EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
actuel n°42, samedi 10 avril 2010
| More

Les propriĂ©taires des logements confiĂ©s Ă  General Contractor Maroc attendent toujours la livraison de leurs biens. Ce dossier sulfureux, gĂ©rĂ© par Benjamin Chetrit, et marquĂ© par la passivitĂ© des principaux opĂ©rateurs, Der Krikorian et Al Omrane, gangrène l’opĂ©ration Tamesna. Fathallah Berrada peine Ă  convaincre sur ses capacitĂ©s de redressement.


***

Entre mer et nature ». Les agences de communication ne manquent jamais d’imagination?! Et en arrivant sur le site de la ville nouvelle de Tamesna, mieux vaut avoir de l’imagination… à plus d’une vingtaine de kilomètres de Rabat, la mer est un peu loin. Quant à la nature, si elle est bien présente, elle offre encore aujourd’hui un visage singulièrement ingrat, défigurée sur plusieurs centaines d’hectares par l’immense chantier d’une ville nouvelle qui doit accueillir, à terme, quelque 250 000 habitants. Pour l’heure, l’ensemble, érigé au milieu des champs et des pâturages, dont quelques dizaines de logements seulement ont été livrés, laisse planer bien des inquiétudes parmi la population pionnière.

«?Entre malversation et corruption?». Présentée comme cela, l’affiche est naturellement moins séduisante. Et pourtant. C’est bien de malversation et de corruption qu’il s’agit pour qualifier le cas le plus épineux de la réalisation des premiers logements de Tamesna.

Le dossier de General Contractor Maroc (GCM), cette société à laquelle le holding Al Omrane a accordé le 5 août 2005, l’adjudication de 1?500 logements clés en mains, de 5?000 logements (Lot B), dont 20?% à faible valeur immobilière (VIT?: 120?000 dirhams) avec équipements collectifs à réaliser (école, maison de jeunes et poste), et de quelques dizaines de villas, n’en finit pas de rebondir. On le croyait résolu fin 2009. Il n’en est rien.

Passivité des pouvoirs publics

évoquer ce dossier?–?qui voit des centaines de familles attendre encore en vain un logement pour lequel elles ont versé voici des années de confortables avances – c’est pénétrer dans un univers ou s’entremêlent au mieux la coupable passivité des pouvoirs publics, au pire des comportements empreints d’irrégularités, entachés d’illégalité, où les règles de bonne gestion ont rapidement laissé place aux pratiques les plus scandaleuses.

Au cœur de ce dossier, un holding public – Al Omrane – bras armé du ministère de l’Habitat, et deux associés qui ont déjà défrayé la chronique en 2005, lors de la reprise de la Marina Casablanca par la CDG (lire pages 18 et 19). La justice dira peut-être un jour sa vérité sur les faits qui lui seront soumis. Les plaintes ne manquent pas, déposées par les principaux protagonistes, sous un feu croisé qui ne manque pas de piquant. Benjamin Chetrit, l’homme aux identités multiples (lire encadré), ex-mandataire, fondé de pouvoirs, et président délégué de General Contractor, et André Der Krikorian, président du Groupe Der Krikorian, auront sans doute le loisir de s’expliquer devant la justice qu’ils viennent tour à tour de solliciter. En attendant, les tentatives de sauvetage de General Contractor semblent demeurer vaines?; et les acquéreurs douter du règlement de leur contentieux à l’égard du promoteur.

L’année 2010 a pourtant failli bien commencer. Le 29 décembre dernier, le sourire était de mise. Posant pour la photo, après avoir signé un «?mémorandum d’entente?», Fathallah Berrada, le nouveau patron de General Contractor, Miloud Hachimi, président de l’association Tamesna pour le développement et la solidarité (ATDS) –?une association de clients en colère –, Abdelkader Kaioua, inspecteur régional du ministère de l’Habitat, chargé par Ahmed Taoufiq Hejira d’une mission de médiation et quelques responsables du holding Al Omrane se félicitent d’avoir pu arracher, auprès des repreneurs de la société General Contractor, un calendrier précis de livraison des appartements et villas acquis par les acquéreurs. Mise sur pied en août 2009, après que les clients lésés par des années d’attente de la réception de leurs biens ont sollicité l’arbitrage du ministère de tutelle, la commission de médiation a obtenu des opérateurs une livraison rapide et progressive des logements.

Des ventes illégales

Trois mois plus tard, le sourire s’est figé. Les investisseurs emmenés par Fathallah Berrada, ancien président de la Bourse de Casablanca, n’ont toujours pas convaincu Al Omrane de leurs capacités financières, techniques et juridiques pour assumer, sans nouveaux dommages, la réalisation des programmes confiés à General Contractor. En clair, la surface financière des nouveaux opérateurs apparaîtrait nettement insuffisante, et leurs capacités à mener à bien un chantier d’une telle importance singulièrement limitées. Le holding public a donc annoncé son intention de se substituer à la société défaillante pour assurer la bonne fin des travaux et permettre, enfin, aux acquéreurs de prendre livraison de leurs logements dans les meilleurs délais.

Des primo-actionnaires défaillants, relayés par de nouveaux investisseurs sous l’œil bienveillant de la puissance publique?: le scénario aurait pu être idéal. Mais dans le dossier General Contractor, rien ne semble devoir répondre aux règles de bonne gestion. Et Al Omrane, qui a longtemps préféré ignorer les dysfonctionnements de la gestion de Benjamin Chetrit, se trouve bel et bien contraint de pallier ses propres insuffisances. Les quatre années de gestion pilotées par le mandataire du groupe Der Krikorian n’ont pas fini de révéler toutes leurs turpitudes. Au premier rang de celles-ci, des ventes de logements réalisées en parfaite illégalité au regard de la loi de la VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement), pourtant expressément précisée dans la convention signée entre General Contractor et Al Omrane. Ventes qui ont permis à Benjamin Chetrit d’encaisser des sommes extrêmement importantes au bénéfice de GCM, mais dont la traçabilité laisserait aujourd’hui grandement à désirer. Et sur l’utilisation desquelles la Justice aura sans doute à se prononcer.

La détresse de clients toujours en attente de livraison, le désarroi d’entreprises non payées, l’arrêt progressif des chantiers, le non-respect du cahier des charges?: les éléments n’ont pas manqué qui auraient pu et auraient dû susciter la mobilisation d’Al Omrane. Le holding public, en charge de l’aménagement de la ville nouvelle de Tamesna, est pourtant resté sourd et aveugle à tous les signaux d’alarme. Une telle cécité pose question(s).

Une convention bafouée

Ainsi, s’agissant du non-respect de la VEFA, la réponse de Nabil Kerdoudi, PDG d’?Al Omrane Tamesna ne manque pas de surprendre?:?«?Effectivement, dans l’ancien accord, cela n’a pas été fait. Mais, il faut dire que la majorité, voire la quasi-totalité des ventes réalisées jusqu’à présent par les autres promoteurs dont Addoha, qui est pourtant coté, ne respectent pas cette disposition légale. Nous avons veillé à remédier à cela. Nous avons l’engagement de GCM à livrer tous les clients qui ont versé des avances et à respecter les dispositions de la VEFA pour les futures transactions.?» Et, interrogé sur la passivité de son holding sur les dysfonctionnements de la gestion de GCM, la réponse de Nabil Kerdoudi demeure tout aussi désarmante?:?«?Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse ! On voyait bien à un certain moment qu’il y avait des risques. GCM était confronté à de graves problèmes financiers, stratégiques et de gestion. Ce qui ne lui a pas permis de respecter ses engagements vis-à-vis de ses clients. On ne pouvait pas payer à sa place ses fournisseurs. Pour le programme Amal 1 (recasement des bidonvillois), nous avons continué à payer les entreprises pour éviter que le chantier ne s’arrête. Sur ce programme, GCM assure juste la maîtrise d’ouvrage... »

«?Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse?!?» Respecter la «?convention de partenariat?» signée entre les deux partenaires le 25 novembre 2005 peut-être… Celle-là même qui, en son article 14 stipule que « la présente convention sera résiliée de plein droit sans qu’il soit besoin d’accomplir une quelconque formalité dans les cas suivants : (…) manquements graves aux règles de l’art (…), non-respect des prescriptions techniques définies dans le cahier des charges et/ou engagements souscrits par le partenaire, dépassement supérieur à six mois de l’échéancier d’exécution prévu?». Un article 14 qui, si Al Omrane avait assumé ses responsabilités en temps opportun, aurait sans doute évité aux acquéreurs, tenus de longs mois dans l’ignorance, de menacer de recourir à la justice pour se faire entendre.

Le rĂŞve tourne au cauchemar

Etait-ce trop demander, s’étonnent aujourd’hui les clients lésés, que de s’assurer de l’état d’avancement du chantier, du respect du cahier des charges, de la légalité des contrats passés par le prestataire??... «?Franchement, observe cet acquéreur d’un appartement Hiba qui aurait du lui être livré en octobre 2008, quand on voit comment le citoyen marocain est protégé dans cette affaire, cela ne donne pas envie d’acheter au Maroc… J’ai hésité entre soit acheter au Bled, soit en France, et je pense que j’ai fait un très mauvais choix… Quelle galère?!?»

Sur le papier, il est vrai, tout permettait d’envisager une réalisation exemplaire, permettant à nombre de Marocains de réaliser leur rêve d’accès à la propriété, dans un environnement de cité moderne dotée des meilleurs équipements et services. Et si le rêve a rapidement tourné au cauchemar pour quelques milliers d’entre eux, c’est bien en raison du comportement douteux du gestionnaire de General Contractor, de la passivité de son partenaire français, et de l’incroyable force d’inertie qui a animé des années durant le holding Al Omrane Tamesna. Une inertie qui confine parfois à la complicité.

La convention qui lie Al Omrane et GCM est on ne peut plus claire. Or, les entorses à cette convention ne manquent pas qui, au fil du temps, auraient dû alerter les responsables d’Al Omrane. En cause?:?le changement d’actionnaires réalisé à l’occasion d’une augmentation de capital le 10 février 2006 par Benjamin Chetrit –?en dehors de tout respect de procédure?–?; l’absence de divers procès-verbaux au fil de la construction (dossiers de permis de construire)?; la mise en place des financements selon chaque phase?; le non-respect des dates d’achèvement ; le non-respect de la clause des modalités de paiement des terrains?; l’absence de transfert de propriété?; les irrégularités dans les rapports trimestriels de commercialisation et les rapports trimestriels relatifs aux investissements réalisés… Autant de dysfonctionnements, à tout le moins d’interrogations, à même d’alerter sur la gestion de GCM. Il faudra attendre la mi-2009, la mise en place de la commission de médiation et surtout les négociations entamées, pour assurer la reprise de GCM par de nouveaux actionnaires et dévoiler progressivement l’étendue des dégâts engendrés par la gestion de Benjamin Chetrit, avec le soutien qu’André Der Krokorian n’hésite pas à qualifier «?d’abusif?» de la BMCE (lire interview pages 20 et 21).

Fausses factures

La reprise de GCM par Fathallah Berrada et ses associés leur réservera bien des surprises. «?Malversations et fausses factures?», selon un proche du dossier, conduiront les nouveaux actionnaires et André Der Krikorian à porter plainte contre Chetrit. Trois plaintes déposées auprès du procureur du roi à Casablanca n’ont pas laissé l’ex-mandataire de GCM insensible, qui a, à son tour, déposé plainte contre André Der Krikorian. «?C’est une vieille affaire?», affirme aujourd’hui Benjamin Chetrit à actuel. «?Elle n’est plus d’actualité. J’ai retiré ma plainte. Nous avons signé un accord avec Der Krikorian, et nous avons même prévu qu’il n’y aurait plus d’agression entre nous. Je devais être payé de mes actions. Je les ai récupérées, il n’y a plus de procédure en cours… Vous savez, Der Krikorian, c’était le président, moi je n’étais que le délégué…?» Plaintes retirées ? André Der Krikorian dément ! L’épilogue pénal demandera assurément quelques années de procédure…

Pour l’heure, c’est de la livraison des logements en bonne fin d’achèvement dont il s’agit. Et de la responsabilité de l’opérateur. Mais quel opérateur?? Fathallah Berrada affirme tout mettre en œuvre pour redresser la situation et procéder à la livraison des logements dans les meilleurs délais. Al Omrane fait valoir des réserves sur les capacités du repreneur, et, surtout, sur la légalité du transfert de propriété. Un différend qui pourrait, là aussi, faute d’un accord en cours de négociation, et compte tenu des enjeux financiers, se terminer devant les tribunaux.

Car s’il est permis de s’interroger sur l’intérêt porté par les partenaires de Fathallah Berrada aux chantiers de Tamesna, eu égard aux multiples dérives enregistrées, sans doute faut-il voir au-delà de ce seul projet. L’enjeu financier en cours n’est naturellement pas neutre. L’achèvement du programme concédé à GCM devrait, selon un fin connaisseur du dossier, se monter à quelque 631,8 millions de dirhams. Un somme à mettre en parallèle avec les quelque 630 millions de dirhams à recouvrir pour le solde de la vente des villas et logements. En clair, le dossier pourrait se solder par une opération blanche, ou en très léger déficit.

En réalité, l’intérêt des nouveaux action-naires se porte sans doute moins sur Tamesna que sur les deux pépites que détient GCM. La société serait en effet propriétaire de 5 hectares à Salé, et de 6 hectares à Mohammedia/Ben Slimane. Deux lots qui pourraient, selon André Der Krikorian, laisser respectivement 140 millions et 240 millions de dirhams de marge nette à leurs gestionnaires. De quoi nourrir l’activisme des nouveaux bailleurs de fonds de GCM pour tenter de conserver la maîtrise des chantiers en cours à Tamesna.

Henri Loizeau

Chetrit, l’homme aux multiples identités

« AndrĂ© Der Krikorian Ă©tait le prĂ©sident, moi, je n’étais que le dĂ©lĂ©gué… », affirme aujourd’hui Benjamin Chetrit, face Ă  la conjonction des dysfonctionnements rĂ©vĂ©lĂ©s sur sa gestion. DĂ©lĂ©guĂ© certes, mais avec les pleins pouvoirs. La procuration signĂ©e par le prĂ©sident du groupe Der Krikorian, le 9 aoĂ»t 2005,  ne supporte aucune ambiguĂŻtĂ©. Benjamin Chetrit y est dĂ©signĂ© comme Ă©tant « le mandataire », Ă  l’effet de  « rĂ©gir, gĂ©rer, administrer, tant activement que passivement tous les biens et futurs du  constituant », alias Der Krikorian. Un mandataire qui n’hĂ©site pas parfois Ă  se prĂ©valoir, dans des documents parfaitement lĂ©galisĂ©s, de plusieurs identitĂ©s : tantĂ´t Benjamin Chetrit, tantĂ´t Jaimes Benchetrit. Ă  quelle fin ?


Les eaux troubles  de la Marina Casablanca

«?Je serai à l’inauguration de la Marina?!?» André Der Krikorian ne pèche pas par pessimisme. Accusé de toutes les turpitudes, condamné par la justice française sur la foi des plaintes déposées par son ex-associé, le patron du groupe Der Krikorian veut encore croire en la justice. L’avenir lui donnera, peut-être, raison. « Moi, affirme aujourd’hui cet octogénaire toujours amoureux du Maroc, je ne connais qu’une vérité, celle que disent les tribunaux.?» Or, selon ses dires, la Cour suprême du Maroc vient – après trois années de procédure – de casser le jugement de la Cour d’appel qui a, dans un premier temps, donné raison à son ex-associé Lévy. Le dossier de la Marina Casablanca devrait donc être à nouveau plaidé. La transformation de la SA en SARL aurait été fondée sur des faux. Avec cette décision de la Cour suprême, André Der Krikorian ne désespère pas de refaire valoir ses droits devant la justice française et d’engager une demande de révision de son procès. Un procès qui, selon Der Krikorian, a permis à Lévy d’obtenir la vente de tous ses biens, et la saisie de 80% de sa retraite.

Le patron du groupe français continue d’ailleurs de rĂ©futer tout «?Ă©chec?» dans le dossier de  la Marina. Certes, la CDG, a repris le dossier en Ă©change d’une indemnitĂ© de 380 millions de dirhams. Mais c’est bien les conditions d’évaluation de cette indemnitĂ© qui pourraient poser question. Car, au moment de la mise en Ĺ“uvre des financements nĂ©cessaires par General Contractor sur l’opĂ©ration Tamesna, le blocage du dossier, par l’Office des Changes, du rapatriement par Der Krikorian d’une partie de cette indemnitĂ© a soulevĂ© bien des interrogations. Rapatrier en France plusieurs dizaines de millions de dirhams n’est pas une mince affaire. Et l’Office des Changes veille Ă  la transparence. Or, selon l’Office, la vĂ©racitĂ© des justificatifs prĂ©sentĂ©s pour valoriser le montant de l’indemnitĂ© n’est pas avĂ©rĂ©e.

Et les comptes dĂ©posĂ©s de la Marina, avant sa reprise par la CDG, n’apparaissent pas totalement sincères.  Pire, aux yeux de l’Office, la transaction acceptĂ©e par la CDG que prĂ©side alors Mustapha Bakkouri, en dehors de toute transparence, apparaĂ®t quelque peu «?fantaisiste?», alors mĂŞme que le montant de l’indemnisation aurait du ĂŞtre apprĂ©ciĂ© au regard des «?remboursements?» des seuls frais engagĂ©s par les partenaires sur le chantier. Les factures proposĂ©es n’auraient Ă©tĂ© que fictives, en tout cas inexistantes lors de l’enquĂŞte de l’Office des Changes.

Par ailleurs, l’examen des documents signés avec la CDG révèlerait, selon l’un des fins connaisseurs de ce dossier, qu’une partie de l’argent versé par la CDG aurait été détourné par… Benjamin Chetrit, « avec la complicité de l’une des entreprises présentes sur le chantier de la Marina ». Et ce, « par le biais d’une délégation de créances des sommes dues par la CDG au titre du projet, pour le compte de la société Groupe Der Krikorian, mais directement à des créanciers figurant sur une liste annexée à l’avenant signé à cet effet ». La Marina Casablanca version Lévy-Der Krikorian n’a sans doute pas encore livré tous ses secrets…

H. L.


AndrĂ© Der Krikorian : « OĂą est passĂ© l’argent des clients ? »

Le patron du groupe Der Krikorian affirme avoir découvert tardivement les dysfonctionnements de la gestion de son mandataire à la tête de General Contractor. Et s’en remet à la justice pour « dire la vérité ». Entretien.

Imprudent, AndrĂ© Der Krikorian? LĂ©ger, avanceront certains qui ne manqueront pas de s’étonner de l’absence de contrĂ´le du Groupe Der Krikorian sur General Contractor Maroc et son mandataire Benjamin Chetrit. Un manquement aux règles de bonne gouvernance qui relève, ici, d’une prĂ©sidence mal assurĂ©e. Conscient du risque encouru de « complicitĂ© passive », AndrĂ© Der Krikorian assume. Et dit « sa » vĂ©ritĂ©.

Comment ĂŞtes-vous intervenu sur le projet Tamesna ?

AndrĂ© Der Krikorian : Je venais de finaliser la cession de la Marina Casablanca Ă  la CDG, et de toucher l’indemnitĂ© qui nous Ă©tait due. J’ai remis quelque 90 Ă  100 millions de dirhams dans Tamesna. J’ai donnĂ© plein pouvoir Ă  mon directeur gĂ©nĂ©ral (ndlr :  Benjamin Chetrit). Et je me suis malheureusement aperçu beaucoup trop tard qu’il avait rĂ©alisĂ© des fausses factures, dĂ©tournĂ© de l’argent… Moi, vous savez, je lui faisais entièrement confiance. Je gère plus de cent sociĂ©tĂ©s en France, et des projets un peu partout dans le monde… Je ne peux pas ĂŞtre en permanence partout. Je n’ai pas encore le don d’ubiquitĂ©?! Lorsque les chantiers de Tamesna ont commencĂ© Ă  dysfonctionner, courant avril 2008, j’avais approchĂ© la BMCE et nous nous Ă©tions mis d’accord sur un contrat de vente de GCM sur la base de 400 millions de dirhams. Un mois plus tard, mon directeur gĂ©nĂ©ral voyait seul la BMCE en leur proposant de lui accorder un crĂ©dit pour racheter mes parts ! Mais la crise est arrivĂ©e, le crĂ©dit lui a Ă©tĂ© refusĂ©. Ă  partir de lĂ , Chetrit a arrĂŞtĂ© de payer les entreprises et les fournisseurs, et mis en difficultĂ© les chantiers. C’est Air France qui m’a alertĂ© en dĂ©cembre 2008 car il n’avait pas honorĂ© le paiement de leurs crĂ©ances depuis plus de trois mois !

Comment avez-vous réagi ?

Je n’étais pas étonné… Mais je me suis dit : il a peut-être été faible et commis quelques erreurs… Chetrit me dit simplement que les ventes ont ralenti, d’où des difficultés de trésorerie. La banque m’a appelé en avril 2009, elle venait de rejeter sept chèques. Je ne pensais pas que le mal était aussi profond. J’ai fait un point avec la BMCE sur les dettes en juin. Je leur ai demandé huit mois pour rétablir la situation. Mais ils ont refusé?! En réalité, je me suis aperçu que la BMCE avait fait du soutien abusif. GCM avait droit à une ligne de crédit de 50 millions de dirhams. Or, ils sont allés bien au-delà. Et quand je suis intervenu, ils ont pris immédiatement des hypothèques?! Ils ne voulaient pas me voir !

Vous étiez pourtantle président de GCM !...

Oui, bien sûr, et je vois bien que l’on pourra peut-être m’accuser de complicité passive. Mais je me suis sans tarder porté acquéreur des actions détenues par Chetrit, avec promesse de les lui régler si je trouvais à revendre. J’ai aussi remboursé toutes les petites victimes. Pas les entreprises, mais les plus modestes des acquéreurs, à titre personnel. J’ai pris des arrangements avec toutes les entreprises, fait connaître publiquement par insertion dans les médias mon programme de redressement. Et je suis revenu devant la BMCE. Ils voulaient que je rapatrie de France quelque 2 millions d’euros (22 millions de dirhams) de capitaux ! Mais dans le même temps, mon notaire m’a présenté des investisseurs et, à partir de juillet 2009, j’ai envisagé la cession car ça devenait insupportable.

Vous n’avez pas pris contact avec Al Omrane ?

Si, bien sĂ»r. Et il y a mĂŞme eu des rĂ©unions avec le ministère de l’Habitat. Le problème est devenu politique. Or, moi, je ne fais pas de politique. Le 9 juillet, j’ai repris les titres de Chetrit. Le 9 septembre, j’ai cĂ©dĂ© l’ensemble Ă  mes successeurs, un  groupe d’actionnaires emmenĂ©s par Fathallah Berrada. J’avais rencontrĂ© deux fois Al Omrane qui voulait reprendre, mais j’avais donnĂ© ma parole. Al Omrane reste responsable de tout le programme. Ils n’ont pas fait leur travail de surveillance. Ils n’avaient personne pour le faire?! Ils ont trouvĂ© des pigeons, dont Der Krikorian. Quant Ă  Berrada, il a demandĂ© un dĂ©lai de six mois, et s’est engagĂ© Ă  remettre tout le chantier en piste. Je doute qu’il y arrive ! Ce ne sont pas de vrais entrepreneurs. Ils jouent «?politique?» avec leurs relations. Je le vois comme ça…

Comment avez-vous pu laisser filer ainsi la gestion de votre mandataire ?

Je fais des affaires depuis plus de 50 ans ! Vous savez, il y a des bons et des mauvais. Il faut laisser la justice faire son travail. Laissons les preuves venir… J’ai déposé plainte auprès du procureur sur la base de plusieurs éléments, malversation, détournement de fonds, escroquerie... Si Chetrit était en France, il serait déjà en prison depuis longtemps. Il y a par ailleurs une plainte déposée par Fathallah Berrada à l’encontre de Chetrit après qu’il a découvert des anomalies dans la gestion de GCM.

On peut vous reprocher votre imprudence et vos engagements non tenus…

Plus maintenant ! J’ai fait en sorte que mes successeurs réussissent leur objectif. Après réalisation des opérations en cours, il leur restera les terrains à Salé (5 hectares) et Mohammedia/Ben Slimane (6 hectares). C’est pour ça qu’ils ont repris cette affaire?! Moi, je ne pouvais pas continuer, ni réinvestir, car je ne peux pas rapatrier de fonds en France. Je ne regrette qu’une chose?: ne pas avoir repris l’ensemble plus tôt pour le revendre en temps opportun.

Propos recueillis par Henri Loizeau

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter