EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Patrons et politique :  l'improbable duo
actuel n°143, vendredi 25 mai 2012
| More

Au-delà de l'habituelle fracture entre les politiques et le monde de l'entreprise, de plus en plus de patrons doutent de la capacité du gouvernement Benkirane à sortir le pays de la crise. Ils lui reprochent notamment de naviguer à vue, de céder facilement à la démagogie et de ne pas inscrire l'action de l'Etat dans la durée.

 


Pour la toute nouvelle prĂ©sidente de la CGEM, Meriem Bensalah, les jours qui viennent compteront peut-ĂȘtre parmi les plus fastidieux de sa carriĂšre de patronne. On la crĂ©dite d'un agenda politique prĂ©cis, celui de fĂ©dĂ©rer le patronat bien entendu, mais surtout de resserrer les rangs face Ă  un gouvernement qui partageait davantage d’affinitĂ©s idĂ©ologiques avec son prĂ©dĂ©cesseur. Bensalah, une Ă©lection Ă  caractĂšre politique ? Ce serait aller vite en besogne. Partant du postulat que la dame serait proche du Makhzen, le choix d’en faire l’unique candidate Ă  la prĂ©sidence de la CGEM ne pouvait ĂȘtre innocent. « Il n’y a pas eu d’ingĂ©rence politique dans la candidature et encore moins dans l’élection. Maintenant, chacun est libre d’en faire l’interprĂ©tation qu’il veut », argumentent la plupart des patrons interrogĂ©s. La croissance, la compĂ©titivitĂ©, l'emploi, l'investissement ou encore la fiscalité : autant de dĂ©fis pour le patronat, qui donnent Ă©galement des cheveux blancs Ă  l'Ă©quipe de Benkirane.Reste que quand les patrons trouvent des difficultĂ©s Ă  faire des affaires, ils estiment naturel de compter sur les politiques pour leur faciliter la tĂąche. Hormis en France oĂč les hommes politiques et les patrons du CAC 40 ont souvent usĂ© leurs fonds de culotte sur les bancs des mĂȘmes grandes Ă©coles, partagent les mĂȘmes visions du monde et sont sensibles aux mĂȘmes codes sociaux, ailleurs, le divorce entre la classe politique et le patronat est largement consommĂ© depuis trĂšs longtemps.

 

Les inquiétudes des opérateurs économiques

Au Maroc, la crise Ă©conomique et sociale – dont les deux parties se rejettent mutuellement la responsabilité – a fini par rendre bĂ©ant le fossĂ© qui sĂ©pare les deux mondes. Quand Abdelilah Benkirane se dĂ©mĂšne pour donner l'impression qu'il est aussi Ă  l'aise dans un cĂ©nacle de PDG qu'avec un comitĂ© de diplĂŽmĂ©s chĂŽmeurs, personne n'est dupe, encore moins les patrons. « Quand on a reçu la dĂ©lĂ©gation du Medef, tous les patrons du cru qui Ă©taient prĂ©sents ont Ă©tĂ© sidĂ©rĂ©s de constater combien le chef du gouvernement Ă©tait loin de comprendre l'objet de cette visite. Alors que les tĂ©nors du patronat français attendaient de voir comment le nouveau chef du gouvernement allait les rassurer et quelles rĂ©ponses il avait prĂ©parĂ© Ă  leurs dolĂ©ances, ils ont Ă©tĂ© stupĂ©faits d'avoir droit Ă  quelques blagues bien senties et pas plus », explique l'un des patrons prĂ©sents Ă  la rĂ©union.

A lire les dĂ©clarations de Karim Tazi qui ne cache pas qu’il a votĂ© PJD mais qui se pose des questions, on comprend que le malaise est rĂ©el et que la dĂ©ception n'est pas loin : « Ce gouvernement ne nous a toujours pas prĂ©sentĂ© de stratĂ©gie Ă©conomique alors que la plupart des problĂšmes du Maroc sont d’abord Ă©conomiques. De l’énergie et du capital politique ont Ă©tĂ© gaspillĂ©s dans des combats inutiles », a-il dĂ©clarĂ© au site goud.ma. Trop de chantiers, Ă  commencer par celui de l'emploi ou encore celui de la rĂ©forme fiscale, sont en friche depuis longtemps sans que les patrons aient senti le moindre frĂ©missement du cĂŽtĂ© du gouvernement. Que l’équipe de Benkirane n’ait pas respectĂ© le calendrier des rĂ©formes peut se comprendre, mais cette prudence incontournable est de plus en plus perçue par la rue comme insupportable. « La crise qui Ă©crase l’économie nationale aurait dĂ» focaliser tous les efforts du gouvernement. Au lieu de cela, on tente de financer les dĂ©ficits en pressant encore plus les industriels. “Trop d’impĂŽt tue l’impĂŽt”, clamait dĂ©jĂ  Ă  l'Ă©poque Adam Smith. Aujourd'hui, non seulement la loi de Finances vient juste de tomber mais alors qu'on attendait ce gouvernement sur une rĂ©forme fiscale plus que nĂ©cessaire, nous sommes dĂ©sormais soumis Ă  un niveau excessif de prĂ©lĂšvement fiscal », dĂ©plore Mustapha Mechiche Alami, un homme d’affaires qui fut dĂ©putĂ© Ă  KĂ©nitra. Pourtant, l'industriel n'a pas d'a priori vis-Ă -vis de ce gouvernement en particulier car il estime que l’efficacitĂ© attendue de la majoritĂ©  est plombĂ©e par la composition mĂȘme d'une Ă©quipe hĂ©tĂ©roclite. « Le  gouvernement a fait de la lutte contre la prĂ©varication un de ses principaux chevaux de bataille. Or, jamais la corruption n'a Ă©tĂ© aussi forte et aussi visible qu'aujourd'hui ; ce qui prĂ©sage un Ă©chec probable de cette Ă©quipe, sur cette question du moins. »

MĂȘme son de cloche de la part de Zakia Sekkat qui pense que les attentes du patronat n'ont pas eu d'Ă©cho au niveau de l'Ă©quipe au pouvoir. « Il y a bien eu la signature d’une convention entre le gouvernement Benkirane et le patronat, mais on a toujours besoin d’une meilleure collaboration entre le politique et le monde Ă©conomique qui permettrait de relancer l’emploi Ă  court et moyen terme. Pour cela, il est clair que les politiques ont besoin d’un coup de main technique parce que, jusqu’à prĂ©sent, le tissu productif marocain est mal recensĂ©, sa capacitĂ© de production mal Ă©valuĂ©e et  le feedback sur les Ă©normes difficultĂ©s qu’il gĂšre au quotidien est nul », ajoute l'ex-patronne de la reprĂ©sentation rĂ©gionale de la CGEM Ă  Tanger.

 

Des patrons encartés

Cela n'empĂȘche pas quelques patrons d'Ă©marger Ă  des partis politiques pour avoir plus d'une corde Ă  leur arc. Combien sont-ils Ă  vibrer pour la politique ? Au niveau des partis, on reste trĂšs discret sur le profil sociologique des militants. Il y a bien quelques hĂ©ritiers. La baraka de Aziz Akhannouch, le ministre de l’Agriculture la tient de son pĂšre qui, lui, Ă©margeait Ă  l’Istiqlal, dĂšs le lendemain de l’indĂ©pendance. MĂȘme chose pour Ahmed RĂ©da Chami dont l’oncle, Hassan Chami, n’a jamais cachĂ© ses affinitĂ©s avec la gauche. L’ex-prĂ©sident de la CGEM avait d’ailleurs jetĂ© un pavĂ© dans la mare, mettant mal Ă  l’aise le gouvernement de l’époque. Sans crier gare, dans une interview restĂ©e cĂ©lĂšbre depuis, le patron des patrons avait alors estimĂ© que le systĂšme de gouvernance au Maroc Ă©tait opaque et qu’« on » ne laissait pas le gouvernement travailler. Mettant par la mĂȘme occasion en doute l’origine de la fortune de la bourgeoisie marocaine. VilipendĂ© autant par la classe politique que par les patrons, l’homme avait Ă©tĂ© accusĂ©  d‘avoir voulu jouer une version trop moderne, voire carrĂ©ment subversive « du cercle des patrons disparus ». « Il y a quelques dĂ©cennies, la politique Ă©tait une affaire de dĂ©fis sociĂ©taux. Aujourd'hui, son cƓur bat au rythme des Ă©vĂ©nements Ă©conomiques. C’est pour cela que le monde politique a besoin de dĂ©cideurs, de chefs d’entreprise qui ont le sens de la politique sans ĂȘtre forcĂ©ment encartĂ©s. Il y a des hommes d’affaires qui ont le virus de la politique mais beaucoup s'abstiennent de plonger dans la politique politicienne », explique Hassan El Jay, directeur gĂ©nĂ©ral de Big Mat. Bien entendu, c'est dans les partis de droite que l'on trouve le plus de patrons. L'UC, qui faisait le plein Ă  l'Ă©poque avec des gens comme Sajid, a Ă©tĂ© dĂ©trĂŽnĂ©e par le RNI qui, lui-mĂȘme, a dĂ» se rĂ©signer Ă  laisser le PAM engranger le maximum de gros bonnets dont beaucoup ne s'affichent pas en tant que tels. Tarek Kabbage, le milliardaire du Souss qui tient la mairie d'Agadir sous les couleurs de l'USFP, fait figure de franc-tireur. Les patrons militants, maires, ministres ou vĂ©ritablement engagĂ©s se comptent sur les doigts de la main.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophĂšte de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂȘte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : CongrĂšs de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’aprĂšs  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂȘte du calendrier
N°140 : RNI : un congrĂšs plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrĂšs : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrĂšs de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂȘte noire de Benkirane
N°130 : CongrĂšs du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   DerniĂšre ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂȘts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchĂšres sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : BrĂšves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂź  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau rĂšgne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un systĂšme moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂȘts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment LaĂąyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrĂšte des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : CongrĂšs des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La priĂšre du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrĂšs officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂȘtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter