂ© donnĂ©, mais ça devait s’arrĂŞter lĂ  », nous explique un militant. Les mĂ©contents se sont radicalisĂ©s et le dĂ©bordement est survenu. C’est, selon les diplĂ´mĂ©s chĂ´meurs, ce qui pousse certains Ă  des agissements aussi spectaculaires que dangereux. « Les anciens groupes sont en gĂ©nĂ©ral plus sereins car il savent que les nĂ©gociations vont aboutir. Les plus rĂ©cents sont en gĂ©nĂ©ral plus enclins Ă  la radicalisation », explique-t-on. Le phĂ©nomène ne semble pas prĂŞt de s’estomper. Et pour cause : « Voir de jeunes diplĂ´mĂ©s brĂ»ler vif a fait peur au Premier ministre et a accĂ©lĂ©rĂ© le dĂ©bloquement des postes budgĂ©taire », explique Nadia El Ă‚atri. Les diplĂ´mĂ©s chĂ´meurs reconnaissent que la provocation est une des voies qu’ils ont choisies pour attirer l’attention. Z. C.


Au coeur de la machine des « enchĂ´magĂ©s »

Ils sont près de 2 000 à investir trois fois par semaine la rue pour protester. Ni les coups de matraque ni la lenteur du processus de leur intégration dans la fonction publique ne les démotivent. Reportage.

***

A chaque fois qu’un haut responsable sort du bâtiment du ministère de l’Education nationale de Rabat, les sifflements s’intensifient. « Houuuuuu », « un emploi ou la mort ! », crient la centaine de diplômés chômeurs, rassemblés ce jeudi 10 juin devant la bâtisse. L’objet de leur protestation : « Le ministère de L’Éducation nous a promis 960 emplois. Au final, il ne nous en octroie que 650. C’est inadmissible dans la mesure où c’est l’un des départements étatiques dotés du plus grand nombre de postes budgétaires pour l’exercice 2010 », s’époumone Nadia El Âatri, responsable des négociations avec les partis politiques au groupe « Al-Majd », l’une des onze associations qui militent toutes les semaines pour décrocher un job dans le secteur public. Autour d’elle, les membres de sept des onze « groupes d’enchômagés » (ce néologisme est leur création) présents ce jour-là opinent du chef. À quelques mètres, des « militants » se font tabasser par les forces auxiliaires, mais personne n’y prête attention tant la scène est devenue banale. « Tout bon diplômé enchômagé a reçu la hrawa (les coups de matraque). Je ne compte même plus mes bleus. La semaine dernière, les mroud ont cassé la mâchoire d’une camarade. Nous avons dû cotiser pour lui payer une opération de chirurgie réparatrice », raconte, impassible, Ahmed Bensaïd, du groupe « Assoumoud ». Manifester, faire des sit-in, protester à coups de banderoles et de slogans, investir (illégalement) les voies publiques et se faire tabasser par les forces de l’ordre… c’est le lot quotidien de ces quelque 2 000 diplômés qui revendiquent un emploi dans le secteur public. Impossible de connaître leur nombre exact, tant certains « groupes fantômes » profitent de la brèche pour gonfler les troupes, de l’aveu même des manifestants.

Cercle vicieux

« Achouâla », « Annidal », « Arrabita »… Trois fois par semaine, les mardis et les mercredis dans l’après-midi et le jeudi matin, ces groupes manifestent avec leurs gilets distinctifs devant l’hémicycle. Inlassablement, jusqu’à ce « qu’on leur trouve une solution » : être embauché dans la fonction publique « immédiatement » et « sans concours », résume Abdelali Al Jahid, secrétaire général du groupe « Al-Mostakbal ». L’année prochaine, ils seront remplacés par d’autres groupes, qui formuleront des revendications en tous points similaires. Un cercle vicieux, dont ces « jeunes » âgés de 25 à plus de… 40 ans, ne veulent pas entendre parler. Ils viennent des quatre coins du Royaume, louent des maisons de fortune dans la vieille médina et font de la recherche d’un travail une occupation à temps plein. « Personne ici n’a d’emploi. La plupart poursuivent leurs études à la fac pour obtenir le doctorat », nous confie un manifestant. « Je suis maman, j’ai trois enfants et tout mon temps est pris par les activités du groupe », confirme Nadia El Âatri.

Contrairement aux idées reçues, l’écrasante majorité des chômeurs ont des diplômes scientifiques, dont certains avec des profils très pointus. Nadia est par exemple titulaire d’un DESA en gestion des risques naturels, spécialité télédétection spatiale. « Les enfants du peuple n’ont pas à être les victimes d’une politique de formation désastreuse. C’est à l’État de trouver un équilibre », assène, pour sa part, Abdelali Al Jahid.

Pourquoi ne se tournent-ils pas vers le secteur privé ? La réponse est toute faite et majoritairement partagée : « Le privé n’offre pas assez de garanties », «Ce n’est pas structuré », « On a tous essayé mais nos droits sont toujours bafoués : pas d’assurance maladie, parfois pas de paye… », etc. Les concours pour rejoindre une administration ? « On les passe, mais de toutes les manières, c’est truqué. »

Derrière ce discours fataliste, les diplômés chômeurs disposent toutefois d’arguments légaux, donc légitimes : la loi, qui garantit un emploi dans le secteur public aux détenteurs de diplômes supérieurs ; et des décrets ministériels dans lesquels le gouvernement leur promet l’embauche (le décret 695-99 et 888-99 datant du 30 avril 1999). C’est sur cette base et en prenant en compte la « légitimité historique » qu’ils négocient avec les représentants du gouvernement. Leur gentleman agreement : les plus anciens seront les premiers servis. Chaque année, ceux qui réussissent à arracher un boulot laissent la place à de nouveaux groupes.

Zakaria Choukrallah 

------------------------------

Tout le monde dit I love you

Instruits, militants, et avec une cause à défendre, les diplômés chômeurs sont un terrain rêvé pour toutes les récupérations politiques. Tour d’horizon.

***

S’ils se veulent d’abord des « militants » pour leur droit social au travail, les groupes de diplômés chômeurs n’échappent pas aux opérations de charme des différents partis politiques. Le dernier en date n’est autre que le Parti authenticité et modernité. Si des députés PAM sont récemment montés au créneau pour demander l’ouverture d’une enquête sur la manière dont le dossier est géré par la primature, ce n’est pas par pur hasard. Les diplômés chômeurs sont, depuis des années, la chasse gardée de la gauche radicale, mais surtout des islamistes. Ceux du PJD ont récemment brillé par la série de rencontres qu’ils ont tenues tant avec les chômeurs qu’avec les représentants des départements ministériels concernés (Emploi, Finances…).

Le soutien de l'AMDH

Les uns comme les autres héritent de cette « cause » après que les partis politiques dits démocratiques, Istiqlal et USFP en premier, ont déserté le terrain, au lendemain de leur entrée au gouvernement. Et pourtant, ces deux formations ont été les toutes premières à se positionner sur le front de la défense du droit au travail. Nous sommes alors dans les années 1994-1995, la tristement célèbre époque où le Maroc, au bord de l’asphyxie économique, décide de couper dans ses dépenses. C’est le fameux Plan d’ajustement structurel dont l’une des principales mesures a été l’arrêt net des recrutements dans le secteur public. La toute première association voit ainsi le jour. Regroupant toutes les catégories de diplômés chômeurs, elle tient ses réunions au siège de la section de Kénitra… du parti de l’Istiqlal. Alors fidèle à son idéologie socialiste et la notion d’État providence qui en découle, l’USFP fait également sienne cette cause. Et ce, jusqu’à l’entrée en fonction du gouvernement de l’alternance. Désormais aux commandes, USFP et Istiqlal vont « lâcher » les diplômés chômeurs. Et seules leurs Jeunesses respectives continuent de s’y intéresser.

Le terrain sera aussitôt occupé par des formations de la gauche radicale, Annahj et le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS) en tête. Ceux-là mêmes qui font le plus gros des effectifs de l’AMDH (Association marocaine des droits humains). Il était donc tout à fait naturel que celle-ci fasse son entrée. Et c’est au siège et dans les bureaux et sections de l’AMDH que les diplômés chômeurs s’organisent et tiennent leurs conférences de presse. L’AMDH serait-elle une voie d’endoctrinement et de recrutement des futurs cadres de la gauche radicale ? Dans une jolie langue de bois, Khadija Ryadi, secrétaire générale de l’ONG, invoque le libre arbitre et le droit mutuel. « Tout citoyen a le droit d’adhérer à la formation qui lui correspond et tout parti a également le droit de recruter ceux qui l’intéressent », affirme-t-elle. Un « droit » qui leur est âprement disputé par une association qui compte le plus de sympathisants parmi les diplômés chômeurs : Al Adl Wal Ihssane.

Porte-parole du mouvement, Fathallah Arsalane écarte toute ambition hégémoniste de sa Jamaâ sur cette catégorie. « Ce n’est pas notre mouvement mais ces partis politiquement corrects qui utilisent les diplômés chômeurs politiquement. Ce que nous faisons, c’est les aider du mieux que l’on peut », déclare-t-il. Masquée ou révélée au grand jour, cette récupération est une réalité. « Et toutes les tendances politiques sont plus ou moins représentées. Il ne manque plus que les salafistes ! », ironise, à l’écart de ses camarades, un militant. Le malheur social des uns fait le bonheur partisan des autres.

Tarik Qattab

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter