EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel N°72, vendredi 10 décembre 2010
| More

La catastrophe a été exceptionnelle dans une ville particulièrement mal préparée à affronter les inondations. Comment Casablanca a-t-elle pu succomber sous les eaux et quelles leçons tirer de ce désastre ? Premiers éléments de réponse…


***

Pendant que le monde s’acharnait à ne pas trouver de solutions aux bouleversements climatiques lors du sommet de Cancun au Mexique, la planète passait aux travaux pratiques. L’Europe sous la neige, l’Amérique du Sud et le Maroc sous les eaux.

Si tout le Royaume a subi des précipitations record et doit déplorer au moins une trentaine de morts, la capitale économique a payé le prix fort : des infrastructures routières incapables de supporter quelques jours de pluie, des parkings transformés en véritables piscines, Casa chic sans électricité et Casa bidonville inondé… et surtout, une ville coupée de tout le pays et livrée à elle-même. Mais pas aux journalistes. Les autorités éludant tout contact.

 

Les Américains avaient prévenu

Mercredi 11 h, Mohamed Sajid nous annonce que ses services sont en train de s’organiser autour d’une cellule de crise et que les réunions s’enchaînent pour venir en aide aux populations. Interrogé sur la manifestation des habitants mécontents qui se déroule le matin même, en face de la préfecture de Sidi Othmane, Sajid dit en ignorer la tenue et écourte la conversation.

à 19 h, nous passons à la wilaya, mais la cellule de crise est invisible. Un responsable nous informe… qu’il n’a rien à nous dire. Deux heures auparavant, le ministre de l’Intérieur est venu installer ses nouveaux gouverneurs qui, paraît-il, seront investis de pouvoirs étendus pour être plus réactifs. Mieux vaut tard que jamais. Le wali est aussi prolixe que le maire, le ministre est muet comme à son habitude. On ne verra d’ailleurs aucun ministre sur le terrain pendant cette catastrophe.

On sait pourtant que toutes les autorités sont sur le pont. Le roi a passé trois nuits blanches, accroché au téléphone, pour suivre heure par heure l’évolution de la situation. Taïeb Cherkaoui a mis en place un PC de crise qui lui remontait les informations des coins les plus reculés. Mais sur le terrain, après les inondations, l’absence des élus et de l’état était flagrante. Les partis politiques opposaient un silence radio et la société civile émargeait aux abonnés absents. Ce sont les caïds et les moqadems qui ont été mobilisés pour faire la récolte des couvertures et denrées alimentaires à distribuer.

 

La débâcle de tout un système

S’il est un enseignement Ă  tirer de la catastrophe, c’est la dĂ©bâcle de tout un système. Kamal Difaoui, un des rares membres USFP du conseil de la ville dominĂ© par le PAM, reconnaĂ®t le caractère exceptionnel des pluies qui se sont abattues sur la capitale Ă©conomique. « 200 ml en 24 heures Ă©quivaut Ă   6 mois de prĂ©cipitations en temps normal. NĂ©anmoins, aussi bien les failles que l’amateurisme dans la gestion, que cette catastrophe a rĂ©vĂ©lĂ©s sont indignes de la deuxième plus riche ville d’Afrique », affirme-t-il.

Pour Mohamed Manser, membre PAM du conseil de la ville (majorité), dire que les pouvoirs publics et les responsables de la ville n’ont pas été à la hauteur de la situation relève de l’injustice. « Tous les corps de l’état et de la mairie se sont mobilisés dès les premières alertes et jusqu’à très tôt le matin », se justifie-t-il. Il va jusqu’à remettre en cause le bien-fondé de certaines réactions. « Alors que nous essayons de parer au plus urgent, certains n’hésitent pas à nous demander des logements. Quand nous ne prêtons pas attention à des demandes aussi farfelues, nous sommes attaqués de tous bords et qualifiés de démissionnaires. »

Mais si gouverner c’est prévoir, on est consterné par la faillite du système. D’autant que l’Agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) avait prévenu la météorologie marocaine avec une cartographie des zones qui allaient être touchées. Mais on a considéré que les mouvements de panique qui résulteraient de la divulgation de ces informations pourraient créer des dégâts plus importants.

 

L’OCP sous les eaux

Surtout, ces inondations certes exceptionnelles ont mis à jour les insuffisances d’une ville qui n’a jamais su gérer sa croissance. Symbole de cette incompétence presque séculaire, les égouts sous-dimensionnés prévus pour des zones de villas, qui ont débordé pour inonder les parkings des immeubles de cinq étages.

Les sociétés de services délégataires n’échappent pas à la salve de critiques que la catastrophe a provoquée. En ligne de tirs, la Lydec. « Nous nous attendions à des investissements plus conséquents de la part de la Lydec. » C’est le cas notamment dans la maîtrise de Oued Bouskoura, dont les débordements ont provoqué d’énormes dégâts dans la région. Ceux-ci ont touché jusqu’aux imposants sièges d’organismes comme l’OCP ou le centre d’expositions de l’Office des changes. « Encore quelques jours de pluie et les grands quartiers de Sidi Maârouf et Maârif, et donc le cœur battant du Maroc économique, étaient inondés », s’insurge Kamal Difaoui. Ils sont d’ailleurs nombreux à critiquer cet investissement manqué. D’autant qu’il était à l’ordre du jour depuis 2003. « La Lydec doit rendre compte du retard pris dans l’exécution de ce projet. C’est d’autant plus scandaleux que ces projets sont financés par la ville », ironise Mustapha Lhaya, membre PJD du conseil de la ville, et celui-là même qui s’est vu retirer la responsabilité du contrôle du travail de la Lydec au sein de la mairie.

Le tout devant une étonnante passivité du gouvernement. Premier à monter au créneau sur ce registre, le PJD qui a interpellé, mercredi 1er septembre au Parlement, l’Exécutif, appelant à des comptes et à des réactions de la part de départements comme l’équipement. « Nous ne pouvons pas demander au gouvernement de rétablir l’électricité sur le boulevard Zerktouni. Le rôle de Karim Ghellab s’arrête aux frontières du périmètre urbain. C’est à la ville de se prendre en charge. Et c’est ce que nous avons raté », explique Difaoui. Une position à laquelle Lhaya s’oppose. « Avec ses seules ressources, la ville est dans l’incapacité totale de gérer ses 5 000 kilomètres de routes. Il faut que l’état intervienne », dit-il. Piste proposée dans cette perspective, un contrat programme état-ville. Même le Pamiste Manser y consent. « Il est clair qu’une fois passée la crise, il nous faudra réfléchir plus sérieusement à des solutions à même de mettre la capitale économique à l’abri de ce genre de catastrophes. Que tous les Casaouis aient failli périr après seulement trois jours de pluie, cela a effectivement de quoi nous alerter. » Il propose, à cet effet, la tenue d’une session extraordinaire du conseil de la ville, histoire de fixer les responsabilités et de réétudier les projets d’infrastructures présents et à venir.

E.L.B. ( avec T.Q. K.E.H. A.E.A. )

photos Brahim Taougar

 

La bulle de la Lydec

En temps de crise, cellule de crise ! Mais un jour après le déluge, le PC de la Lydec est plutôt zen.

***

Mercredi, fin d’après-midi. Mauvais timing ou intime conviction de Lydec d’avoir rempli son devoir, les locaux de la cellule de crise sont pratiquement vides ! Cinq personnes en tout se chargent de collecter l’information provenant de microcellules, pour la transmettre à d’autres services, dont ceux de la wilaya. Cinq, ni plus ni moins ! Très rapidement on tente de nous rassurer sur l’effectif réel des troupes et leur affectation sur le terrain... « En fin de matinée, vers midi, nous étions une quinzaine et pas mal de choses ont déjà été faites. Vous devez savoir par ailleurs que chaque membre de la direction générale dispose d’un téléphone et de plusieurs cartes topographiques pour suivre de près la progression des opérations », nous explique Jawad Belhadad, directeur du système d’information et du développement clientèle.

 

Effet boule de neige

Ce dernier est particulièrement soulagĂ© de voir que le matĂ©riel informatique, les 900 radios et les 2 450 tĂ©lĂ©phones des diffĂ©rents services n’ont, eux, subi aucun dĂ©gât... Quelques minutes plus tard, c’est au tour du directeur d’exploitation de l’électricitĂ© et directeur de crise, GĂ©rard Faure, de nous Ă©clairer (cette fois) sur la principale cause du black out expĂ©rimentĂ© par la ville depuis mardi : l’installation des postes d’électricitĂ© Ă  l’intĂ©rieur des caves et des parkings. « C’est par mesure d’économie que les propriĂ©taires optent pour ce genre d’installations, seulement dès que ces endroits sont inondĂ©s Ă  cause de la  pluie, vous pouvez dire adieu Ă  tout l’agencement et Ă  celui des cinq ou six immeubles autour. Il existe aujourd’hui Ă©normĂ©ment de constructions de la sorte, d’oĂą l’effet boule de neige. »

DĂ©cryptage : cette configuration est appelĂ©e Ă  se produire, chaque fois que les prĂ©cipitations tourneront autour de 100 mm et que les sous-sols de ce type d’habitations se retrouveront gorgĂ©s d’eau. Un Ă©tage au-dessus, c’est le centre de relation clientèle (CRC). Ici aussi il n’y a pas foule. « Il y a moins de travail en ce moment. Hier, par contre, il nous a carrĂ©ment fallu repositionner nos Ă©quipes et accroĂ®tre leur nombre pour faire face Ă  tous les appels », prĂ©cise  Abdelaziz Ahmani, chef du dĂ©partement de coordination clientèle.

En une journée, le bureau est passé de 30 à 15 téléopérateurs pour 11 000 appels au lieu de 60 000. Ceux-ci répondent aux particuliers, enregistrent leurs coordonnées, et essaient de les calmer au moyen de phrases toutes faites : « Monsieur, Madame, il s’agit là d’un problème général auquel nous allons tenter de remédier avant minuit inchallah, nos équipes sont dans votre quartier, en train de tout réparer. » Lorsque des insistances (légitimes) se manifestent à l’autre bout du fil, les conseillers mettent un point d’honneur à répéter aux intéressés qu’ils ne sont absolument pas les seuls dans cette situation et que près de 800 autres postes électriques ont eux aussi été affectés.

Une phrase dont on n’arrive pas vraiment à cerner l’effet rassurant... En quittant les lieux, il est près de vingt heures, et la grande majorité des rues jouxtant l’agence sont toujours plongées dans l’obscurité. Pourtant selon la direction, le centre-ville ainsi que les hôpitaux étaient censés avoir la priorité sur le reste…

Sabel Da Costa

Citation

« La ville est dans l’incapacitĂ© totale de gĂ©rer ses 5 000 km de route. Il faut que l’état intervienne. »            

Mustapha Lhaya, Ă©lu PJD de Casablanca

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter