EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
McKinsey dans la ligne de mire  
actuel n°45, samedi 1 mai 2010
| More

Décidément, le célèbre cabinet McKinsey fait des jaloux. Dans des propos à peine voilés, consultants nationaux et étrangers dénoncent la mainmise de l’enseigne américaine sur la quasi-totalité des missions stratégiques confiées par le gouvernement. Tour d’horizon.


***

Devinette. Qui est derrière les plans Emergence I et II, Azur, Maroc Vert, Halieutis et plus récemment, le plan anticrise du Comité de veille stratégique ainsi que le contrat programme pour la logistique ? McKinsey bien sûr !

A sa décharge, il faut reconnaître que le cabinet américain bénéficie d’une longueur d’avance par rapport à ses concurrents grâce à son implantation dans les années 80, au moment où les autres enseignes internationales du conseil « snobaient » le Royaume qui ne présentait pas d’opportunités réelles. Quant au consulting local, il n'en était qu'à ses balbutiements. Mais en trente ans, la donne a changé. La demande de l’Etat et des entreprises publiques en études stratégiques s’est emballée, attirant de plus en plus de cabinets de renommée mondiale, tout en stimulant l’appétit des consultants locaux.

Cet engouement pour les études de repositionnement stratégique et autres réformes structurelles va de pair avec la prise de conscience des dirigeants politiques de la nécessité d’accélérer la modernisation des secteurs prioritaires comme l’industrie, l’agriculture ou le tourisme. Objectifs : pérenniser les filières pour faire face à l’ouverture des marchés et résister à la concurrence. « L’atout compétitif des enseignes étrangères réside dans leur capacité à mobiliser rapidement des équipes et surtout, leur accès immédiat à des bases de données mondiales fiables, deux facteurs qui facilitent l’élaboration de benchmark et ce, dans des délais très courts », explique Abdelaziz Talbi, ex-directeur de la DEPP (direction des entreprises publiques et de privatisation) récemment parti à la retraite après avoir piloté la plupart des opérations de modernisation et de transfert d’entreprises publiques au secteur privé. A cela, s’ajoute, reconnaît-il sans détour, l’importance de la signature d’un cabinet de notoriété internationale qui peut contribuer de façon déterminante au succès d’un road show ciblant des investisseurs étrangers.

Etudes stratégiques

Les opportunitĂ©s offertes par les opĂ©rations de privatisation et les rĂ©formes prĂ©alables Ă  la libĂ©ralisation de secteurs sensibles ont, pour la plupart, dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©puisĂ©es, mais le marchĂ© marocain du conseil en stratĂ©gie reste porteur. MĂŞme si le secteur privĂ©  (grosses PME notamment) tarde Ă  prendre vĂ©ritablement le relais, des grands groupes nationaux, holdings industriels et banques remettent en question leurs choix stratĂ©giques et sollicitent de plus en plus des Ă©tudes de repositionnement pour renforcer leur leadership. Quant Ă  l’administration, elle continue d’être fortement demandeuse d’études sectorielles et de plans de dĂ©veloppement rĂ©gionaux notamment. DĂ©sormais, chaque ministère veut sa feuille de route qui lui permettra de dĂ©finir son plan d’actions prioritaires Ă  moyen terme.

Preuve que le marché est juteux, la plupart des cabinets étrangers ont fini par s’implanter au Maroc et développer une relation de proximité avec leur clientèle pour tordre le cou aux critiques qui fusent ici et là. « Même si notre enseigne est étrangère, nos équipes sont constituées de consultants de diverses nationalités et notamment de Marocains. L’objectif étant de privilégier l’échange et de renforcer l’ouverture sur le reste du monde, tout en intégrant les spécificités de l’environnement local », tient à préciser Laurent B. Riley, directeur général d’Altime Charles Riley Maroc.

Cependant, souligne-t-il, aucune mission ne peut être menée avec succès sans l’élaboration d’un cahier des charges bien structuré et sans l’implication directe et permanente du commanditaire de l’étude (à travers un comité de suivi par exemple), pour recadrer le travail des consultants. « Pour qu’une mission débouche sur une réforme de fonds, il revient à l’ordonnateur de prendre les bonnes décisions au bon moment, en tranchant entre les différents scénarios », ajoute Julien Riedinger, senior manager d’Altime Charles Riley. Mais attention, conseiller et élaborer une étude stratégique n’est pas suffisant. Reste à piloter la mise en œuvre.

Courage politique

Nombreuses sont les études réalisées qui, faute de réactivité et d’une implémentation dans les délais, deviennent désuètes. Elles sont aussitôt reconduites, engendrant des dépenses supplémentaires et une perte de temps considérable qui peut impacter la compétitivité du secteur. Cela a été le cas pour la réforme de la retraite dont la dernière étude technique réalisée conjointement par les cabinets Actuaria et Riley est bouclée depuis plusieurs semaines et les scénarios arrêtés. Mais la réforme qui se fait attendre depuis des années, a toutes les chances de traîner encore, au moins jusqu’en 2011 (Voir pages 24 à 27).

A ce stade, le choix du scénario définitif est une décision aux conséquences sociales lourdes qui requiert du courage politique. Sur ce registre, l’équipe gouvernementale actuelle ne semble pas se distinguer des précédentes…C’est le cas aussi de la stratégie Emergence I dont l’impact n’a jamais été évalué avant le lancement du plan Emergence II. « Dans ce domaine, les cabinets locaux ont une vraie carte à jouer », assure Abdelkader Masnaoui, associé gérant de Mazars Masnaoui, qui a été parmi les premiers à opter pour un rapprochement avec une enseigne étrangère – plus spécialisée en audit qu'en stratégie – pour développer des synergies humaines, perfectionner l’expertise de ses équipes et améliorer sa force de frappe.

Connaissance du terrain

Pour Masnaoui, les consultants locaux ont l’avantage de connaître le terrain et sont en mesure d’atteindre rapidement l’objectif. « L’expertise locale est indispensable lorsque les problématiques étudiées nécessitent un degré significatif d’accompagnement sur le terrain. Une présence sur le long terme couplée à une bonne connaissance du terrain est un gage de réussite. L’impact positif sur le coût n’est pas non plus à négliger », rappelle Masnaoui. A préciser que les barèmes varient d’une enseigne à l’autre. Quand les petites missions se situent entre 100 000 et 1 million, les plus importantes varient entre 10 et 50 millions de dirhams ! C’est dire l’importance de l’enjeu. Pour faciliter l’accès des cabinets locaux, Masnaoui est convaincu de la nécessité de favoriser la formation de groupements de cabinets étrangers et locaux susceptibles de mener une réflexion commune. Cela a été le cas pour le Plan Maroc Vert et Halieutis.

Certes, l’expertise étrangère apporte des solutions spécifiques aux problèmes posés, en se référant à un benchmark international. Mais l’expertise marocaine, elle, bénéficie d’une connaissance du terrain et d’une capacité à accompagner la mise en œuvre opérationnelle . « Nous accompagnons nos clients dans la phase de mise en œuvre à travers le dispositif de Programme Management Office (PMO) qui s’appuie sur une équipe dédiée », précise Nicolas Berbineau, directeur associé de Valyans, un cabinet 100 % marocain. En ouvrant un bureau local, l’enseigne étrangère entend veiller en direct à l’implémentation de ses recommandations sur le terrain. « Reste qu’une filiale est tenue de se soumettre aux consignes stratégiques de sa maison-mère », affirme Masnaoui. « Alors attention à la tentation d’acheter simplement une signature prestigieuse, au lieu de favoriser la synergie entre les expertises internationale et locale pour répondre au mieux à la problématique du client », prévient le consultant marocain.

Accusations à peine voilées

MĂŞme son de cloche chez Capital Consulting dont le directeur associĂ© Abdelmounaim Faouzi estime que les groupements mixtes constituent le seul moyen de pĂ©renniser l’expertise locale, tout en profitant pleinement des effets de la mondialisation. « C’est un bon signe si l’administration recourt Ă  l’expertise Ă©trangère car cela lui permet d’éviter les erreurs commises par d’autres pays similaires, lui fait gagner du temps et amĂ©liore sa crĂ©dibilitĂ©, reconnaĂ®t  Faouzi, mais Ă  condition que les critères de transparence soient respectĂ©s ». Or, la plupart des consultants interrogĂ©s laissent planer le doute sur certaines grandes missions octroyĂ©es en entente directe, et mĂŞme via des appels d’offres. Par ailleurs, la mise en Ĺ“uvre des stratĂ©gies sectorielles doit, Ă  terme, ĂŞtre Ă©valuĂ©e par des Ă©tudes d’impact (crĂ©ation d’emplois et d’investissements rĂ©alisĂ©s). LĂ  aussi, c’est loin d’être le cas dans les faits. « L’enjeu du plan Emergence est si important pour le pays qu’il aurait Ă©tĂ© judicieux que McKinsey s’entoure de quatre ou cinq autres cabinets, Ă  la fois locaux et Ă©trangers, afin de consolider les rĂ©sultats et garantir le succès de la mise en Ĺ“uvre », relève Laurent B. Riley.

DĂ©cidĂ©ment, la position privilĂ©giĂ©e de McKinsey dans le domaine de  la stratĂ©gie attise bien des convoitises mais suscite surtout de nombreux questionnements. Face Ă  des accusations Ă  peine voilĂ©es d’entente directe et de sĂ©lection malgrĂ© une offre plus chère que ses concurrents, le cabinet amĂ©ricain reste de marbre et se refuse Ă  tout commentaire. Lors de cette enquĂŞte, il aura Ă©tĂ© bien le seul Ă  invoquer le devoir de rĂ©serve pour Ă©viter de rĂ©pondre Ă  ses nombreux dĂ©tracteurs.

Mouna Kably

Appel d’offres ou entente directe ?

« Entre 2002 et 2007, du temps où Driss Jettou était Premier ministre, les appels d’offres ouverts étaient jugés inutiles car ils faisaient perdre trop de temps. Le cahier des charges étant déterminant, nos exigences étaient suffisamment précises pour nous permettre de lancer des soumissions restreintes ou de gré à gré, afin de garantir un maximum d’efficacité », se rappelle un ancien « cabinard ».

Le recours à l’entente directe peut, parfois, être lié à l’absence de budget. « Face à l’urgence, le Premier ministre recourait alors au financement du fonds Hassan II », poursuit cet initié des arcanes ministériels. A l’époque, le marché des études stratégiques tout comme celui de l’expertise locale étaient à leurs débuts. Quant aux enseignes étrangères, elles ne se bousculaient pas au portillon. « Ce qui explique que l’on retrouve, lors des premières missions, les mêmes enseignes, à savoir McKinsey, Eurogroup, Monitor Group et Valyans », poursuit-il.

Il faudra plusieurs années avant que la plupart d’entre elles débarquent. L’Etat sollicitera les experts étrangers pour les études stratégiques et les benchmarks internationaux, et les consultants locaux pour les missions d’organisation. Mais aujourd’hui, les hauts responsables sont confrontés à un véritable dilemme : privilégier, par souci d’efficacité, l’entente directe avec le cabinet aux compétences confirmées et qui maîtrise les rouages de leur secteur, au risque d’être suspecté de corruption ; ou alors, recourir à l’appel d’offres restreint si les besoins sont cernés. En fait, de nos jours, le décideur politique opte, de préférence, pour les appels d’offres afin de se protéger contre les accusations. « Des réformes structurantes sont engagées, en collaboration avec nos principaux bailleurs de fonds, pour aligner le système de gestion de la commande publique sur les standards internationaux », se défend le ministère du Commerce et de l’Industrie.

La dématérialisation de la commande publique constitue l’un des chantiers majeurs de cette réforme, tout comme le lancement du portail des marchés de l’Etat et de la base de données des marchés publics. En attendant, l’appel d’offres est loin d’être synonyme de transparence. Il arrive que ce dernier soit « pipé » pour permettre au commanditaire de continuer à travailler avec le même cabinet.


Plans sectoriels

Plans Sectoriels

Un feuilleton nommé Emergence

Si Emergence I a accusé un retard dans la mise en œuvre, « c’est la faute de l’administration et non celle du cabinet McKinsey », commente un consultant. Certes, ce plan a donné lieu à quelques réalisations comme dans l’industrie automobile. « Mais personne ne se doutait que la crise allait survenir et fausser tous les pronostics ». Emergence II toujours réalisé par McKinsey est venu rectifier le tir en recommandant un positionnement sur les métiers mondiaux comme l’aéronautique ou l’offshoring. Mais là encore, la crise a provoqué quelques dégâts et l’on commence même à parler de délocalisation vers des pays voisins plus attractifs, à la main-d’œuvre mieux formée et maîtrisant davantage la langue française. Alors, s’acheminerait-on vers Emergence III ? A suivre.

M. K.

Paroles d'experts

Abdelaziz Talbi, ex-directeur de la DEPP
« Ne pas opposer cabinets locaux et étrangers »

C’est un faux débat que d’opposer cabinets locaux et étrangers. Une fois implanté sur place, le cabinet devient de droit marocain, adossé à un réseau mondial avec plusieurs avantages : un savoir-faire confirmé, un contrôle qualité et une grande réactivité. Compte tenu de sa capacité à mobiliser les ressources adéquates, l’on peut exiger qu’une étude soit réalisée en 3 mois. Dans ce domaine, le respect des délais et la réactivité sont des éléments déterminants.

Par ailleurs, il faut dépasser cette vision réductrice, car un grand cabinet qui choisit le Maroc pour s’implanter, peut, à terme, en faire une plateforme régionale.

Quoi qu’il en soit, une étude n’atteint son objectif que si son commanditaire mobilise les ressources nécessaires. Les consultants ne peuvent pas travailler seuls. Le responsable politique doit s’impliquer en personne pour recadrer l’étude par rapport à l’objectif recherché et trancher vite pour gagner du temps. En clair, l’interface du cabinet conseil a un rôle déterminant dans la réussite de la mission.

D’ailleurs, la compétence des ordonnateurs incite le cabinet conseil à produire du « sur mesure » au lieu de se contenter de modèles importés « clés en main ». A la fin de la mission, aux équipes des départements de s’approprier les résultats de l’étude et de veiller à la mise en œuvre.

Par ailleurs, il faut savoir que, pour les opérations de privatisation, le cabinet conseil est souvent rémunéré à la commission (success fees), indexée sur le montant du produit de cession. Bien entendu, le taux de commission baisse au fur et à mesure que la taille de l’opération est importante.

Abdelkader Masnaoui, associé gérant de Mazars Masnaoui
« L’expertise locale est en train de se structurer »

Certes, les marchés publics sont gérés de manière rationnelle, dans le respect de la réglementation. Mais, il arrive qu’un décideur ayant anticipé la réflexion avec un cabinet en particulier, le privilégie lors d’une mission…

Globalement, l’expertise locale est en train de se structurer tout comme l’administration marocaine qui compte des dirigeants plus expérimentés et plus exigeants, dotés d’une vision claire. Mais, il faut que les donneurs d’ordre, qu’ils soient publics ou privés, profitent de cette opportunité historique où le Maroc est en train d’apprendre à exploiter de manière optimale ses ressources, pour stimuler la dynamique de consulting local. Dans vingt ans, nous, nous serons toujours là pour nous approprier les résultats des études et prolonger leurs effets bénéfiques. De leur côté, les cabinets locaux doivent déployer des efforts supplémentaires pour nouer des partenariats avec des cabinets de référence internationale, renforcer et former leurs équipes en investissant dans des cursus de formation continue de qualité.

Parmi les exemples les plus édifiants de synergie entre expertises locale et étrangère : la réforme du plan comptable national réalisée, de bout en bout, par des experts comptables marocains avec l’accompagnement de confrères étrangers ; et la réforme du contrôle financier de l’Etat sur les entreprises publiques, réalisée conjointement par les cabinets Masnaoui et Bossard dont l’expertise est reconnue dans le domaine. Cette étude aura contribué à moderniser le secteur des entreprises publiques en peu de temps.

Nicolas Berbineau, directeur associé Valyans
« Les conditions de passation des marchés publics sont très saines »

L’engouement de l’administration pour les études stratégiques s’explique par le succès des premières missions commanditées par certains ministères qui a eu un effet d’entraînement. Le gain de temps dans la réalisation de certains chantiers est appréciable.

Par ailleurs, les conditions de passation des marchés publics sont globalement très saines. Généralement, la qualité de l'offre contribue dans la sélection à hauteur de 70% contre 30% pour le prix. En outre, les références acquises dans un secteur sont déterminantes ainsi que la démarche retenue ou la qualité de l’équipe dédiée.

Par ailleurs, s’agissant de sujets sensibles à forte visibilité, toute erreur de casting est inéluctablement sanctionnée. Aussi, les décideurs ne prennent-ils pas de risque, compte tenu de l’enjeu. Il est normal qu’une fois dévoilées, les stratégies sectorielles suscitent des divergences notamment sur les scénarios retenus, car il s’agit là de projets de réforme structurelle. Je vous ferai remarquer que les critiques véhiculées par la presse portent essentiellement sur le contenu de ces réformes. Il est rare que la compétence du cabinet conseil ou sa méthodologie soient remises en cause.

Enfin, les marchés de gré à gré sont strictement réglementés et le code des marchés publics spécifie les conditions dans lesquelles ils se déroulent. Une autorisation formelle doit être accordée par le plus haut niveau de l’administration.

Abdelmounaim Faouzi, directeur associé Capital Consulting
« L’expertise nationale n'est pas assez sollicitée »

Nous sommes présents en Afrique subsaharienne, au Maghreb mais aussi à Paris depuis 2008. Parallèlement, l’offre des cabinets locaux ne cesse de s’étoffer et de se diversifier. A terme, le recours aux cabinets internationaux devrait concerner surtout des missions précises et délimitées dans le temps. Il est dommage que les administrations fassent appel aux cabinets internationaux sur des sujets opérationnels qui sont à la portée de l’expertise locale, comme la gestion d’un parc mobile qui a été confiée à cabinet parisien par voie d’appel d’offres. Alors qu’il existe une offre pléthorique (nationale et internationale), est-il logique de privilégier la passation de marchés de gré à gré, pour des missions portant sur des problématiques opérationnelles ? Dans tous les cas, il faudrait évaluer l’apport concret des cabinets internationaux en se référant au cahier des charges et en comparant les résultats obtenus par rapport aux attentes initiales et promesses formulées.

Laurent B. Riley, directeur associé Altime Charles Riley
« Une forte concurrence entre cabinets »

Aujourd’hui, il y a une forte concurrence sur le marché du conseil au Maroc. Il arrive que nous soyons en concurrence avec une quinzaine de cabinets, parfois sur des sujets que tous ne maîtrisent pas. Dans plusieurs cas, cinq soumissionnaires auraient suffi, si l’appel d’offres avait été restreint.

Par ailleurs, le gap entre le top management et la « couche intermédiaire » peut parfois être important. Dotés d’une expérience confirmée, la plupart des managers intègrent rapidement les recommandations et tranchent entre les différents scénarios, pour passer rapidement à la mise en œuvre. Mais, c’est à ce stade que la machine peut s’enrayer. Il faut que les équipes internes s’approprient les recommandations de l’étude pour garantir une implémentation rapide.

Par ailleurs, la tendance est à la passation des marchés par voie d’appel d’offres. Or la procédure est lourde, complexe et mobilise plusieurs personnes. De plus, la capacité d’évaluation technique des commissions demeure inégale.

Enfin, il arrive qu’un cabinet soit sélectionné sur la base de sa maîtrise technique, alors même que son offre est plus chère que celle des autres soumissionnaires. Dans ce cas, l’ordonnateur aura fait ce choix, convaincu qu’il lui fera gagner du temps avec un maximum de performance. Et la corruption ? Elle existe, mais pas plus qu’ailleurs !


Genèse du nouvel eldorado

Le conseil date de la marocanisation, mais le marché prend son envol dans les années 90, avec la restructuration des entreprises publiques et les premières opérations de privatisation. Flash-back.

***

Le marché du conseil au Maroc est en pleine ébullition. Son envol va de pair avec le décollage économique du Royaume de nature à lui permettre de s’arrimer au train de la mondialisation. Pour Abdelkader Masnaoui du cabinet Mazars Masnaoui, la genèse du consulting remonte à l’époque de la marocanisation en 1973. L’objectif affiché était de créer un tissu économique national qui couvre tous les secteurs (industrie, services, banques et assurances, …). Mais l’opération ne pouvait aboutir sans une modernisation préalable de l’administration censée piloter ce vaste chantier. Le recours à une expertise pointue s’avère nécessaire pour conseiller et orienter ces restructurations. Parallèlement, entre 1973 et 1983, le code des investissements est adopté en faveur des secteurs prioritaires.

« Mais durant cette période clé, rares sont les cabinets en mesure d’élaborer des solutions juridiques, fiscales et financières, pour la reprise du capital étranger », se rappelle Masnaoui. Il faut attendre les années 90 pour que les grands cabinets, les « Big Five », proposent des prestations multiples : audit financier, juridique, conseil en management... Pour instaurer l’indépendance des commissaires aux comptes, au Maroc comme à l’étranger, les métiers de l’audit et du consulting opérationnel sont séparés.

« Le gâteau n’a jamais été aussi gros ! »

« Pour contourner le conflit d’intérêt, (audit, commissariat aux comptes et conseil), les Majors créent des structures dédiées au conseil », souligne Masnaoui. Les premières missions du gouvernement marocain datent de 1992-1993, suite à la diffusion du rapport alarmiste de la banque mondiale révélant que le Maroc était « au bord de la crise cardiaque ». Ainsi, par exemple, Deloitte accompagnera l’OCP dans sa réorganisation tout comme Arthur Andersen avec l’ONCF. D'autres entreprises publiques leur emboîteront le pas.

Les appels d’offres foisonnent et chaque cabinet se dote d’un service chargé des soumissions. Que ce soit dans le transport aérien, logistique ou portuaire, ou encore dans l’industrie, les cabinets interviennent pour réorganiser les structures, changer les statuts juridiques et élaborer un plan d'action des établissements publics. « Le gâteau n’a jamais été aussi gros ! », reconnaît le consultant.

Opportunités non négligeables

La naissance véritable de la profession au Maroc date de cette période. « Ce qui est relativement récent, estime Abdelmounaim Faouzi, directeur associé de Capital Consulting. Nous n’avons donc pas le recul nécessaire par rapport à d’autres pays où cette activité a explosé dès la crise de 1929 », rappelle Faouzi. Pour autant, le marché marocain du conseil regorge aujourd'hui d’expertises variées et diverses et d’opportunités non négligeables.

Selon des spĂ©cialistes, il est possible, d’esquisser une classification, sur la base de la taille et de l’anciennetĂ© du cabinet. Il en ressort trois grandes catĂ©gories. D’une part, les rĂ©seaux mondiaux du conseil et de l’audit ont posĂ© les fondements de la profession et comptent comme clients, l’administration, les Ă©tablissements publics, les multinationales et autres sociĂ©tĂ©s cotĂ©es. D’autre part, des cabinets de taille importante rattachĂ©s Ă  des rĂ©seaux Ă©trangers (essentiellement français comme BDO, Mazars, Altime Charles Riley, Capgemini…) sont Ă©galement sollicitĂ©s par les grands donneurs d'ordre. Entre-temps, l’expertise locale s’est dĂ©veloppĂ©e, mais elle reste encore peu sollicitĂ©e, de l’avis de certains, par l’administration et les Ă©tablissements publics. « Le mouvement en faveur des cabinets locaux reste encore timide, et pas uniquement, pour les grandes Ă©tudes stratĂ©giques », est-il dĂ©plorĂ©.  Cependant, la situation Ă©voluerait dans le bon sens, lentement mais sĂ»rement. L'expertise locale gagne en maturitĂ© et s’efforce de diversifier son offre. Parallèlement, des groupements et rapprochements sont opĂ©rĂ©s en vue d'atteindre la taille critique. Des cabinets locaux ont ainsi dĂ©veloppĂ© des pĂ©rimètres d’intervention diffĂ©rents : organisation, service public, capital humain, systèmes informatiques… Certains se sont mĂŞme ouverts Ă  l’international. A titre d’exemple, Capital consulting, crĂ©Ă© en 1998, est devenu un cabinet rĂ©gional avec plusieurs bureaux en Afrique et Ă  Paris. Bon an, mal an, le marchĂ© est en train de se structurer mais la partie est loin d’être gagnĂ©e.

Khadija El Hassani

Une succession de loupés

L’Etat est aujourd’hui un des principaux demandeurs d’études stratégiques. Mais combien d’entres elles ont été réellement mises en œuvre ? Combien d'entre elles ont abouti à des réformes concrètes générant un réel impact ? Pas beaucoup, soutiennent des consultants qui déplorent le nombre d'études restées dans les fonds de tiroirs. Certaines stratégies ont été lancées en grande pompe, avant d’être stoppées net, au stade du diagnostic. D'autres n’ont jamais été mises en œuvre faute de suivi ou d'accompagnement ou encore faute de compétences internes. Les exemples ne manquent pas.

La Vision 2010, concoctée par l'incontournable McKinsey, a dû être réajustée pour mieux coller à la réalité du pays. Ses objectifs auraient été au départ surdimensionnés. Ce qui a nécessité un recadrage pour donner naissance à une nouvelle Vision 2020, dite plus réaliste, actuellement en cours d'élaboration. Les concepteurs de la Vision 2020 (réalisé par devinez qui !) devraient remettre la copie finale à la fin de cette année.

Concernant la stratégie nationale de la logistique, le gouvernement et la CGEM ont commandé une étude au même cabinet McKinsey. Une énième étude, qui focalise tous les espoirs de relance de ce secteur stratégique pour l'économie ; mais d'aucuns redoutent qu'en définitif, elle ne vienne s'ajouter à la pléthore de stratégies sur la logistique commandées par le passé et qui se sont toutes limitées au stade du diagnostic.

La liste des loupés ne s'arrête pas là. Elle s'étend à d'autres secteurs tout aussi stratégiques. Les conclusions des études n’étant pas toujours cohérentes et pertinentes, les ministères ont été contraints de faire refaire le même travail de consulting.

 

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter