EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92, vendredi 29 avril 2011
| More

Le blues des « makhzeniens progressistes »

Ce ne sont pas des baltajias. Ils veulent changer la société sans forcément changer de régime. Mais avec les vingtfévrieristes, c’est le dialogue de sourds.


***

« C’est nous les jeunes makhzeniens !» En arrivant à actuel, ils font un peu les marioles mais on les sent amers. Ezzouate, Bassim, Anas, Meriem et Salim sont venus débattre de leur engagement qui date d’avant le 20-Février.

Mais ils n’ont jamais rejoint le mouvement et se sentent aujourd’hui stigmatisĂ©s. « Ils nous insultent Ă  chaque fois qu’on essaie de dĂ©battre avec eux. Ils nous traitent de chiens du Makhzen », tĂ©moigne Ezzouate El Mehdi,  23 ans, prĂ©sident de l’Association des jeunes citoyens.

Aîné de la bande, Anas El Filali, 32 ans et blogueur fameux sous le pseudo BigBrother.ma, rajoute une couche : « Ils nous demandent d’être démocrates, mais ne le sont pas eux-mêmes. »

Le paradoxe, c’est qu’ils sont globalement d’accord avec les vingtfévrieristes pour plus de transparence, la lutte contre la corruption ; et débattre de la monarchie parlementaire ne leur fait pas peur.

Mais ils se défient d’un groupe d’inconnus qui apparaît spontanément, avec des moyens évidents. Et surtout ils ne supportent pas les amis encombrants du mouvement.

Ni Staline, ni mollah Omar

Anas Bougataya a 21 ans. Etudiant, il est coprésident de l’association Les Cosmopolites à Aïn Chock. Et il résume toute leur défiance en quelques mots : « On a jamais vu un barbu islamiste s’allier avec un barbu fumeur de havanes.

Que font les déjeuneurs du MALI avec les adlistes qui veulent la charia ? C’est incohérent ! ». Ezzouate El Mehdi, lui, voit une cohérence : « Ce sont des républicains, certains veulent la république de Staline, d’autres celle du mollah Omar ! » Les adlistes, il les connaît.

Plus jeune, il a failli y succomber : « Ils prêchent leur idéologie step by step. Ils commencent gentiment à rendre service en enseignant la prière aux enfants. Et dix ans plus tard, on est formaté pour être un étudiant adliste. »

Pour eux, les antagonismes originels entre les soutiens du 20-Février font que le mouvement n’est pas viable à terme : « Ils sont unis contre le Makhzen. Mais s’il disparaît, comment construire une société viable avec une multitude de projets antagonistes. On regrettera le Makhzen qui unifie au moins ceux qui le combattent ! », ironise Bassim Khaber, conseiller en courtage et vice-président de l’Association des jeunes citoyens.

Des devoirs pas que des droits

C’est facile de dire non : « Mais dès que l’un d’entre eux émettra une idée, il y aura désaccord », juge Anas El Filali. Le 20-Février pour ceux qui n’en sont pas, c’est d’abord un mouvement de contestation, pas de propositions.

Et c’est en cela que ces jeunes citoyens veulent se différencier. Ils estiment qu’il ne suffit pas de réclamer des droits, il faut aussi honorer ses devoirs. Bassim Khaber considère que la jeunesse bien née a une dette à payer.

« Les jeunes privilégiés ont une responsabilité vis-à-vis de ceux qui ne le sont pas. Nous devons transmettre notre savoir ! » Meriem Jabi, 23 ans, étudiante et coprésidente de l’association Les Cosmopolites élargit cette thématique à tous les Marocains qui doivent « avoir conscience de leurs devoirs vis-à-vis de leur pays ».

Et de raconter son expérience dans un centre d’appels où elle devait vendre des produits défiscalisés à des Français : « Certains me répondaient qu’ils voulaient payer des impôts pour construire des écoles et ne pas contribuer à l’évasion fiscale ! Mon rêve, c’est d’entendre un Marocain dire la même chose. »

Avec Anas Bougataya et Selim Jebari, Meriem participe aussi à l’opération Nbni Bladi, un groupe Facebook qui recueille des propositions pour « contribuer à changer la vie ». Cette boîte à idées est un petit laboratoire de démocratie participative, qui occupe un champ laissé libre par le 20-Février : les projets de société.

De l’éducation sexuelle dans le programme scolaire Ă  l’institution d’un  « quota jeunes » sur les listes de candidature des partis politiques en passant par la facilitation de l’accès Ă  la nationalitĂ© marocaine pour les Ă©trangers nĂ©s dans le Royaume, Nbni Bladi est un vĂ©ritable catalogue de mesures dans lequel pourraient puiser des partis politiques sans idĂ©es.

Mais les 24 propositions ne vont pas (encore) jusqu’à remettre en question les lois emblématiques d’un Maroc dont l’horloge législative s’est arrêtée au temps de Lyautey : interdiction de la consommation d’alcool ou de la conversion à d’autres religions pour les musulmans, pénalisation des relations entre hommes et femmes non mariés…

« Ce ne sont pas des sujets actuels. Ils passent au second plan », juge Salim Jebari, 31 ans, membre fondateur de l’association Marocains Pluriels. « Une loi pour autoriser la consommation d’alcool est-elle vraiment une priorité », renchérit Bassim Khaber. « La vraie priorité, c’est le chômage, les inégalités sociales, l’accès à une bonne éducation », conclut Ezzouate El Mehdi.

Certes. Mais, il faut bien avouer que si le Mouvement du 20-Février est minoritaire, ces jeunes « conscients » peinent aussi à rassembler des bonnes volontés désabusées par avance. « Les jeunes me disent « Je ne suis pas un Fassi Fihri, donc ça ne sert à rien que je m’engage », résume lapidairement Salim Jebari. « On n’est pas encore passé de l’état de sujet à l’état de citoyen responsable », conclut Anas El Filali. C’est bien là le sujet.

Eric Le Braz

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter