EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Printemps marocain : Des instances et des questions 
Actuel n°88, vendredi 1 avril 2011
| More

En un mois, la cartographie institutionnelle est chamboulée par la création du CNDH, du CES, de l’institution du médiateur... Une première réponse au 20-Février, envisagée toutefois avec suspicion par les associatifs et les experts.


***

On a eu l’impression que la musique avait perdu de son rythme depuis 2002, alors on est passé à des notes différentes, mais la partition reste la même ; l’orchestre qui mène tout cela est identique et le public commence à s’impatienter un peu. » La métaphore est de l’économiste et homme de gauche Mehdi Lahlou, qui analyse sans concession la création récente de plusieurs institutions censées redonner la foi en la démocratie.

Certes, ces structures n’ont pas été constituées ex nihilo et sont le fruit de longues années de réflexion, de gestation et le résultat d’une ouverture initiée il y a dix ans. Mais aujourd’hui, les manifestants comme les observateurs en réclament davantage : plus de garanties de transparence, plus de démocratie dans les consultations avant les nominations, plus d’indépendance et d’autonomie. Le CNDH, « l’institution du médiateur », le Conseil économique et social et la délégation générale des droits humains sont analysés comme une première réponse aux revendications populaires. Mais ces structures devront être relayées par de véritables pouvoirs décisionnaires et une rupture avec l’attentisme du passé.

 

Le Conseil Ă©conomique et social

  • Encore un conseil consultatif ?

La création du Conseil économique et social était prévue dans la Constitution de 1992. Bien qu’en gestation depuis quelques mois déjà, il ne verra le jour que le 21 février, au lendemain des manifestations. Après toutes ces années d’attente, l’institution répond-elle aux attentes de la classe politique ? Sur le papier, le CES a de quoi séduire, à commencer par ses objectifs : analyser la conjoncture économique, la politique économique ainsi que son impact et contribuer à l’élaboration d’une « charte sociale ». Le CES va ainsi se prononcer sur les lois-cadres que le gouvernement et le parlement sont tenus de lui présenter. Ses 99 membres sont composés de 24 experts nommés par le roi, de 24 membres de syndicats représentatifs, d’acteurs d’associations professionnelles, et d’organismes d’Etat comme la CNSS ou le CNDH, etc.

Malgré cela, les observateurs restent sceptiques quant à la réelle portée de ce Conseil. L’économiste Mehdi Lahlou regrette le timing politique de cette annonce au lendemain du 20 février « qui marginalise la signification économique et sociale profonde ». Et « que penser du recrutement de 4 500 diplômés intervenu hors des règles administratives normales et de l’injection de 15 milliards dans la caisse de compensation ? La moindre des choses aurait été que le CES en discute », poursuit-il.

Autre grief sur lequel se rejoignent les analystes : la composition du Conseil. « Cet organe ne peut être indépendant car ses membres sont parachutés. De plus, c’est un énième conseil consultatif et nous avons bien vu comment les conseils de la concurrence et de la corruption peinent à jouer leur rôle », s’insurge l’économiste Driss Benali. Les personnalités nommées à la tête du CES posent également problème. « Chakib Benmoussa est certes compétent, mais c’est un ancien ministre de l’Intérieur. Même chose pour Driss Guerraoui, le secrétaire général, qui a été membre du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir, une instance qui a élaboré des propositions durant dix ans sans qu’elles soient suivies d’actions », regrette Lahlou.

Doit-on pour autant enterrer d’ores et déjà un Conseil qui a mis dix-huit ans à voir le jour et qui vient à peine de commencer ses travaux ? Il ne faut pas aller vite en besogne d’autant plus que le Conseil peut, au minimum et en dépit de son rôle uniquement consultatif, produire des recherches et forcer ainsi le respect.

 

Le délégué général aux droits de l’homme

  • Un premier pas…

A quoi peut servir un délégué interministériel chargé des droits de l’homme ? Depuis l’annonce officielle de la nomination de Mahjoub El Hiba, l’ancien secrétaire général du CCDH à la tête de ce nouveau département, peu d’explications ont été données, mis à part le fait qu’il s’agit « d’une mission transversale », une sorte de super coordination des droits de l’homme.

Une nouvelle qui, une fois n’est pas coutume, est accueillie très positivement. « Depuis la disparition du ministère des droits de l’homme, on ne sait pas à qui nous adresser : au CCDH, au ministère de la Justice, aux départements de l’Intérieur, etc. Cela va nous permettre d’avoir enfin un interlocuteur », explique Abdelhamid Amine de l’AMDH. Khalid Cherkaoui Semmouni, président du Centre marocain des droits humains (CMDH), ne dit pas autre chose. Il espère qu’il s’agit d’un premier pas vers le rétablissement du département des droits de l’homme, avec « un ministre choisi par le Premier ministre et comptable devant le peuple ».

 

L’institution du médiateur

  • Enfin un ombudsman moderne

« L’institution du médiateur » est venue remplacer « Diwan Al-Madhalim » avec pour principale mission d’« assurer la protection des droits des usagers des services publics, en rendant justice aux plaignants lésés par tout acte administratif entaché d’excès ou d’abus de pouvoir ». Donc un positionnement (et un nom) plus moderne et de nouveaux pouvoirs.

Ainsi, le Diwan Al-Madhalim « 2.0 » est désormais habilité à diligenter des enquêtes, proposer des poursuites disciplinaires et saisir le parquet. Le médiateur ambitionne clairement de faire oublier son vieux frère, qui s’apparentait à une coquille vide. Khalid Cherkaoui Semmouni se souvient d’ailleurs d’une affaire emblématique. « Un fonctionnaire injustement renvoyé de son administration à Benguerir s’était adressé à Diwan Al-Madhalim, qui lui avait demandé de produire un document prouvant la décision administrative. Un document que ses employeurs ont justement refusé de lui donner. Il s’est alors adressé à notre association et malgré le fait que l’on ne soit qu’une petite ONG, nous avons pu lui donner gain de cause », raconte notre source.

Une situation qui devrait donc changer… mais encore faut-il que l’ombudsman national ait « l’aura » nécessaire ! « Abdelaziz Benzakour est indéniablement quelqu’un de compétent, mais sera-t-il crédible ? Une telle mission nécessite le recours à un homme connu de l’élite et qui bénéficie de qualités morales et intellectuelles non seulement avérées, mais que tout le monde reconnaît », estime Driss Benali. Mais là encore, il est trop tôt pour juger.

 

Le Conseil national des droits de l’homme

  • Il doit faire ses preuves

A peine installĂ© le 3 mars, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) qui met fin au mandat du Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH) crĂ©Ă© en 1990, a fort Ă  faire.  Mohammed Sebbar, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de cette nouvelle instance, est dĂ©jĂ  en train d’enquĂŞter sur les Ă©vĂ©nements qui ont mis Ă  feu et Ă  sang la ville de Khouribga. Cela, en vertu des nouvelles prĂ©rogatives qui permettent au CNDH de « procĂ©der aux investigations et enquĂŞtes nĂ©cessaires chaque fois qu’il dispose d’informations (…) ». Le CNDH est aussi appelĂ© Ă  se pencher sur la rĂ©pression policière d’une marche de protestation du Mouvement du 20 fĂ©vrier Ă  Casablanca, le 13 mars dernier. Mohammed Sebbar est Ă©galement intervenu dans l’affaire Chakib El Khiyari, en soutenant la requĂŞte exceptionnelle finalement accordĂ©e au militant pour visiter son père malade. Des premières missions qui esquissent un rĂ´le plus actif de cette instance.

En thĂ©orie, l’attribution de larges prĂ©rogatives au CNDH lui permet d’agir en contre-pouvoir : le Conseil peut saisir la justice, visiter des Ă©tablissements pĂ©nitentiaires et vĂ©rifier les condition de dĂ©tention, mettre en place des mĂ©canismes d’alerte et de mĂ©diation (comme dans l’affaire Khiyari). Le CNDH a aussi des prĂ©rogatives lĂ©gislatives et sera chargĂ© de mettre en conformitĂ© les lois marocaines avec les traitĂ©s internationaux.  Pourtant, ces nouvelles attributions ne convainquent pas entièrement les observateurs. « Certes, on met Ă  leur tĂŞte de vrais militants, mais mĂŞme si on mettait des anges, il s’agira toujours d’instances officielles dĂ©pendantes du Makhzen et qui ne pourront jamais aller Ă  l’encontre de celui ci. L’expĂ©rience l’a dĂ©jĂ  prouvé », assène Abdelhamid Amine. Moins catĂ©gorique, Khalid Cherkaoui Semmouni attend l’installation de tous les membres du CNDH et la mise en place d’un plan d’action avant de juger. Mais pour l’économiste Mehdi Lahlou, prĂ©rogatives ou pas, « tant que la justice n’est pas indĂ©pendante, ce Conseil ne pourra pas aller jusqu’au bout ».

Au-delà du CNDH, la perspective d’une véritable séparation des pouvoirs dans la future Constitution est, pour les analystes, le véritable rempart contre la décrédibilisation d’une énième institution.

Zakaria Choukrallah

Citation 1

La création du Conseil économique et social était prévue dès 1992. [...]

Il ne verra le jour que le 21 février.


Citation 2

« On met à leur tête de vrais militants, mais il s’agira toujours d’instances [...] dépendantes du Makhzen. » Abdelhamid Amine, AMDH

| More
Archives SociĂ©tĂ©
N°172 : L’art des mets 
N°171 : Sidi Taibi : Trou noir du Maroc  
N°170 : Azul Amazigh  
actuel N°169 : High-tech : Dessine-moi une appli 
N°168 : Kafala : La croix et la... circulaire  
N°167 : IdentitĂ©: Amazigh United  
N°166 : ADM Value : TĂ©lĂ©opĂ©rateurs du cĹ“ur  
N°164/165 : Droit Ă  l’information : La loi du silence  
N°163 : Tanger : BĂ©ni Makada, la frondeuse  
N°162 : DĂ©bat : L’homme n’est pas l’avenir de la femme  
N°161 : Caritatif : La rentrĂ©e des enfants handicapĂ©s  
N°160 : Casablanca, rĂ©novation du MarchĂ© central : Les effets collatĂ©raux
N°159 : Trafic de voitures : Le luxe depuis l’Italie  
N°158 : RentrĂ©e scolaire : Le changement, c’est pour quand ? 
N°157 : TĂ©moignages : Gaza vue par ses fils  
N°155 : Au royaume des trolls 
N°154 : Iguider, l’arbre qui cache la forĂŞt 
N°152 : Attention chiens mĂ©chants 
N°151 : London calling… Qui dĂ©crochera ? 
N°150 : Prison : L’enfer Oukacha  
N°149 : Abdellah Nahari : Le cheikh du buzz  
N°148 : Agadir Busway, le tram alternatif  
N°147 : Droits humains : Sale temps pour les immigrĂ©s  
N°146 : Ne faites pas entrer l’accusĂ© 
N°145 : Emploi : L’insoluble crise du chĂ´mage  
N°144 : Droits humains Ramid ou ONG : qui dit vrai ? 
N°143 : Casablanca American School :  la guerre est dĂ©clarĂ©e
N°142 : Ici Radio Coran 
N°141 : Cahiers des charges, une nouvelle polĂ©mique
N°140 : L’hypnose peut soigner 
N°139 : Entretien avec Mohamed El Maâzouzi 
N°138 : Noor : Â«â€‰J’en ai marre ! »
N°137 : Bienvenue dans l’enfer d’Aarich 
N°136 : Entretien avec Jean Zaganiaris 
N°135 : Affaire #FreeEzzedine : Le dernier souffle d’un condamnĂ©
N°134 : Don d’organes   Comment sauver des vies
N°133 : Province d’Al HoceĂŻma   Casseurs en uniforme
N°132 : Controverse   Au commence ment Ă©tait le MUR…
N°131 : DĂ©bat OĂą sont passĂ©s les laĂŻcs?
N°130 : ONDA  Fait divers ou vengeance ?
N°129 : Le retour du lèse-majestĂ© 
N°128 : 20 FĂ©vrier, An 1 :  GĂ©nĂ©ration insoumise
N°127 : Bassima Hakkaoui   « Pourquoi ne pas soumettre l’avortement Ă  rĂ©fĂ©rendum ? »
N°126 : MĂ©dias   La rĂ©forme, maintenant !
N°125 : J’ai testĂ© pour vous,  le Parc zoologique de Rabat
N°124 : CAN 2012,   Remettez-nous ça !
N°123 : RĂ©seaux sociaux :  Au royaume du blog
N° 122 : 20 dirhams par jour   et par personne
N°121 : Double meurtre Ă  Khouribga 
N° 120 : Boursiers FME :   PrĂŞts pour l’ascenseur social !
N°119 : A quoi sert le CNDH 
N°118 : RĂ©fugiĂ©s:   Le dĂ©sarroi des rapatriĂ©s de Libye
N°117 : Au TEDx :  se bousculent les idĂ©es
N°116 : DĂ©chets industriels :  faites comme chez vous...
N°115 : Manifestations :  le M20 dans l’œil du cyclone
N°114 : La dĂ©prime   des homos marocains
N°113 : Entretien avec Dr Chaouki Alfaiz  directeur de recherche Ă  l’INRA et prĂ©sident de B1A Maroc
N°112 : Les salades   c’est tendance
N°111 : Entretien avec Abdelaziz Adidi Les phosphates n’ont profitĂ© Ă  aucune rĂ©gion
N°111 : Khouribga  De la richesse Ă  la pauvretĂ©
N°111 : Les rĂ©voltĂ©s   du phosphate
N°110 : Violence Que se passe-t-il Ă  Dakhla
N° 109 : Harley Davidson on the bitume 
N°108 : Autopsie d’une mort absurde 
N°107 : Protection des animaux Ain Sebaa : le degrĂ© zĂ©ro des zoos  
N° 106 : Interview Hicham El Moussaoui Le Marocain s’est (enfin) libĂ©rĂ©
N° 104/105 : Web TV Yek, pourquoi pas 
N°103 : Capdema Des jeunes qui proposent et en imposent  
actuel 102 : Militantisme La nouvelle vie de Chakib El Khiyari  
actuel 101 : Ramadan et frustrations 
N°100 : Portail de presse Tout n’est pas Net  
N°99 : Portrait MRE et politique  Le plaidoyer de Driss Ajbali
N° 98 : Oussama Assaidi La nouvelle star  
N° 97 : Faut-il lĂ©galiser le cannabis 
N° 96 : SantĂ© : Les blouses blanches font leur rĂ©volution  
N° 95 : Centre secret de TĂ©mara :  Tu ne pique-niqueras point
Actuel n°94 : Constitution : Ou sont les femmes  
N°93 : Rachid Niny LibertĂ© : Chouf Tchouf 
Actuel n°92 : Razzia sur notre histoire 
Actuel n°91 : Du rififi chez les architectes 
Actuel n°90 : Frimija : Avec les rouges dans le fromage  
Actuel n°89 : Il faut sauver le militant Chakib 
Actuel n°88 : Printemps marocain : Des instances et des questions 
Actuel n°87 : Qui veut la peau de Terrab 
Actuel n°86 : Le 20 mars de toutes les craintes 
Actuel n°85 : Souk Sebt : La mort, ultime cri de dĂ©sespoir 
Actuel n°84 : Dakhiliyines contre Sahraouis 
Actuel n°82 : Voleuse de voyageuses 
Actuel n°81 : Qui contrĂ´le nos mĂ©dicaments ? 
Actuel N°72 : Feuilletons historiques : La dĂ©ferlante iranienne  
Actuel n°69-70 : Eric Gerets 
Actuel n°68 : Syndicats : ras-le-bol gĂ©nĂ©ral 
Actuel n°67 : Gerets vs presse : ouverture des hostilitĂ©s 
Actuel n°66 : Collecte des dĂ©chets : faut-il enterrer la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e ?
Actuel n°65 : Mon mari, ce tortionnaire 
Actuel n°64 : Code de la route, une semaine après !
Actuel n°63 : Code pĂ©nal : rĂ©forme ou rĂ©formette ? 
Actuel n°62 : Fès, la citĂ© de la peur 
Actuel n°61 : Les Amazighs roulent-ils pour IsraĂ«l ? 
Actuel n°60 : Oualidia, le palais oubliĂ© de Mohammed V
N°59 : Le Mali « dĂ©-jeĂ»ne » sur Facebook 
N°58 : Mariages : du tradi au plus trendy 
N°57 : RAM Ras-le-bol de ramer
N°56 : Travail domestique : de l’ordre Ă  la maison 
N°55 : Enseignement supĂ©rieur privĂ©, un cadre pour la rĂ©ussite
N°54 : Menace terroriste : Faut-il avoir peur ? 
N°53 : MĂ©decine La libĂ©ralisation de la discorde
N°52 : Espagne La fièvre anti-niqab monte
N°51 : Radio   Peur sur les ondes
N°50 : Argent, drogue et politique Liaisons très dangereuses
N°49 : Femmes cĂ©libataires, le grand dilemme 
N°48 : Botola  La fin de l’amateurisme
N°47 : Le Maroc, cyberparadis des hackers 
N°46 : Sexe Ă  la marocaine,  entre hram et hchouma
N°45 : Le (contre) bilan de santĂ© de Baddou 
N°44 : Pourquoi les homos font peur 
N°43 : Chefchaouen,  Ă©co-ville Ă  la conquĂŞte de l’oued
N°42 : Tremblement de terre :  Les sismologues veillent sur nous
N°41 : Changements climatiques, Ce qui nous attend...
N°40 : Demain, un Maroc laĂŻque ? 
N°39 : Francophonie ? Cacophonie 
N°38 : Malek Chebel L’anti Ramadan
N°37 : Cyclisme Les gloires oubliĂ©es de la « petite reine »
N°36 : MosquĂ©e de Meknès  Un drame et des questions
N°35 : Drogue Le baron fait tomber de grosses pointures
N°34 : Le Niqab et nous
N°33 : Internet Peut mieux faire!
N°32 : Code de la route Les enjeux d’un dĂ©brayage
N°31 : Environnement Ce que nos VIP en pensent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter